Preview : le Panathinaikos au pied du mont Olympe ?

La Green Team va se frotter à la machine à gagner barcelonaise pour une série présentée comme épique.

Il y a encore deux mois, nous n’aurions pas misé un drachme sur le Panathinaikos, au moment de vous présenter les chances de la bande à Big Sofo face à l’ogre blaugrana. Mais depuis, les choses quelque peu évoluées. A la peine pendant la première partie de la saison, en manque de potentiels exploitables et de profondeur de banc au début du Top 16, la formation coachée par Pedoulakis naviguait en eau trouble; maintenue à bout de bras par les vieilles jambes d’un Dimitris Diamantidis à bout de souffle (et de nerfs). Puis vint le déclic, après la victoire contre l’ennemi Olympiacos en finale de la Coupe de Grèce.

Plus appliquée, plus dure au mal, pouvant compter sur des rotations mieux définies et une volonté claire de faire déjouer plus que de jouer, la formation athénienne s’est retrouvée dans les fondements même de son basket national.

Loin de là, bien plus serein que son bilan en Liga Endesa ne le laisse supposer, le Barça n’a cessé de monter en régime, dans le sillage d’un Juanca Navarro économisé et de role players de luxe enfin responsabilisés. Car la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier, le FC Regal nouveau ne dépend plus autant de la réussite de ses deux principales stars, à savoir Navarro et Lorbek. Mieux utilisés en sortie de banc, Huertas et Jasikevicius impressionnent dans un pick and roll davantage utilisé par Xavi Pascual, tandis que la technique d’Ante Tomic et la puissance de Nathan Jawai apportent une présence nouvelle près du cercle.

Avantage Barça

Reste que, fin novembre, les Catalans ont perdu leur pierre angulaire : Pete Mickeal. Féroce dans l’attaque du cercle, plus adroit que ses stats ne le laissent penser à longue distance et défenseur émérite, l’Américain de 35 ans était l’homme clé de Pascual, celui qui, de par sa seule présence, permettait de créer le décalage pour les autres. Appelés à le remplacer, Ingles, Abrines ou autres CJ Wallace ont de belles qualités à faire valoir, mais ne peuvent décemment réussir là où même Chuck Eidson y a laissé des plumes.

Toutefois, il ne faut pas se tromper, les Barcelonais demeurent les favoris à plus d’un titre, car outre le fait de pouvoir compter sur l’avantage du terrain (mais est-ce réellement important pour eux ?), la bande à Victor Sada est un véritable rouleau compresseur capable de faire face à n’importe quelle stratégie, de la fast break offense du Real Madrid, au basket guerrier de l’Olympiacos.

As de la défense sur pick and roll, froids comme des lames à l’approche du money time, capables de varier le jeu en attaque mieux que personne et premiers dans plusieurs catégories statistiques de l’Euroleague (adresse, rebonds défensifs, le moins de fautes données, évaluation, écart points marqués/concédés), les culés ont de quoi donner de très sérieux maux de tête à un Pedoulakis.

D’autant plus que le problème avec ce Barcelona 2012-13, contrairement aux deux cuvées précédentes, c’est que l’excuse de l’équipe ennuyeuse ne tient plus.

Des armes à faire valoir

Alors que faire pour le Pana ? D’abord espérer que Michael Bramos et Jonas Maciulis soient dans un bon soir. Précieux en défense et adroits à longue distance, ces deux là ont une fâcheuse tendance à marcher sur courant alternatif. Si le Pana est et restera Dimantidis-dépendant en attaque cette saison, aucune grande victoire ne sera possible sans que les deux pistoleros ne mettent dans le mile.

Parfois décevant, parfois brillant, Roko Ukic devra lui aussi répondre présent, tant à la mène afin de soulager un 3D très certainement ciblé par Sada, qu’à l’arrière pour obliger le Barça à desserrer l’étau en défense. Nul doute que Tsartsaris saura lui aussi apporter son écho derrière la ligne.

