Pierre Vincent : « Nous avons mis en place une stratégie bourre pif »

Lors de la conférence de presse, le technicien villeurbannais a comparé la situation de l’ASVEL à … la chasse à la seiche.

Les Villeurbannais ne sont pas ménagés et après Gravelines, c’est le vice-champion de France qu’ils iront défier ce week-end. Pierre Vincent fait un état des lieux à 24h de la rencontre.

Sur la semaine d’entraînement :

« Elle s’est très très bien passée. Pas de blessures, pas de problèmes, tout va bien. »

Sur le secteur intérieur:

« Ce n’est pas le secteur intérieur qui pêche, c’est le rebond ! Ce n’est pas tout à fait pareil, le rebond c’est la responsabilité de tout le monde. C’est la responsabilité du secteur intérieur parce qu’ils sont plus prêts du cercle, mais c’est la responsabilité de tous les joueurs. Yannick Bokolo a pris 5 ou 6 rebonds offensifs, ce n’est pas de la responsabilité des intérieurs de bloquer les arrières. C’est un travail collectif, un sport collectif, et nous ne sommes pas là pour chercher des boucs émissaires, on est là pour répondre à un projet de profil d’équipe qui montre des faiblesses au rebond et sur lequel il faut qu’on travail collectivement. « 

Sur le travail effectué dans ce secteur :

« Je le confirme nous avons mis en place une stratégie bourre pif pour développer les capacités à faire le travail nécessaire au rebond. Il y a tout un tas de domaine à prendre en compte, l’aspect technique, la combativité, les aptitudes, la volonté collective de s’engager dans ce secteur là. Mais en même temps, on peut faire évoluer l’équipe. C’est mon travail de l’améliorer. Mais nous n’allons pas changer fondamentalement les individus. Donc à nous d’être meilleurs, de tenir une position décente parce que même si Christian Monschau dit que ce n’est pas pour ça qu’il a gagné, c’est mieux d’avoir 15 tirs de plus que l’adversaire que d’en avoir 15 de moins.

Quand nous avons constitué l’équipe, il y avait déjà des joueurs sous contrats qu’on avait évalués. Je le rappelle parce que des fois on oublie avec la venue de Tony, et de Ronny que nous avons quand même une équipe jeune avec des joueurs qui ne sont pas affirmés mais qui montrent des potentialités. On a vu par exemple Edwin faire un bon match face à Gravelines. J’espère qu’il le reproduira et que les autres reproduiront également. Mais on a aussi vu des naïvetés défensives, beaucoup. On a fait un très bon match défensif contre Gravelines, si on excepte notre performance au rebond. Le problème c’est qu’on ne peut pas faire une arrêt sur image pendant le match et dire bonne défense puis redonner la balle à l’adversaire pour qu’il retente un truc ou qu’il rescore derrière. Il faut valider la défense, et valider la défense c’est reprendre la balle. C’est un problème sur lequel il faut qu’on investisse beaucoup de temps et d’énergie. »

Sur le projet du club :

« Le problème est que nous sommes partie avec une idée qui était claire et elle a été oublié. Nous avons de jeunes joueurs que nous voulons développer, c’est une vraie stratégie. Le problème auquel nous sommes confrontés, qui n’est pas un problème en soit mais qui le devient aussi, c’est que l’éclairage médiatique apporté par l’arrivée de Tony et de Ronny masque ce que nous voulons faire au niveau du club, parasite ou enlève ce que nous voulons faire. Pour chasser la seiche en Poitou-Charente, on se promène avec une lampe à sulfure, on la met au dessus de la mer, et la seiche vient, elle voit la lumière et oublie ce qu’il y a autour, et elle se fait harponner la tète, et après on la mange… Et là c’est un peu ça, le fait qu’il y ait l’impact NBA, tout autour a changé. Et on oublie ce qu’on fait là, qui est là… Où l’on en est du projet… Les gens ont retenu que nous aurions pu perdre de 20 points contre Paris si Tony n’avait pas été là. Par contre, personne ne s’est posé la question de savoir si on avait battu Gravelines sans Tony et pourtant on les a battu à Vilnius. Donc quand on prend un élément, un phénomène dans une situation, on peut tout expliquer, tout dire et son contraire. »

Tags : ,
Comments

Commentaires (18)

  1. AND11

    T'inquiètes Pierre, moi je suis là, et moi je m'entête à expliquer à tout le monde que l'arrivée de TP a été un vrai problème pour Leo Westermann.

  2. cedric la touffe

    c'est un peu chiant de lire toujours des truc sur l'ASVEL ca n'arrête pas pfff en plus on peut pas dire qu'ils sont bien placé en championnat ! ils ont un parker un semi turiaf mais c'est tout ! vivement la fin du lock out après l'asvel sera moins médiatisé… pareil pour nancy d'ailleurs

  3. Val

    Je suis tellement d'accord avec toi and1. Vivement la fin du lock out pour Leo.

  4. Burt Cassander

    "Pour chasser la seiche en Poitou-Charente, on se promène avec une lampe à sulfure, on la met au dessus de la mer, et la seiche vient, elle voit la lumière et oublie ce qu’il y a autour, et elle se fait harponner la tète, et après on la mange… "

    alors celle là elle est bien drôle ! La métaphore de la pêche à la seiche en Poitou-Charente :) Il a fait un pari avec Jacques Monclar sûrement !

    Et je savais pas qu'on pêché la seiche dans le Poitou … Un hommage à son début de carrière peut être …

  5. elro

    il me plait bien ce pierre vincent!

    je le découvre au fur et à mesure de ces sorties!( navre pour bourges, c'est cela c'est bien bourges)

    il me semble etre l'homme de la situation pour l'ASVEL. Enfin si la réputation qui le précède se confirme

  6. arivid

    Vivement la prochaine interview que l'on apprenne comment les moules se reproduisent !!!

  7. OscarAbine

    Puis c'est vrai que quand on a des joueurs médiatiques dans son championnat (qu'on accuse souvent de justement pas etre médiatique), c'est dommage d'en parler, hein ?

    En outre, là, Vincent parle justement de tout sauf de TP. Et en plus en parle bien, intelligemment. Faudrait s'en priver ?

  8. Startrak

    "Et le César de la métaphore la plus foireuse est attribué à…"

  9. BCMers

    Bon discours de PV, mais dommage qu'il n'ait pas compris pourquoi il a perdu contre le BCM : quand y'a 3points d'écart à la fin, c'est pas 15shoots en plus qui comptent, ou du moins, 2shoots manqués par l'asvel grâce à une énorme défense gravelinoise compte tout autant

    Demandez à JDC si la défense ça compte pas en ce moment, hein John-Denys ?

    Mais bon, là c'est Johnson qui a tué le match, su 3shoots, pas 15.