Preview Euroleague groupe A

L’Euroleague reprend ses droits dès jeudi, faisons le point sur ce qui s’annonce dans le Groupe A.

Nouvelle saison Euroleague et nouveaux enjeux au programme dans le Groupe A ou le CSKA fait office d’épouvantail.

 

Les favoris

Fenerbahçe Ulker

Budget officiel : 19.5 millions d’euros

L’an dernier : Euroleague (Top 16), Turquie (5ème)

Principaux transferts : Bo McCalebb, Mike Batiste, Romain Sato, David Andersen, Simone Pianigiani (in) – Roko Ukic, Mirsad Turkcan, James Gist (out)

Le coach : Simone Pianigiani

 

Toujours aussi ambitieux, les dirigeants stambouliotes ont visiblement compris que pour faire plus que de la figuration sur la grande scène européenne, mieux valait avoir un coach à même de gérer les gros égos. Architecte du Montepaschi Siena multiple champion d’Italie, Simone Pianigiani a donc décidé de poser ses bagages Dolce & Gabbana en Turquie cet été, en amenant avec lui plusieurs joueurs déjà passés sous sa coupe. De quoi donner quelques certitudes à une formation devant encore se construire un vécu collectif. Leader offensif annoncé, McCalebb pourra se faire plaisir sans crainte car quelques gros bras prêts à aller au mastic à n’importe quelle occasion seront là pour le protéger. La saison passée, Bojan Bogdanovic et ses partenaires s’étaient perdus sur les chemins tortueux de l’Euroleague, faute de n’avoir pu trouver de guide dans les moments difficiles. Cette année, avec David Andersen, Romain Sato et Mike Batiste, le Fener a misé sur des valeurs sures sachant quoi faire pour (tout) gagner. A moins qu’ils ne soient venus en pré-retraite…

Meneurs : Bo McCalebb, Baris Hermis, Erbil Eroglu

Extérieurs : Omer Onan, Romain Sato, Bojan Bogdanovic, Emir Preldzic

Intérieurs : Mike Batiste, Kaya Peker, David Andersen, Oguz Savas, Ilkan Karaman, Berkay Candan

—————————————————————————————————

Real Madrid

 

Budget officiel : 28 millions d’euros
L’an dernier : Euroleague (Top 16), Espagne (finaliste), Copa (vainqueur)
Principaux transferts : Fernandez, Slaughter, Draper (in) – Tomic, Velickovic, Singler (out)
Le coach : Pablo Laso

C’est un petit miracle qui est arrivé à Madrid cet été car, pour la première fois depuis les années Maljkovic, la Casa Blanca a fait le choix de la continuité. Avec son système de jeu résolument tourné vers l’attaque, Pablo Laso a à disposition une traction arrière très spectaculaire et ultra complémentaire. A l’intérieur, si l’arrivée d’un nouveau pivot se fait attendre, Nikola Mirotic devrait poursuivre son évolution et devenir l’un des tops joueurs européens, pendant que la paire Felipe ReyesMarcus Slaughter s’occupera du reste dans un style bien différent. Mais attention tout de même. Bien que génial, Rudy Fernandez, de retour après une nouvelle escapade manquée en NBA, a parfois trop tendance à s’entêter lorsqu’il est dans un mauvais soir. Un vilain défaut, d’autant plus que l’équilibre collectif des siens est très fragile. Ce Real est programmé pour gagner… ou exploser.

Meneurs : Sergio Rodriguez, Dontaye Draper
Extérieurs : Sergio Llull, Jaycee Carroll, Rudy Fernandez, Martynas Pocius, Carlos Suarez
Intérieurs : Nikola Mirotic, Felipe Reyes, Marcus Slaughter, Mirza Begic, Rafael Hettsheimer (?)

—————————————————————————————————

Panathinaikos

 

Budget officiel : 17,5 millions d’euros
L’an dernier : Euroleague (demi-finaliste), Grèce (finaliste), Coupe (vainqueur)
Principaux transferts : Ukic, Kitchen, Bramos, Panko, Maciulis, Armstrong, Schortsanitis (in) – Calathes, Jasikevicius, Sato, Kaimakoglou, Perperoglou, Batiste, Vogioukas, Maric, Obradovic (out)
Le coach : Argiris Pedoulakis

En phase de transition, le Panathinaikos nouveau n’est pas entré en récession. Après s’être saigné pour mettre la main sur Roko Ukic, courtisé par de grosses écuries européennes, les Greens ont réalisé un recrutement astucieux. Bâti autour de l’inépuisable Dimitris Diamantidis, l’effectif hellène pourra s’appuyer sur un Schortsanitis apparemment débarrassé de ses problèmes aux genoux ainsi que sur le MVP de la dernière Liga Endesa, Andy ‘Benjamin Button’ Panko. Entre joueurs de devoirs talentueux (Lasme, Armstrong, Maciulis) et belles promesses (Kitchen, Bramos), le club pensionnaire de la bouillante OAKA à les armes pour conserver son rang. Si la mayonnaise prend, le Pana post-Obradovic pourrait imiter l’Olympiacos cuvée 2011-12.

Meneurs : Dimitris Diamantidis, Roko Ukic, Vasilis Xanthopoulos
Extérieurs : Derwin Kitchen, Jonas Maciulis, Michael Bramos, Charris Giannopoulos
Intérieurs : Andy Panko, Kostas Tsartsaris, Stephane Lasme, Sofoklis Schortsanitis, Hilton Armstrong, Gaios Skordilis

Tags : , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.