Portrait : Petr Cornelie promesse tenue

S’il y’a bien un joueur qui dépasse les espérances cette saison au Mans, c’est le jeune Petr Cornelie.

Selon la définition du Larousse, un espoir est « une personne qui présente toutes les qualités nécessaires pour réussir dans un domaine déterminé ». Il n’a pas encore vingt ans (il les aura le 26 juillet) mais on peut sans trop de risques dire que cette définition va comme un gant au manceau Petr Cornelie. L’an dernier on ne l’avait vu qu’une minute en Pro A mais cette saison l’ailier-fort a su saisir sa chance dans un effectif où les blessures de joueurs cadres (notamment celle de Dounia Issa) ont un peu forcé son destin. « Je vois que le club a confiance en moi, qu’il veut m’aider. Pour moi c’est une chance car tous les clubs ne l’auraient pas fait. Erman (Kunter) avait annoncé qu’il voulait faire rentrer des jeunes cette année quand il est arrivé au club. Je le vois comme une promesse tenue » explique-t’-il.

Du haut de ses 2m11, l’ailier-fort est surtout chargé « d’apporter de la défense, de prendre des rebonds, de faire des contres, de mettre beaucoup d’intensité » mais en le « faisant bien » comme le lui a demandé son coach. Ses stats sont là pour prouver que les consignes de son coach ont été respectées. En Eurochallenge, Cornelie vaut ainsi 5,2 points et 3,4 rebonds puis 3,1 points et 4,6 rebonds en championnat. Pour continuer sa progression, le natif de Calais peut compter sur les conseils de ses coéquipiers les plus expérimentés comme Michal Ignerski qui a selon lui « pas mal de qualités dont je pourrais m’inspirer ». Mais sur le registre défensif, sa référence est Dounia Issa. « Je regardais beaucoup Dounia. Niveau défense, agressivité… pour moi c’était celui qui représentait le plus ça dans l’équipe ». Pour continuer à progresser, Petr Cornelie s’astreint à un programme individuel copieux. « Je vais à la salle le matin, je cours, je fais de la muscu car il faut que je m’épaississe. J’ai un travail individuel comme je pense chaque joueur dans sa gestion de carrière. Moi j’ai vraiment envie d’exploser. Je travaille sur mon drible, sur mon tir, physiquement ».

Face à Nanterre en quarts de finale de la Leaders Cup, il aura tout le loisir d’apporter quelques précieuses minutes à son équipe. Car le MSB a une revanche à prendre mais aussi un titre à défendre. « C’est le deuxième match de la semaine contre eux. On sature un peu (il sourit). C’est une revanche oui car mardi on s’est fait battre salement on va dire. On sait que la Leaders Cup se joue sur un match. Il y’a trois matchs pour gagner mais ça peut vite s’arrêter ».

Mais les défis ça réussit plutôt bien à Petr Cornelie.

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.