Pascal Donnadieu : « Il n’y a pas assez de respect pour ce que fait Jean-Marc Dupraz »

Outre le retour sur la défaite, Pascal Donnadieu a profité de la conférence de presse d’après-match pour rendre hommage à son homologue Jean-Marc Dupraz.

Pascal Donnadieu 1 Ann-Dee LamourLa défaite 75 à 72 de Nanterre face à Limoges a pu susciter des regrets pour les Franciliens. Car malgré un match de bon calibre, il leur a manqué de la rigueur et une meilleure implication défensive dans les dernières minutes pour conclure positivement la rencontre. Pour Pascal Donnadieu, cette défaite doit permettre à ses troupes d’apprendre pour la suite des évènements. Le technicien n’a pas non plus oublié de rendre hommage à son homologue limougeaud Jean-Marc Dupraz qui rencontre avec ses joueurs les mêmes obstacles que la JSF de l’an dernier.

L’analyse du match
« Il y’a des matchs qui sont difficiles à analyser, celui-là est quand même assez simple dans la mesure où on a fait un match correct. Après la frustration c’est qu’on a lâché defensivement dans le money-time sur des situations basiques notamment le rebond. On laisse échapper deux/trois rebonds qui sont importants. On sait que ce genre de match se joue sur des détails. Ce qui est dommage c’est que sur des choses que l’on avait travaillé, on pouvait envisager de faire mieux. Je pense notamment au moment où Adrien Moerman fait and-one avec un départ main droite. Ca toute la semaine on en avait parlé. On est sanctionné sur quelque chose qui est prévu, qui est annoncé. C’est là qu’on s’aperçoit qu’une équipe peut grandir et être plus rigoureuse ».

Une leçon pour grandir
« On grandit et on apprend de chaque défaite. Les erreurs que l’on a commises ce soir il ne faut pas les répéter. On voit bien dans cette Pro A que les équipes qui arrivent à corriger leurs erreurs dans la sérénité peuvent avancer. Nous il faut que si on se retrouve dans la même situation on arrive  contrôler le rebond, ne pas laisser douze rebonds offensifs dont pas mal dans le quatrième quart-temps. Il faut grandir, faire en sorte qu’une équipe en novembre ne fasse pas les mêmes erreurs dans deux/trois mois, voir moins si c’est possible ».

Un hommage appuyé à Jean-Marc Dupraz
« Il ne faut pas oublier que la semaine de Limoges c’est une victoire plus que probante contre Strasbourg lundi, un déplacement à Berlin où effectivement ils ont été en difficulté et ils viennent gagner chez nous où ils ont fait un bon match. On a essayé de les mettre en difficulté avec beaucoup de vie et d’enthousiasme. Ils ont courbé l’échine mais ils ont réussi à s’imposer.
Je ne suis pas là pour être l’avocat de Limoges mais attention. J’ai vu ça l’année dernière même si ça n’était pas le même contexte ni le même club mais ne tirez pas tout le temps à boulets rouges sur l’équipe qui représente la France en Euroleague. On n’est pas là pour les enfoncer. Et je pense que pour un garçon comme Jean-Marc Dupraz il n’y a pas assez de respect pour ce qu’il a fait depuis qu’il est à Limoges. Il y’a des techniciens qui sont passés à Limoges dont un coach grec un an avant lui qui il me semble n’a pas eu ses résultats. Je ne suis pas intime donc je le dis d’autant plus facilement : il n’y a peut-être pas assez de respect du milieu du basket, de la presse pour ce qu’il fait. On n’a pas à être jalou, aigri. L’année dernière j’étais très frustré de ce qui nous est arrivé donc c’est pour ça que je me permet de tenir ce discours. Ils ont su avoir de grosses valeurs et on est tombé sur un adversaire avec de belles qualités ».

Crédit photo : Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.