Power Ranking : Nancy et le Mans chutent, Chalon et Gravelines gardent la tête, l’ASVEL en embuscade

Etat des lieux du championnat Pro A avec la quatrième édition du Power Ranking de BasketActu.

Entre la trêve hivernale et le Semaine des As, les mois de janvier et février ont été assez courts. Et en si peu de temps, les choses ont bien bougé en Pro A. Si en tête de liste Gravelines et Chalon restent maîtres de leur sujet, dans le ventre mou, ça s’agite. Avec 2 victoires seulement en deux mois, Nancy a lourdement chuté alors que Cholet et Poitiers se sont refait une santé. Du côté de Toulon, on attend la fin de saison avec impatience.

Par Syra Sylla et Vincent Ricard

1 – Chalon (5-1)

Chalon l’inusable ! Greg Beugnot et son groupe étaient sur tous les fronts ces deux derniers mois entre le championnat, la coupe d’Europe et la Semaine des As. Ce qui ne leur a pas particulièrement posé de problèmes. La raison : l’efficacité du banc de l’Elan. Le coach chalonnais ne cesse de le répéter : la productivité de ces jeunes est la clé du succès de cette équipe. Si les cadres de l’équipe ont su jouer leur rôle ces deux derniers mois, Joffrey Lauvergne a été l’un des partisans des nombreux succès de l’Elan. Nicolas Lang a eu lui son mot à dire tout récemment en plantant le shoot de la victoire face au Mans le week-end dernier. Et avec un Blake Schilb remonté (les joueurs d’Orléans s’en souviennent encore), Chalon avait toutes les cartes en main pour confirmer son rôle de candidat au titre. Seule fausse note au tableau : cette courte défaite concédée au Havre (-1).

2 – Gravelines (5-1)

Mois compliqués pour les Gravelinois. Si l’équipe de Christian Monschau continue de dominer les débats, les écarts se sont largement réduits. Il faut dire que le BCM a eu un mois plutôt intense avec des déplacements à Nancy (+2) et Roanne (+5) et les réceptions du Paris-Levallois (+6), Nanterre (+8) et Cholet (+4). Chez les Manceaux, l’armada du Nord n’a pas fait le poids face à Taylor Rochestie et sa bande. Quoiqu’il en soit, le BCM continue sa route vers les playoffs en mettant à contribution chaque membre de l’effectif. Dans la peinture, Ludo Vaty et JK Edwards se partagent le boulot alors qu’à l’extérieur Yannick Bokolo, Andrew Albicy, Pape Sy, Juby Johson et Rudy Jomby se passent le relais. En revanche, défensivement, le BCM a bien du mal à se mettre dans le bain dès l’entame de match. Les joueurs de Christian Monschau se sont souvent retrouvés à devoir passer la seconde en deuxième période pour réaffirmer leur domination (69.6 pts encaissés en moyenne). Quelques réglages restent à faire…

3 – Orléans (5-1)

Tout simplement imbattable dans son (très petit) Palais des Sports, l’Orléans Loiret Basket a bien géré la reprise. La bande à Georgi Joseph (9.5 pts, 4.3 rbds, 11.2 d’éval en 22 min) est toujours aussi intraitable en défense, avec son armée de joueurs aussi sous-estimés que précieux (Brian Greene, Maleye Ndoye, David Monds…), et se fait un malin plaisir à châtier tous les imprudents tentant de venir croiser le fer à l’intérieur. Toutefois, alors qu’elle nous avait fait une très belle impression en décembre dernier, l’équipe de Philippe Hervé a laissé paraître quelques lacunes qui pourraient lui porter préjudice une fois les playoffs venues. En effet, si la force de l’OLB vient de sa capacité à – disons-le clairement – se mettre minable à chaque instant sur le parquet, la squad de Marco Pellin souffre rapidement de son absence de vrais leaders offensifs dans les moments chauds. Pour exemple : incapable de trouver la parade aux assauts répétés de Taylor Rochestie et des Manceaux lors de la Semaine des As, l’Orléans Loiret Basket n’avait su trouver de joueur sur qui s’appuyer en attaque pour assurer sa victoire. Amara Sy (10.2 pts, 5.7 rbds pour 12.5 d’éval) est certes un capitaine de route exemplaire et Cedrick Banks (14 pts, 10 d’éval) un slasher de talent, mais il n’en demeure pas moins que ces deux joueurs n’ont pas l’instinct de killer. Dès lors, si cette lacune n’a rien de bien grave lors de la saison régulière, elle pourrait s’avérer ô combien problématique dès le mois de mai.

