Pascal Donnadieu : « Ce tirage au sort on le savoure »

Si le tirage au sort de l’Euroleaguele satisfait, Pascal Donnadieu reste humble face à ces futures rencontres face à des grosses écuries européennes.

Pascal-Donnadieu-large-ClaireMacel

Pour Pascal Donnadieu et la JSF Nanterre, l’Euroleague va rimer avec Barcelone, CSKA Moscou, Fenerbahce, Kiev et Partizan Belgrade. Un tirage au sort relevé et musclé mais qui satisfait plutôt l’entraineur francilien.

« Au-delà de mon cas personnel, je suis avant tout content pour les joueurs, pour le club. Affronter ces clubs mythiques, il faut prendre ça comme une chance car dans une carrière beaucoup de joueurs, d’entraîneurs n’auront jamais la chance de disputer l’Euroleague« .

Aussi, dès l’annonce de ce groupe A de la mort, beaucoup d’observateurs ont déjà promis quelques bonnes raclées à la JSF Nanterre pour sa première participation à la plus prestigieuse des compétitions européennes. Face à ces critiques, Pascal Donnadieu entend rester serein.

« On n’est pas là à parler d’objectif, de Top 16. Il faut être lucide. Il faudra que l’on se prépare mentalement à être surclassé. Mais cette qualification on est allé la chercher sportivement. On n’a de compte à rendre à personne, c’est notre aventure. Ce tirage au sort avec des clubs prestigieux on va d’abord le savourer« .

Les adversaires désormais connus, il reste toutefois une inconnue pour la JSF Nanterre : la question de la salle avec les options Rouen et Halle Carpentier (dans le treizième arrondissement de Paris). Sur ce dossier, la balance penche nettement en faveur de la Normandie même si la piste parisienne n’est pas encore totalement abandonnée.

« La stratégie est claire. Pour le moment ça sera à Rouen. On a déposé le dossier et les conditions sont remplies. Mais avec le club, la Marie de Paris. On travaille pour essayer de rendre conforme la Halle Carpentier à ce que demande l’Euroleague. Mais il n’y aura pas une partie des matchs disputés entre l’une ou l’autre des deux salles, ça sera soit entièrement à Carpentier ou à Rouen. Si ça se joue à Rouen, bien sûr que cela va faire loin pour nos supporters mais je pense que ça vaut le coup de faire cinq déplacements« .

Pour une réponse définitive il faudra donc attendre encore un peu tout comme pour l’annonce des futures recrues. Mais Pascal Donnadieu entend bien construire une équipe à la fois compétitive pour la Pro A et pour ne pas trop souffrir en Euroleague « afin de représenter le mieux possible la France en Euroleague« . La saison 2013-2014 de la JSF Nanterre s’annonce donc des plus copieuse…

Crédit photo : Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.