ALL STAR GAME

Pierre Vincent : « Pas intense jusqu’au bout »

En conférence de presse, Pierre Vincent est longuement revenu sur les prestations de ses joueurs sans manier la langue de bois.

Photographe : FX Rougeot

Photographe : FX Rougeot

Sur l’analyse du match

« Il y’a eu de très bonnes choses et il y’en a de catastrophiques. Je suis très content de l’entrée dans le match, c’était vraiment très bien sauf que quand on donne la chance à l’adversaire de prendre un rebond, deux rebonds, trois rebonds… Face à une équipe comme Nanterre qui est très très dangereuse en attaque c’est compliqué. On domine le premier quart-temps et à la fin c’est pareil.

Quand on est malmené on ne sait pas ce qu’il faut faire. C’est-à-dire que l’on a des joueurs qui subissent un peu le stress et qui veulent chercher des solutions par eux-mêmes. Ils ne savent pas que lorsque l’on est à l’extérieur la façon dont on est sifflé ça n’est pas la peine que lorsque l’on est à domicile, en Eurocup. Tout ça il faut le savoir; quand on le sait on choisit d’autres voies pour attaquer : faire bouger la balle, renverser… Il y’a des options tactiques à trouver. On a passé notre second quart-temps à nous plaindre, ça nous a coûté très cher. On a passé notre temps à chercher des choses que l’on ne pouvait pas trouver, on a perdu des ballons et des contre-attaques. Mais sur le jeu il n’y avait pas tant d’écart que ça; c’est ce que j’avais essayé de leur expliquer à la mi-temps. Ils ont fait jouer les rotations, c’est ce qui nous a aussi impacté. On est revenu en étant patient, un peu plus précis jusqu’au moment où pareil c’est chaud et où on ne sait plus ce que l’on doit faire en défense.Dès qu’il y’a un peu de stress ça part dans tous les sens. Certains n’écoutent pas les consignes ou les écoutent mais ne les comprennent pas. On n’a pas de maîtrise totale de ce que l’on fait.

Moi j’ai envie aussi de garder la bonne part. Il y’a eu de très très bonnes choses dans l’intensité. Après ils ne sont pas intenses jusqu’au bout. C’est une grande limite pour nous. Quand on touche la balle il faut se jeter dessus. Après on progresse. Il y’a des options tactiques que l’on joue de mieux, de façon plus cohérente donc on a de meilleurs tirs ».

Sur Travis Leslie

« J’ai des joueurs qui ne réfléchissent à rien. Le talent c’est d’apprendre. Pourquoi Travis Leslie n’a pas été gardé ici à Nanterre ? Parce que ça n’est pas un grand joueur mais ça lui il ne le sait pas. Donc il faut qu’il l’apprenne. Il a une bonne attitude à l’entrainement, il essaye de comprendre. En match il veut montrer mais il n’a pas compris. Je ne sais pas s’il va comprendre. On va faire un débrief avec lui. Tu fais avec les joueurs que tu as. Je suis content d’avoir Travis avec nous. On joue deux fois par semaine, on avait eu une pré-saison catastrophique donc je suis content de l’avoir. Travis voulait tellement bien faire parce qu’il ne comprend pas pourquoi ils ne l’ont pas gardé ici. Moi je savais pourquoi ils ne l’ont pas gardé. Ce soir (hier) c’était affectif il voulait montrer ce qu’il valait. On va voir s’il a tiré les leçons ».

Sur Chris Wright

« Je suis très content de lui ce soir (hier). Il a respecté les consignes. Il défend plus fort, il comprend mieux les options tactiques. Il fait un bon match. Si vous avez vu le match contre Pau c’est le jour et la nuit. Ça c’est très satisfaisant. Manque de peau pour nous Edwin était lamentable. Mais un jour on aura bien les deux, les trois ou les quatre ensembles. Chris a attaqué comme il fallait à la fin de la rencontre car les arbitres ont équilibré le bateau. C’est comme ça que l’on est revenu car le bateau s’il n’est pas équilibré il coule ».

Sur la prestation d’Edwin Jackson

« On lui a marché un peu dessus quand même. Les adversaires savent que c’est une cible. On n’en a pas beaucoup. L’arbitrage français est quand même très très tolérant. Il y’a des contacts et des luttes partout, ça épuise. En face quand il a Nzeulie et qu’Nzeulie est fatigué, il prend Judith. Si on lui pose la question au change je ne sais pas ce qu’il va choisir. Donc on est moins lucide et c’est là qu’il a des progrès à faire, de ne pas penser qu’il peut faire tout tout seul. il devrait passer la balle et il ne le voit donc il force les situations parce qu’il est cramé et qu’il joue beaucoup depuis le début de la saison. Mais ça n’est pas un surhomme. Lui il entend ce qu’on lui dit; il a fait des progrès et il en fera d’autres. Je n’ai pas besoin de lui dire qu’il a été mauvais, il le sait et il ne va pas chercher d’excuses ».

Sur l’apprentissage

« Certaines équipes mettent plus de temps à progresser que d’autres. Nous on a besoin de jouer, de prendre des informations, contrôler mieux ce que l’on fait et s’améliorer jour après jour. Le match est un élément important pour nous pour pouvoir progresser ».

Sur la possibilité d’effectuer des changements

« Une spirale de défaites ? Ça va. On a perdu à Strasbourg, on s’est voler le match, on peut en parler aussi. Derrière contre Orléans on s’est fait voler aussi, je ne sais pas si on aurait gagné contre eux mais on s’est fait voler aussi; ça fait deux. On perd à Nanterre de 7-10 points, ça n’est pas catastrophique. A Pau on était à +8 et on perd en prolongation parce que l’on a joué comme des blaireaux. Mais on progresse et je suppose qu’un jour on va gagner. Je ne suis pas satisfait de perdre ».

 

Tags : ,
Comments

Commentaires (2)

  1. Vincent Ricard

    « On lui a marché un peu dessus quand même. Les adversaires savent que c’est une cible. On n’en a pas beaucoup. L’arbitrage français est quand même très très tolérant. Il y’a des contacts et des luttes partout, ça épuise."

    Faudrait qu'il aille voir l'arbitrage en Grèce ou en ABA Liga…

  2. Toto Parigo

    et le match contre Orléans, son avis c'est n'importe quoi !!

    Orléans avait moyen de le plier 3 fois avant la prolongation, arracher par l'Asvel sur un shoot de fou de Jackson ! Il n'y a pas de vol ! Le vol c'est d'avoir eu la prolongation, et ça aurait le cas si l'Asvel l'avait emporté !