PREVIEW EURO 2011 : GROUPE B

Serbie, Italie, Lettonie, Allemagne, Israël et France s’affronteront au sein du groupe le plus dense de l’Euro.

Où ?

4e ville du pays, Šiauliai est, comme Panevėžys, située dans une partie un peu écartée du pays. Proche de la frontière Lettonne, la ville est un fief du basket, puisque Šiauliai, coachée par Antanas Sireika, est considérée comme la 3eéquipe du pays après Zalgiris et Lietuvos Rytas. La Šiauliai Arena, 5700 sièges, sera la salle où la Lettonie jouera à domicile…

Qui ?

Serbie, Italie, Lettonie, Allemagne, Israël et France. Rien que ça. Autant dire que le groupe est très dense et qu’une défaite en ouverture peut singulièrement compliquer les plans d’une équipe du groupe, quelle qu’elle soit. Sachant que sur les six équipes, quatre peuvent prétendre aux deux premières places, et que Lettons et Israéliens seront heureux de déjouer toute forme de pronostics.

 

Ce qui peut se passer, parce qu’on va se mouiller un peu quand même ?

Un traquenard potentiel pour tous les adversaires de la Lettonie. Pourquoi ? La proximité de la frontière d’abord, promet un afflux massif de fans. Les Lettons sont presque aussi acharnés que leurs voisins. Ensuite, la proximité entre les deux nations fait que les deux pays se soutiennent toujours mutuellement. Heureusement finalement que les Russes ne sont pas dans ce groupe… En dehors des matches du voisin et ami, il n’y aura peut-être pas grand monde dans la salle…

 

Les favoris

SERBIE

Et c’est peut-être tant mieux pour les Serbes, tant la rivalité entre Serbes et Lituaniens est forte depuis l’incident de l’Euro 95. Vice-champions en titre, et après un Mondial consistant l’an dernier, les « Yougos » ont ressenti les soubresauts politiques et sportifs de la fédération Serbe en cours de saison. Démissionnaire, Ivkovic est finalement de retour aux affaires. L’équipe est devenue pleinement celle de Teodosic, sans surprise. Difficile de jauger le groupe, tant les récents adversaires de l’EdF semblent avancer en brouillant les cartes. Une seule certitude : Il faudra compter sur eux pour jouer les premiers rôles.

FRANCE

La France intrigue et retrouvera sur sa route des adversaires de longue date. Potentiel énorme, qu’il faudra un jour concrétiser, l’équipe a TOUT pour réussir. Verticalité, technicité, taille, expérience : autant de qualités qui en feront une des équipes à battre. Le tournoi de Londres a levé pas mal de doutes sur la qualité du groupe. La blessure de Turiaf est un coup dur, et sera plus difficile à combler que celle de DiotAli « Tpaope » est de retour, et peut apporter plein de choses dans un autre registre, en relais de Noah. Pour le reste, ne nous leurrons pas, l’Edf va souffrir en attaque d’un poste 4 capable de tirer de loin et d’ouvrir des espaces sur les aides. Boris Diaw peut jouer en partie dans ce registre, avec une qualité de passe et un QI basket au dessus de la moyenne à ce poste. Ensuite, comme d’habitude, les zones vont être de sorties, et l’absence d’un vrai poste 2 tireur peut se faire ressentir. Enfin, tout ça c’est la littérature habituelle, nous on veut juste y croire. L’EdF au 2e tour. Pas le choix.

 

Les outsiders

Une de ces deux équipes devrait passer à la trappe. On rappelle que seuls les 3 premiers sont qualifiés pour le 2e tour de la compétition.

 

ITALIE

L’Italie joue un peu le même refrain que la Serbie, mais en plus obscur encore. Différents scouts font ressortir un style de jeu proche du jeu NBA de la part des Transalpins : Beaucoup de jeu direct. Surprenant quand on sait commePianigiani « habille » Sienne. Le trio Bargnani/Belinelli/Gallinari, qui a encore quelques années devant lui, est désormais le socle durable de l’équipe. Difficile de jauger les résultats de la Nazionale tant les adversaires sont improbables. En effet l’Italie a joué cette semaine dans le Tournoi de l’Acropole avec la Grèce, mais également la Bulgarie et, en dernière minute, l’université de Brigham Young (!!!). Si les deux derniers adversaires ne valent pas grand chose, la victoire hier soir en double prolongation face aux grecs prouvent que ce groupe est solide. Quoi qu’il en soit, si dans une même équipe on met un coach reconnu, des joueurs de standing, expérimentés, ça donne rarement quelque chose de mauvais. Reste le révélateur de la compétition. Bon pour le deuxième tour.

