Pascal Donnadieu : « On a su se rendre le match facile »

Après la victoire face à Cholet, le coach nanterrien Pascal Donnadieu a apprécié que ses joueurs aient su se rendre la partie facile.

Après le +38 face à Herzliya c’est Cholet qui a pris l’eau face à Nanterre qui leur a passé un +29. Après un premier quart-temps disputé (17 partout) les Franciliens ont su se rendre les choses faciles afin de boucler une victoire qui les place à la quatrième place à l’issue de la phase aller. Pour l’entraîneur Pascal Donnadieu c’est un élément q’il ne faudrait pas banaliser.

« On termine la phase aller à la quatrième place, c’est bien. On a onze victoires et six défaites sans faire un seul mouvement. C’est bien de resituer les choses dans leur contexte. On oublie un peu trop vite que Nanterre c’est le onzième budget de ProA et qu’aujourd’hui on occupe la quatrième place du championnat. On a banalisé le fait que l’on se situe toujours dans les huit premiers. On ne demande pas d’être toujours en haut de l’affiche, mis en avant mais je crois que des fois il faut aussi faire la part des choses. On perd à Gravelines, à Monaco contre des adversaires plus forts. Je suis agacé par rapport à ça. On essaye de batailler sur tous les tableaux et je pense qu’il ne faut pas l’oublier. J’ai l’impression que maintenant ça s’est banalisé. A la fin de la phase aller être devant certaines grosses cylindrées c’est une performance; surtout avec le même effectif, avec celui qui était sensé être notre leader offensif (Mykal Riley) en difficulté. Je tenais à remettre les choses au point par rapport à ça.

Le match ? On a su se le rendre facile. Je leur avais demandé d’avoir beaucoup d’enthousiasme, beaucoup de vie car c’est comme ça que l’on sait jouer. On avait un peu perdu cette fraîcheur. J’ai vu une équipe qui prenait du plaisir à se faire des passes, à jouer ensemble. C’était déjà le cas mercredi et tout ça me fait plaisir.

Mercredi on essayera de faire un coup à Minsk. Là c’est pareil on n’est pas non plus une équipe à l’effectif surdimensionné. J’ai vu dans L’Equipe que les autre meilleures équipes du championnat c’était Monaco, Chalon, Pau et j’ai été surpris de voir que la quatrième équipe du championnat n’était pas Nanterre. Je ne sais pas si c’est une coquille ou qu’on n’existe plus mais à la fin des matchs allers la quatrième équipe c’est Nanterre et Nanterre avec le onzième budget.

Pour Spencer Butterfield on ne sait pas encore s’il jouera mercredi. C’est au jour le jour. Il n’a pas de fracture, il n’a rien de cassé; c’est juste qu’il faut que la douleur s’estompe. Vu qu’il avait mal on n’allait pas prendre de risque. La douleur était trop forte pour qu’il puisse jouer aujourd’hui (samedi).

Mykal Riley ? Il était mieux mais c’est toujours poussif. Là il arrive à se remettre bien quand l’équipe archi-domine. Maintenant le propre d’un joueur leader c’est de permettre à son équipe de faire la différence. C’est un peu mieux mais c’est encore très éloigné du Mykal que j’ai connu.

Je veux aussi avoir un mot pour Jerry Boutsiele qui est un garçon que l’on a eu à Nanterre. Il faut être honnête je ne m’attendais pas à une telle ascension. Le mérite lui en revient. Ce qu’il a montré ce soir (samedi) c’est intéressant. Philippe (Hervé) lui fait confiance et ça fait plaisir.  Ca fait plaisir de voir des joueurs issus du centre de formation nanterrien qui arrivent à prouver des choses en pro A donc bravo à lui ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.