Pierre Vincent : « On ne sait pas qui était le gros »

Entre l’ASVEL et Limoges, la différence de division n’était pas si visible que ça.

Les Villeurbannais ne risquent pas de garder de très bons souvenirs de leur séjour en terre limougeaude. Face à une équipe qui a crânement défendu ses chances, les Villeurbannais n’ont pas su trouver les solutions ni être à la hauteur du contexte si particulier de Beaublanc.

« On savait que ce ne serait pas facile. J’avais annoncé que cela allait être pire que ce que nous avions vécu à Gravelines étant donné la salle, le contexte et la position des deux équipes. C’était le petit contre le gros. Mais ce soir, on ne sait pas qui était le gros. Ils n’avaient rien à perdre et nous, on n’a pas respecté les règles. Il y a toujours des joueurs qui font les mêmes erreurs » a ainsi confié Pierre Vincent dans les colonnes du Populaire.

Une déclaration emprunte de frustration pour le coach de l’ASVEL.  Face au MSB à l’Astroballe ce vendredi, les mêmes erreurs ne pourront être reproduites sous peine de lâcher un peu de leste dans la course aux play-offs.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (1)

  1. GW

    "C’était le petit contre le gros. Mais ce soir, on ne sait pas qui était le gros."

    Dixit l'entraineur du club le plus riche de pro A en parlant d'un club de pro B…

    Faut pas exagerer déja en Pro A l'année dernière, Limoges avait un budget inférieur à Strasbourg, Pau ou Paris. Et deux fois moins important que celui de l'ASVEL !

    La différence cette année c'est que Limoges a remis en question sa politique de recrutement, a fait venir de bons joueurs français, stabiliser le noyau de cadres et dénicher de bons joueurs étrangers.

    L'ASVEL n'a fait que continuer la politique de l'année dernière, grand lessivage et équipe totalement remodelé (aucun joueur du 5 majeur conservé), recrutement sans visibilité sur le long terme (joueurs NBA pour quelques semaines), des étrangers non adaptés a la pro A (Skeen, Armstrong), des jeunes pas au niveau (Fofana, Lacombe), des joueurs surpayés (Goss copie conforme de Hammonds).

    Et vu que le budget est en baisse, la politique sportive toujours la même, les résultats sont eux aussi en baisse…