Pierre Vincent : « Les centres de formation ? Pas aussi idéal qu’il y parait »

Avec son franc-parler habituel, le technicien villeurbannais a évoqué la question des centres de formation.

Abordée dans les récentes réformes LNB, la question des centres de formation suscite toujours autant le débat. Des jeunes pas assez prêts, un championnat pas assez compétitifs…. Les griefs sont connus depuis longtemps alors que le nombre de talents potentiels est bien présent. Pour Pierre Vincent, c’est tout un système qu’il faudrait modifier à commencer par ce qui se passe dans son propre club.

« Il faut donc réfléchir aux contenus et, chaque année, nous ferons appel à un coach étranger pour qu’il nous présente sa philosophie. Je veux donner un style « Asvel », changer l’organisation sportive […] Ici, je suis le seul à dire que les centres de formation, ce n’est pas aussi idéal qu’il y paraît. Si nous étions si forts, nous aurions beaucoup plus de joueurs en France et nous n’aurions pas besoin d’aller en chercher en Grèce, en Serbie, en Slovénie ou, bien sûr, aux Etats-Unis. Chez nous, il y a des jeunes de partout. Mais les autres travaillent plus ! » (Le Progrès).

Sur le fond de la question liée aux centres de formation, on ne peut lui donner absolument tort. Mais pour après porter un projet jeune comme celui de l’ASVEL, et donc favoriser l’éclosion de ces espoirs ou néo-pros, encore faut-il qu’ils soient entourés de cadres pour les aiguiller et d’un climat de confiance. Ce qui a manqué à l’ASVEL cette année….

Tags : , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. The Dream

    Ben mon gars ton 'style ASVEL' c'est bien parti: on fait jouer des jeunes pas au niveau avec des ricains qui ne s'integrent pas et on prend des claques a chaque match. Chaque annee on rachete 2-3 ricains au cas ou on ait un coup de bol.

  2. GW

    Il est encore entraineur de l'ASVEL lui ?

  3. BCMers

    En attendant le ''style asvel'' (au moins ça fait rire), c'est Moretton qui le définit pour l'instant, et le portrait n'est pas très glorieux.

    Et sur les centres de formation, c'est pas seulement là le problème, c'est aussi comment avoir un championnat suffisamment attractif pour retenir nos plus bons espoirs.