Pascal Donnadieu : « Engagé dans un processus avec beaucoup de jeunes joueurs français »

Vainqueur de Strasbourg, Nanterre92 a pu compter sur ses jeunes. Ce qu’apprécie le coach Pascal Donnadieu.

Cette saison, Nanterre92 a fait le pari de la jeunesses en recrutant plusieurs jeunes joueurs français. D’ailleurs, l’équipe des Hauts-de-Seine présente la moyenne d’âge la plus basse de la Jeep Elite. Face à Strasbourg, cette jeunesse a été l’une des clefs de la victoire, avec des bons passages en sortie de banc d’Ivan Février et Damien Bouquet. En conférence de presse, leur coach Pascal Donnadieu est notamment revenu sur cette orientation prise par le club cet été.

« Avec deux matchs par semaine, il faut forcément des joueurs qui sortent du banc et qui apportent ce qu’ils (Ivan Février et Damien Bouquet) ont apporté. Brian (Conklin) a aussi été très précieux en fin de match. Il faut savoir qu’Ivan Février et Tyler Stone ne sont pas entrainés pendant 48 heures à cause d’une grosse angine, rien à voir avec le Covid. Ils ont beaucoup souffert. On s’est entrainé à huit dans des conditions pas terribles.

On est engagé dans un processus avec beaucoup de jeunes joueurs français. On sait que ça ne viendra pas du jour au lendemain. On essaye de les mettre dans les meilleures conditions. On est l’équipe la plus jeune du championnat. Forcément ça passe par des paliers à franchir. Ivan fait partie de ses joueurs qui travaillent beaucoup. Quand les matchs lui permettent de voir qu’il est dans la bonne direction c’est toujours intéressant.

On a gardé deux joueurs. Cette année, encore plus que les précédentes, la préparation a été tronquée. Les joueurs doivent aussi s’habituer à ce qu’on leur demande, notamment sur la vitesse d’exécution du passing-game. Donc on a beaucoup de progrès à réaliser. Ce que j’ai aimé dans le dernier quart-temps c’est que l’on a su jouer avec beaucoup plus d’agressivité des deux côtés du terrain, tout en étant lucide et assez pertinent dans les choix. On doit aller dans cette direction.

(Sur Dwight Buycks) On essaye de faire en sorte qu’il rattrape le train. Ce n’est pas forcément évident si on rajoute une grosse charge de travail en-dehors des entrainements classiques. On mise plus sur un travail un peu spécifique ainsi que le rythme des entrainements et des matchs.

(Sur Isaia Cordinier) Croiser des joueurs comme lui sur votre route c’est pour les fois où vous galérez avec un certain nombre de joueurs. C’est un bonheur par rapport à sa personnalité. En le nommant capitaine, je voulais lui montrer que j’avais une grosse grosse confiance en lui et qu’il puisse comme ça développer encore son leadership ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.