Preview Euroleague Groupe C : Barcelone et Fenerbahçe dans le vif du sujet

Les Polonais de Zgorzelec auront fort à faire, puisqu’ils affronteront Barcelone, Milan, Fenerbahçe, le Bayern Munich et le Panathinaikos. Une broutille.

FC Barcelone

juan-carlos-navarro-fc-barcelona-eb13Salle : Palau Blaugrana (7 600 places)

Effectif : Marcelinho Huertas, Tomas Satoransky, Ludde Hakanson, Juanca Navarro, Markus Eriksson, Brad Oleson, Alex Abrines, Mario Hezonja, Bostjan Nachbar, DeShaun Thomas, Justin Doellman, Maciej Lampe, Tibor Pleiss, Ante Tomic.

La rupture dans la continuité se poursuit à Barcelone. Juanca Navarro fidèle au poste malgré ses pépins physiques, la formation catalane a montré la porte de sortie à ce très cher Erazem Lorbek pour s’attacher les services de Justin Doellman, MVP de la dernière Liga. De même, les départs de Victor Sada et Joey Dorsey ont été numériquement compensés par les arrivées du génial Tomas Satoransky et de la machine à points Tibor Pleiss. Le style des trois recrues précitées peut donc laisser présager une légère évolution du jeu blaugrana, où la Juanca-dépendance reculera encore d’un rang. De plus, à l’arrière, outre Marcelinho Huertas et la Bomba, deux petits suédois « formés » à la cantena débarquent, à savoir Ludde Hakanson et surtout Marcus Eriksson. Toutefois, malgré ces recrues ô combien chatoyantes, de nombreuses interrogations apparaisses. Excellent dans un rôle très « bâtard » de spécialiste de la défense et de maître artificié dans le corner, Kostas Papanikolaou semble laisser un vide à l’aile, bien que Brad Oleson a déjà prouvé par le passé qu’il savait y rendre de fieffés services par séquences. L’expérimenté Boki Nachbar et la pépite Alex Abrines devraient ainsi se partager la plus grosse part du gâteau au poste 3, ne laissant que quelques miettes à un DeShaun Thomas venu pour faire le nombre (et prendre un très bon salaire) les soirs où Xavi Pascual aura décidé de taquiner Mario Hezonja. Autres interrogations : Ante Tomic, Maciej Lampe et Tibor Pleiss ne vont-ils pas se marcher dessus ? Qui va prendre la place du si précieux Joey Dorsey ? Revenu en grâce après la victoire en championnat l’an passé, Xavi Pascual, qui a fait des pieds et des mains pour signer Tibor Pleiss pour un « one shot » avant la NBA, devra à nouveau assumer en cas d’incompatibilités dans les grands rendez-vous.

Fenerbahçe Ulker

Emir PreldzicSalle : Ulker Sports Arena (13 000 places)

Effectif : Kenan Sipahi, Andrew Goudelock, Ricky Hickman, Melih Mahmutoglu, Serhat Cetin, Bogdan Bogdanovic, Emir Preldzic, Jan Vesely, Nemanja Bjelica, Luka Zoric, Oguz Savas, Semih Erden.

Zeljko Obradovic n’a plus d’excuses. Arrivé à la tête du Fener alors que le recrutement était bouclé à 80% l’an passé, Zoc avait dû composer avec un effectif loin de ses standards habituels. Cette année, les dirigeants turcs ont encore une fois mis la main à la poche mais ont, semble-t-il, laissé leur entraîneur faire le recrutement, à l’instar de Simone Pianigiani il y a deux ans (on a vu la suite…). Bo McCalebb enfin dégagé, les confiseurs ont fait les choses en grand en signant le gunner Andrew Goudelock et le récent vainqueur de l’Euroleague, Ricky Hickman. De quoi mettre le feu sur le parquet, mais clairement pas assez pour présenter des gages de sécurité à la mène, puisque ces deux combos n’ont plus vraiment tutoyé le poste 1 depuis plus d’une saison. Tout juste remis d’une grave blessure, le jeune espoir Kenan Sipahi aura donc fort à faire, même si l’arrivée d’un meneur étranger (Heurtel ?) est encore possible. Aux ailes, l’entente Emir Preldzic – Bogdan Bogdanovic s’annonce beaucoup plus complémentaire que le précédent attelage Emir – Bojan, et la paire Jan Vesely – Nemanja Bjelica laisse tout simplement rêveur. Tout ceci est beau et bon… Mais un constat semble apparaître : Fenerbahçe a amélioré ses points forts, et peu touché aux secteurs défaillants. Outre le cas de la gestion de balle déjà évoqué, le poste 5 fait peur. Luka Zoric, malgré toutes ses qualités, n’est clairement pas un amoureux du combat dans la raquette, et Semih Erden reste sur une saison tout bonnement honteuse sous le maillot de l’Efes. Mis au placard durant de longs mois, Ogus Savas saura donner son corps, à moins d’être pris de vitesse… Ce qui est pour le moins fréquent vu le footwork du bonhomme.

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.