A partir de là, les Grecs auront enfin les moyens d’utiliser les trop peu techniques Lasme et Gist sur pick and roll. L’autre solution, pourtant pas si évidente que ça, étant de faire appel à Sofoklis Schortsanitis pour aller chatouiller Ante Tomic. Le problème étant ici que le gros patapouf hellène a oublié bon nombre de rudiments du basket (le dribble, la passe, défendre sans faire de fautes…) depuis de longs mois…

Des big men d’ailleurs très importants car, avec la blessure de Pete Mickeal, le FC Regal est devenu plus vulnérable dans la protection de leur cercle. Médiocres aux rebonds offensifs (antépénultième avec 8.8 prises par match), les verts devront donc se faire violence pour faire vaciller l’adversaire.

Côté défensif, il faudra la jouer viril mais correct. Ante Tomic, Lorbek et Abrines sont assez chatouilleux, et le caractériel Inglès pourrait vite retomber dans ses travers. Bon, après, pour le flopping et les pleurs (Sada – notons l’ironie de la situation -, Navarro…)…

Contre le CSKA, Pedoulakis a parfois utilisé la zone 2-3 pour contenir Sasha Kaun et forcer Teodosic & co à shooter. Une option, pas une solution. En effet, Brad Oleson ne pouvant jouer en Euroleague, il est vrai que les Blaugranas n’ont pas de shooteurs attitrés à longue distance. Cependant, il n’en demeure pas moins que Lorbek, Navarro ou Jasikevicius peuvent se révéler diaboliques dans ce domaine.

La tache s’annonce donc ardue. Pas impossible. Mais ardue…

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (5)

  1. Don qui shote de la

    Merci pour cet avant match intéressant sur le fond. Ça change par rapport aux médias basket tv ou presse qui ne pourraient faire un 1/4 de çà. Y'a une hausse de qualité depuis quelques semaines qui fait plaisir :). Quelques petits trucs que je partage pas, des détails "Plus appliquée, plus dure au mal, pouvant compter sur des rotations mieux définies et une volonté claire de faire déjouer plus que de jouer, la formation athénienne s’est retrouvée dans les fondements même de son basket national" (un poil surfait) donc j'y reviens pas.

    Quelques trucs à rajouter.

    Lorbek/Tomic, c'est l'encyclopédie des sciences et techniques. Ça peut faire un gros (g)ist fucking dans la peinture. Comment le PAO peut résister à la domination sur le papier et dans les faits de la paire du Barça? Lorbek est un bon adversaire pour Tsartsaris, dans ses cordes, c'est pas un 4 vif et bondissant. Mais je vois mal Kostas jouait 25-30minutes sur une série. Tomic a beaucoup de plus de hauteur et de toucher que Sofo and Lasme réunis. Faut le faire plier par le sol. Sofo en est-il capable? Ensuite dans le duel des gros culs Jawai/Sofo, on verra celui qui prendra le plus de ftes! La seule chose intéressante avec un binôme physique mais quelque peu écervelé, c'est que ça peut switcher super bien et rapidement pour une défense étouffante. Après faut voir si Tomic reste imperturbable dans son basket (quand c'est dur, il avait tendance à se liquéfier – à voir si cette année, c'est la mue définitive en pivot dominant européen). J'oublie pas Wallace qui peut donner du shot à 3pts comme Morris par le passé.

    Dans la raquette le Barça est plus armé avec un duo Lorbek/Tomic. Maintenant à voir le niveau de Sofo sur ces 1/4 (en machine à mettre Tomic en foul touble..??) et si Gist rentre ses shots à 3pts. Le PAO a de la dissuasion aérienne, une bouboule au sol, mais ça peut rester court face aux deux artistes en face.