4 – Paris-Levallois (4-2)

Le Paris-Levallois s’est définitivement installé dans le Top 8 et confirme match après match. Pour preuve cette énorme victoire face à Nancy et la résistance montrée à Gravelines. Contre Poitiers, Pau et Hyères-Toulon, le PL n’a pas failli. La seule sortie de route du mois : cette courte défaite à Roanne après une semaine de break, SDA oblige. L’homme de la situation en janvier/février n’est autre que Lamont Hamilton, intraitable dans la peinture, même avec une épaule en vrac. Le pivot francilien a prouvé qu’il était bel et bien l’un  des (le ?) meilleurs intérieurs du championnat (19.2 pts et 9.8 rbds). Eric Chatfield n’a quant à lui pas baissé le rythme (22.8 pts de moyenne) et aurait bien mérité une place dans la liste des joueurs du mois aux côtés de son coéquipier Jawad Williams. Le seul hic pour l’équipe francilienne, cette dépendance aux Américains qui lui permet de figurer dans les favoris pour l’intégration à la D-League…

Tags : , , , , , , , , , , ,
Comments

Commentaires (7)

  1. Marc

    un peu severe avec Roanne. ils ont battu Cholet et Paris.

  2. AND11

    "Supporters et observateurs s’accordent pour dire que le choix Bernard King est un échec. "

    LOL..

    Vous avez vu ses stats ? Le mec a la meilleur évaluation du club. Une des meilleures du championnat. Alors qu'il a pas 2 mois d'entrainements collectifs avec sa nouvelle équipe.

    C'est dingue de lire ça…

    Fin bref, on fera le bilan en fin de saison.

    Il y a 2 problèmes au SLUC. Le gros coup de fatigue de Akingbala. Moi qui me réjouissais de sa nouvelle explosivité en tout début de saison, ou on avait l'impression qu'il marchait sur l'eau tellement il était dominant, le voilà à la peine physiquement au bout de quelques minutes sur le terrain. Et il se fait bouffer au rebond défensif et défend moins bien.

    Deuxième problème le poste 2. Jamal Shuler joue plus de 35 minutes de moyennes en 2012. Il passe même 40 minutes sur le parquet sur certains matchs!!!! Pour des performances très médiocres. Et pendant ce temps on se prive du talent de création de Grant et de son précieux shoot. Je pense que la gestion du cas Shuler pose beaucoup de problèmes au Sluc en ce moment. Merci JLM.

    Mais Bernard King fait son taff!

  3. AND11

    Bon sinon excellent taff de votre part BA! Il y aurait pleins de choses à dire mais je vais pas parler tout seul (ah je le fais déjà ?!).

    Vous avez quand même toujours tendance à sur-évaluer l'ASVEL. Enfin bon.. En début de saison vous (Syra et Ricard) en faisiez des candidats au titre. Y'a du mieux :)

  4. Barbara

    J'aurais quand même mis Nanterre devant Poitiers qui est toujours dans le fond du classement

  5. Riri

    Je suis un peu déçu pour le commentaire sur Ona Embo. Je le vois jouer tous les weekends et je pense qu'il est important pour Cholet et il a une bonne petite marge de progression. Il besoin de temps de jeu et de patience pour être régulier mais faut lui laisser un peu les clés de temps en temps. Il y a quand même une bonne rotation au poste 1-2 avec Causeur, Nelson et Ona Embo. Après ce que je comprends pas c'est quand Carl est sur le terrain et que c'est Nelson qui mène.