Pascal Donnadieu : « Très content quand on arrive à trouver des bonnes pioches comme Butterfield »

A l’issue de la victoire face à l’Asvel, l’entraineur nanterrien Pascal Donnadieu n’a pas caché sa satisfaction face à la performance de Spencer Butterfield.

Il a donc fallu une prolongation pour pouvoir départager Nanterre92 et l’Asvel. Et dans ce succès l’arrière Spencer Butterfield a eu un apport non-négligeable. Après la rencontre son coach Pascal Donnadieu n’a d’ailleurs pas manqué de la saluer.

L’analyse du match

« C’est un match que l’on a à peu près dominé après un début difficile. Villeurbanne a mis beaucoup d’agressivité, des gros tirs. On a mal géré quelques situations. Ils sont revenus forts et on a eu le mérite de ne rien lâcher en prolongation et de ne pas trop paniquer. Il y’a beaucoup de joueurs des deux côtés qui ont mis de gros tirs; je pense à Hodge, Dragovic, Butterfeild même Heiko (Schaffartzik). Les spectateurs ont du se régaler, pour les coachs c’est un peu plus fatiguant (il sourit) ».

Le match de Spencer Butterfield

« Ca me fait plaisir car il fait partie des joueurs méconnus que l’on est allé chercher. Il était dans une petite équipe lituanienne , il a été en deuxième division espagnole. je suis toujours très content quand on arrive à trouver des bonnes pioches comme ça. Il a été blessé en début de saison; il est revenu dans une équipe qui tournait donc un peu sur la pointe des pieds. Il a fait un premier match à zéro point car c’était dur de revenir. Il est de plus en plus opérationnel. C’est un joueur qui travaille, qui a un super état d’esprit ».

Le cas Mykal Riley

« On peut lui redonner confiance en son tir déjà par le travail. Aujourd’hui il ne faut pas en faire des tonnes mais hier matin il a eu une panne de réveil. Quand un joueur est en difficulté je suis le premier à l’aider, surtout quand il s’agit de Mykal. Mais à un moment donné je ne peux pas tout accepter. Même s’il m’explique de bonne foi qu’il ne s’est pas réveillé quand on a un match super important contre Villeurbanne le dimanche le samedi à 10h30 on doit se réveiller. Je n’ai pas l’habitude de tailler mes joueurs dans la presse mais on ne peut pas tout accepter des joueurs. Je serais le premier à lui faire confiance mais lui doit aussi m’envoyer des signaux pour me montrer qu’il est prêt à travailler et faire beaucoup d’efforts. C’est pour ça qu’il n’est pas rentré dans le cinq. J’ai décidé ce soir que c’était Heiko Schaffartzik le capitaine car un capitaine se soit d’être exemplaire. Mykal se doit d’être exemplaire ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.