ALL STAR GAME

Pascal Donnadieu : « On ne peut même pas être déçu »

Après la défaite face à Oldenburg, le coach nanterrien Pascal Donnadieu n’a pu que reconnaître la supériorité de l’adversaire.

Bien sûr il n’est pas heureux de la quasi-élimination de Nanterre de la course au Last 32 mais Pascal Donnadieu était finalement presque soulagé à l’issue de la rencontre. Car il sait que son équipe a encore beaucoup de travail à fournir pour être davantage opérationnel.

L’analyse du match

« On n’est pas capable d’être appliqué et rigoureux pendant quarante minutes. Je considère qu’à la mi-temps on aurait pu être en tête. Il y’avait un chiffre très significatif en première mi-temps c’est que l’on était à 8/18 à l’intérieur et eux étaient à 9/14. Ça veut dire que nous on est quasiment dans l’impossibilité de mettre des paniers intérieurs. Sans point d’ancrage à l’intérieur on se doit de multiplier les exploits de Riley… Contre une équipe aussi maitre de son jeu et aussi stable ça n’est pas suffisant. Avec dix-huit shoots de plus qu’eux ça veut dire une mauvaise sélection de tirs, des attaques pas très bien abouties. On est sanctionné logiquement sur la durée du match. J’ai dit dans les vestiaires aux joueurs qu’il n’y a pas d’énervement à avoir. Oldenburg était tout simplement meilleur que nous dans pleins de domaines. Ce soir (hier) on ne peut même pas être déçu car on a tout simplement perdu contre une équipe plus forte que nous ».

Une équipe trop prévisible ?

« C’est bien le problème mais l’équipe elle est comme ça. Tant que l’équipe sera dans cette configuration-là on sera confronté à ce genre de problème. Quasiment tous nos matchs se sont passés de la même manière. On a plutôt tenu à part Bilbao. Mais souvent on a explosé en deuxième mi-temps car plus le match avance plus tu vois avoir des certitudes dans ton jeu et les mecs condamnés à faire des exploits fatiguent. C’est là qu’il faudrait du panier intérieur, ne pas subir de and-one à des moments importants. C’est toute la problématique mais les lacunes je les connaissais avant le match ».

Un ajustement intérieur en question

« Je ne suis pas le seul à chercher. C’est compliqué, il faudrait encore faire des changements. Les deux derniers matchs on voit bien ce qu’il se passe. Wright, Qvale voilà… On le vit aussi en Pro A. J’aimerais bien nous voir avec un 5 d’impact. Je ne dis pas qu’on serait la meilleure équipe du monde mais on serait certainement plus opérationnel. Je n’ai pas ce joueur-là et je fais avec les moyens dont je dispose. Et wait and see comme on dit ».

Crédit photo : F.Blaise

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.