Pascal Donnadieu : « Une défaite facile à analyser »

Pour Pascal Donnadieu la mauvaise gestion du money-time explique largement la défaites concédée face au Mans.

Sur l’analyse du match
Pascal-Donnadieu-ClaireMacel« Ça ne se résume pas à une équipe qui nous correspond ou ne nous correspond pas. On n’a pas réussi à faire e qu’il fallait pour l’emporter. C’est le contenu que l’on a proposé qui n’a pas été assez satisfaisant notamment en fin de match. Vous savez Le Mans c’est une équipe qui a beaucoup de qualités, ils ont mis 69 points. Dashaun Wood je le dis depuis le début de la saison ça sera vraisemblablement le MVP de la saison. Qu’il ait été fort c’est tout sauf une surprise. On a pris 69 points, je considère que contre une équipe où il y’a beaucoup de talents ça n’est pas catastrophique.

Aujourd’hui le gros point noir du match de ce soir (hier) c’est notre money-time et nos possessions offensives qui n’ont pas été bonnes avec des excès de précipitation, des excès d’individualisme. C’est juste ça; on ne les a pas bien ciblé alors qu’on pouvait les cibler un peu mieux dans le jeu intérieur. La défaite de ce soir (hier) a au moins le mérite d’être facile à analyser. On a perdu car dans le money-time on n’a pas été assez mature et intelligent pour construire notre match ».

Sur le money-time
« C’est un manque de lucidité, c’est un manque de maturité. C’est plein de petites choses qui s’expliquent comme ça. Ce que je peux vous dire c’est que l’on a été dans la précipitation, dans l’impatience. Ça nous est arrivé quelques fois depuis le début de la saison, quand on est comme ça on est catastrophique; avec des joueurs qui veulent faire la différence mais qui n’ont peut-être pas les jambes pour la faire. Ça s’est retourné contre nous ».

Sur la notion de pression
« La saison va être compliquée parce que chaque match que l’on gagne on nous dit qu’il va y avoir de la pression, chaque match que l’on perd on nous dit que ça va nous enlever ou nous en remettre… la pression c’est un mot qu’on utilise toutes les semaines, dans toutes les formes, à toutes les conjugaisons. Aujourd’hui on a fait sept matchs de championnat avec quatre à l’extérieur. On est à 6-1; 24 heures avant le match de Strasbourg on m’aurait dit tu seras à 6-1 avec deux victoires en Euroleague… Par contre la pression de mieux gérer un money-time, de mieux être efficace ça ça serait bien qu’on arrive à mieux la gérer au prochain match ».

 

Crédit photo : Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.