ALLEMAGNE

L’Allemagne va présenter avec Nowitzki et Kaman ce qui reste la paire d’intérieurs la plus expérimentée en NBA pour jouer un Euro. Le blond des Clippers n’a jamais été un grand génie, mais il est solide. Le blond de Dallas est sans doute le meilleur poste 4 du monde. Et autour il y a de la viande, du joueur à 2.10 à la pelle (7 dans la présélection initiale !), de l’expérience, et une relève qui arrive doucement. Dirk Bauermann, dont c’est peut-être la dernière danse, a une nouvelle fois l’occasion de prouver qu’il est un coach de standing. La capacité de Nowitzki à s’écarter va poser des soucis à tout le monde. Hormis l’Italie qui a des ailiers de grande taille, et encore, aucune équipe du groupe n’a de joueur assez dense et véloce pour tenir le Texan loin de son standing. L’Allemagne sera au deuxième tour.

 

Les recalés

LETTONIE

La Lettonie n’a pas trop de route à faire, c’est déjà un avantage. 8e en 2001, le voisin balte n’a jamais fait mieux depuis, et s’est même abonné aux 13e places, quatre fois d’affilée. 4e de sa poule de qualification –assez dense-, elle doit sa présence à l’élargissement du nombre d’équipes. L’inoxydable Ainars Bagatskis aux commandes, sans vrai joueur de grande taille, la Lettonie va jouer dans le plus pur style Balte : Zone/courir/tirer… Les blessures vont permettre aux jeunes Meiers et Mejeris (nés en 91) de gouter à un Euro senior. Piège potentiel, si la concentration n’est pas au rendez-vous. Le manque de densité condamne à l’exploit. Au mieux 5e, sauf coup de chaleur.

ISRAEL

Israël n’a pas fait mieux que 6e à l’Euro depuis 1981. C’est dire si la traversée du désert est longue pour un pays donc le club phare domine en Euroleague depuis tant d’années. Là encore, difficile de situer le niveau du groupe. Entre les blessures et le reste, se projeter est délicat. Et ce n’est pas la mise à jour des rosters par la FIBA qui aide… Le groupe n’est pas inintéressant au complet, mais la blessure de Casspi est une galère de plus dans l’enfer de la poule B. Ne passera sans doute pas le cut, mais repartira avec la boite de jeu et le bon d’achat en cadeau.

 

La hit list des fans locaux:

La Serbie, question de contentieux historique, et peut-être la France, de par son côté NBA. Mais de toutes façons, il n’y aura pas beaucoup de fans locaux. A part pour la Lettonie, et encore…

 

Le classement possible :

1-    Serbie
2-    France
3-    Italie
4-    Allemagne
5-    Lettonie
6-    Israël

 

Tags : , , , , ,
Comments
Un peu de LNB, un peu d'Euroleague, beaucoup de bonheur...

Commentaires (4)

  1. MatMAt

    Si je comprends bien vous dîtes que la Serbie, la France, l'Italie et l'Allemagne seront au deuxième tour ? seulement il me semble que seul les trois premières équipes de chaque poule se qualifie pour le second tour.

  2. OscarAbine

    C'est quoi, l'incident de 95 ? Me souviens plus…

    Sinon, Siauliai, c'est pas passionnant, comme ville, pour les touristes, mais y'a la fascinante "colline des croix" à voir à proximité.

    Quant aux prévisions, bah, on verra… Je signe de suite pour le classement que tu donnes, Personne…

  3. cedric la touffe

    un jour faudra m'expliquer pourquoi israel se retrouve en euro ???

    y'a pas un soucis la? pendant qu'on y est pourquoi pas l'irak ou encore mieux la palestine?? sérieux!!!

  4. OscarAbine

    Ben, c'est pas franchement nouveau. Ca tient surtout au fait que personne, ni en Asie ni en Afrique, ne veut jouer contre Israél. Ca date de la guerre des Six jours, en 1967.

    C'est dans tous les manuels d'histoire…