Preview Eurocup : Kazan et Valencia en favoris

Après s’être débarrassée d’une soixantaine d’équipes, l’Eurocup nous a livré un alléchant carré final avec deux clubs russes, un serbe et un espagnol.

Avec son nouveau format, le niveau de l’Eurocup est monté d’un cran cette saison. Déjà en demi l’an passé (élimination face au Lokomotiv Kuban), Valencia voudra cette fois rallier la finale. L’autre affiche opposera Crvena Zvezda à Kazan.

Crvena Zvezda Belgrade-UNICS Kazan 

Crvena Zvezda

Le club serbe participait à l’Euroleague en début de saison, avant d’être reversé en EuroCup. C’est le seul club issu de la compétition reine qui a réussi à rejoindre ce dernier carré. Sa principale force : la Kombank Arena. Plus de 20 000 fans (24 232 en quart de finale), une ambiance de dingue qui survolte les locaux et met une pression sur les visiteurs. Le meilleur marqueur de l’équipe sur la compétition est DeMarcus Nelson. L’ancien choletais marque 13,9 points par match, mais le vrai phénomène est Charles Jenkins. L’arrière américain a impressionné Daryl Morey, GM des Rockets, lors du quart de finale face à Kiev. A partir du moment où il prend feu, il devient inarrêtable. Ajoutez à ces deux athlètes américains, des locaux excellents comme la tour de contrôle (2m21) Boban Marjanovic, son collègue du poste 5 Rasko Katic, et Marko Simonovic capable de rendre quelques services, vous avez une équipe capable de surprendre… Sauf qu’en face, c’est UNICS Kazan. Le genre d’armada qui ferait passer Budivelnik Kiev pour une équipe de seconde zone (no offense envers la JSF Nanterre). Coach Trinchieri, avec son physique de chef d’orchestre, dirige avec brio cette équipe de gros CV expérimentés. Inutile de présenter des joueurs comme Chuck Eidson, Nikos Zisis, Vladimir Veremeenko, Kostas Kaimakoglu, ou encore Ian Vougioukas. Tous ces gars ont un passé en Euroleague et ont le niveau pour y retourner. Sauf que là où Kazan a fait fort, c’est qu’ils ont ajouté les anciens jeunes NBAers Luke Harangody, et surtout Andrew Goudelock (19,25 points, 4e meilleur scoreur de la compétition). L’ex-Laker en est à 49/119 à 3 points (soit 41,2% sur 20 matchs) dans la compétition. Il vaut mieux éviter de lui laisser des espaces de loin. On n’oublie pas non plus dans cet effectif pléthorique, notre mascotte préférée Dmitry Sokolov !

Notre pronostic : UNICS Kazan. Le fait de jouer le premier match à Belgrade devrait permettre d’avoir un peu plus de suspens. Ensuite, Kazan est invaincu à la maison en Eurocup et s’ils peuvent vous en coller 20, ils le feront avec plaisir.

Valencia Basket-Nizhny Novgorod

Doellman 1Sans faire injure aux Russes, si Valencia avait joué contre Novgorod en 1/8e, Jerusalem en quart, puis le Khimki en demi, personne n’aurait crié au scandale. Au vu du tableau initial, leur présence est une petite surprise. En face, Valencia est l’autre armada de ce dernier carré. Si Velimir Perasovic a fait de Justin Doellman sa pierre angulaire (14,7 points et 4,6 rebonds), il faut également se méfier de Romain Sato, du prospect montenegrin Bojan Dubljevic et de l’excellente paire de meneurs Sam Van Rossom-Olivier Lafayette. Quant à Pau Ribas et Rafa Martinez, ils auront à coeur de rejoindre la finale qu’ils ont raté l’an passé. Attention toutefois, Novgorod n’est pas là par hasard (1er de son groupe au premier tour et au Last 32). On peut dire que c’est une surprise, il ne faut pas non plus les sous estimer. A domicile, les Russes n’ont pas fait de cadeaux à leurs adversaire (+24 face au Besiktas, +16 face à Jerusalem). Avec deux anciens de Pro A (Taylor Rochestie et Dijon Thompson), plus Primoz Brezec à l’intérieur (14,5 points et 4,4 rebonds) et Vadim Panin de loin, l’équipe russe a quelques atouts pour faire pencher la balance en sa faveur. N’oublions pas que Valencia était à un match de la sortie de route dès le premier tour… Un accident est si vite arrivé.

Notre pronostic : Valencia Basket. Si qualitativement les Espagnols semblent au dessus, Novgorod aura une carte à jouer lors du match retour à domicile. En effet, ni en 1/8e (Khimki), ni en quart (Alba Berlin), Valencia s’est imposé à l’extérieur. En cas de match aller accroché en Espagne, le retour pourrait être très intéressant…

Ce qui donnerait une finale UNICS Kazan-Valencia Basket. Et vous, quelle est votre finale ? Quoiqu’il advienne, ce dernier carré devrait nous promettre beaucoup de devotion. Et oui, il n’y a pas qu’en Euroleague qu’il y en a, n’est ce pas Raško ?

Tags : , ,
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.