Preview Euroleague : Cantu va bien, tout va mal

Les Manceaux ont fait fort contre Kazan mais devront rééditer leur performance ce soir s’ils veulent rejoindre Chalon en Euroleague.

Le Mans a montré deux visages lors de cette phase de qualification pour le tour principe de l’Euroleague. Agaçante face à Donetsk, puisque ses approximations et ses déchets sur la ligne de réparation lui ont donné quelques sueurs froides, la formation de JD Jackson s’est montré rayonnante contre Kazan, annoncé comme étant l’épouvantail de la compétition. Reste que, ce soir, les Manceaux ne devraient pas avoir la partie facile face à Cantu. Bien au contraire.

Qualifiée pour le Top 16 la saison passée, avec les honneurs par le FC Regal Barcelone et le Maccabi Tel Aviv, la formation italienne avait fait meilleure impression que l’Unics, pourtant quart de finaliste mais ayant pu bénéficier d’un tirage plus clément. Sans complexe, besogneux en défense et appliqués en attaque, les Lombards avaient, aussi, pu compter sur les coups de chaud de l’inusable Gianluca Basile pour faire tomber quelques grosses cylindrées croyant avoir à faire à une équipe de seconde zone. Troisième de la dernière Lega, à égalité avec l’Emporio Armani Milano, Cantu se trouve aujourd’hui contraint de passer le tour préliminaire.

En plus des expérimentés Basile et Denis Marconato, le club de la province de Côme a vu partir cet été les (très) talentueux Vladimir Micov (CSKA Moscou) et Giorgi Shermadini (Maccabi tel Aviv). Un sacré crève-cœur pour les fans du bouillant Pala Desio mais, attention, Andrea Trinchieri a toujours des munitions à sa disposition.

La demi-finale contre le CEZ Nymburk l’a prouvé, Cantu possède une ligne arrière de haut niveau. Agressive sur le porteur du ballon, la paire Jerry Smith – Pietro Aradori a fait suer sang et eau à ses opposants. Le meneur américain devrait d’ailleurs être une source d’ennuis pour Khalid El-Amin.

Très bon dans l’attaque du cercle, cet habitué de la D-League mettra en difficulté un adversaire qui, contre Terrell Lyday et Doron Perkins, a montré ses limites face aux postes 1 plus toniques. Henri Kahudi, à son avantage lors de son court passage sur le parquet hier, devrait être amené à prêter main forte. Reste à savoir si le jeune meneur ne sera pas dans un match sans.

Pietro Aradori, quant à lui, est un arrière beaucoup plus classique. Capable de venir enfiler quelques paniers près du cercle, l’Italien peut très vite se révéler inarrêtable lorsque la machine se met en marche. Alternant le chaud et le froid la saison passée avec Sienne, le natif de Brescia s’était fait quelque peu punir par Simone Pianigiani, qui lui préférait Igor Rakocevic, après fait part de ses états d’âme dans la presse. Revanchard, le joueur de 24 ans, à son avantage avec la Squadra Azzurra cet été (12.4 points, 43.8% derrière l’arc), sera un élément à surveiller de près.

Moins complets que lors du précédent exercice et toujours privés de Marko Scekic, les Transalpins peuvent tout de même s’appuyer sur des bases solides. A l’image de Maarten Leunen. Drafté par les Houston Rockets en 2008, l’ailier-fort n’est pas une star mais ne doit surtout pas être sous-estimé. Adroit longue distance et bon rebondeur, il apporte son écho dans le jeu des siens et, comme contre Nymburk, peut se révéler difficilement stoppable lorsqu’il met dans le mile. En plus d’Alexander Tyus-Cecchini, les Canturinis peuvent désormais compter sur Cusin, arrivé en provenance de Pesaro. Sans être génial, le pivot italien est dur au mal et possède une bonne petite main près du cercle. JP Batista retrouvera donc un joueur au profil assez similaire à celui de Ian Vogioukas qui, bien qu’archi-dominé en défense, lui avait fait quelques misères.

Les clefs de la victoire

Pour se qualifier, Le Mans devra reproduire le même schéma de jeu qu’hier. Empêchant les Russes de pratiquer un jeu rapide, les Sarthois avaient affiché les lacunes collectives des joueurs des bords de la Volga. Adepte d’un jeu up tempo, le Mapooro Cantu se verrait passablement ennuyé si, à l’inverse de ce qu’avait pu faire Nymburk, son adversaire ne se laissait pas embarquer. Face à un public entièrement acquis à la cause de l’équipe locale, Cameron Long et ses partenaires ont donc tout intérêt à ne pas enflammer la partie.

De plus, comme dit précédemment, le rendement défensif du « vieux » El-Amin face à la fougue que Smith est à suivre. Impeccable dans les moments chaud et véritable distributeur de caviars, l’ancien Strasbourgeois ne devra pas récolter de fautes trop rapidement.

Enfin, puisqu’il faut s’attendre à voir JP Batista ciblé par la défense adverse, Cuthbert Victor peut devenir le facteur X de la rencontre. Opportuniste, l’Américain possède un bon petit shoot et pourrait dès lors contraindre Cantu à laisser davantage d’espace au pivot brésilien.

Tags : , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (3)

  1. bucky

    Bien joué le titre ;)

  2. GW

    El Amin va devoir tenir son rang en défense, mais à l'inverse Cantu a t il les armes pour retenir un Batista en feu ?

    Ils vont jouer sans leur big man, ca va pas être simple à gerer pour eux.