    Niveau lignes arrières, là y'a moyen de faire mal au Barça. Si on part avec un Huertas/JCN coté Barça et un 3D/Ukic, Pedoulakis va surement jouer l'avantage de taille et du post-up à foison. Ukic est pour moi la clé de la série car il a un avantage de taille sur Saras, Huertas et JCN qu'il peut poster ou attaquer en pénétration tant il est rapide et eux mauvais défenseurs. Ca peut être ravageur. Et si Sada vient défendre sur lui, ben y'aura la même chose avec DD. Donc il faut un bon Ukic pour espérer quelques choses. Ensuite, Pedoulakis a tiré sur la corde avec Diamantidis. A voir sa condition physique qui découlera sur celle technique et mentale. Il a fait un des des plus mauvais matchs face au CSKA, il a eu du temps pour se reposer. Est-ce assez, est-ce que sa blessure ne le gêne toujours pas un peu ? Aucun des meneurs du Barça ne peut embêter un 3D en bonne forme (ptet Sada, et encore en 2011, il n'avait pas fait le poids… depuis DD décline un peu certes). Bramos et Maciulis doivent bétonner en défense… ça sera fait… multiplier les aides et venir fermer sur Tomic. Maciulis peut faire mal aussi sur post-up…. et là, y'a plus Mickeal…. c'est une chance absolue. S'ils rentrent quelques 3Pts, ça serait bien pour que Sofo ou Lasme ait plus de place dans la peinture. On peut se demander qui défendra sur JCN. Et dans quelle forme est-il lui aussi? Ukic? Diamanditis?Bramos?Maciulis?

    Saras et Huertas, c'est des cadors du p'n'roll (pas que). Saras peut vite dégoupiller si on joue physique. Quel apport d'Ingles ou Abrines?

    Sur le backcourt, le PAO a quelques arguments pour faire mal au Barça. Ils sont des shooteurs, des pénétrants, et bcp de situations post-up à exploiter. Et au plus tu fais travailler Huertas/Saras ou JSN en défense et moins ils aiment. Je veux dire donner du coudes et du corps…

    On a un PAO dans le rôle d'outsider cette fois. Y'a moins de talents en soi. Il manque un peu de maturité chez pas mal de joueurs. Ils laissent bcp de l.f en route ce qui n'est jamais bon à ce niveau.

    D'un autre coté, le Barça a déroulé avec un Mickeal présent jusqu'il y a peu (victoire significative au Pirée où il fut énorme). Malgré leur 5 de base irrésistible, y'a pas un banc génial. Là c'est les 1/4 et plus les poules et top16. Sur une série comme çà qui sera surement dure et intense (peut être pas du "beau" basket comme y'a 2ans), faut voir quelles jambes tiendront le choc… et je me demande même si le PAO ne pourrait pas surpendre à mettre du rythme avec un truc du genre DD/Ukic – Bramos – Maciulis – Gist – Lasme… Lorbek et Tomic sont pas friands des courses, Saras non plus…. c'est assez illusoire mais Pedoulakis, derrière ses apparences de supporter (qu'il est à la base en tant qu'ex joueur du club) plus que coach vaut bien mieux que ce qu'on a dit parfois… il a l'oeil. Pascual a plus l'expérience des grands matchs, c'est sur.

    Donc, ok pour dire que le Barça a la cote mais que le PAO a des cartes pour surprendre son monde avec les absences de Mickeal (et Rabaseda). Avec un DD pas au niveau, c'est mort aussi. Le Barça aura plus de pression vu qu'ils sont les plus beaux et les meilleurs tous les ans^^. Le PAO arrive sans grande pression. L'image du club est "conservée" tant bien que mal avec la qualif' pour les 1/4 Déjà taper 1 des 2 matchs en Catalogne pour libérer les joueurs et rêver d'un exploit…

  2. OscarAbine

    Bon, ben, après coup, même si ça a pas été simple du tout, le Barça s'en est sorti. Malgré un Navarro en dessous de tout une bonne partie du match (mais quel gros 3 pts à la fin du temps réglementaire), avec un "magnifique" 0/5 à 2 pts… Bref, outre Tomic, heureusement qu'il déchire, Saras…

    Et si j'ai bien apprécié le comm' du Sancho (oups, pardon, du Don qui Shoote ;-) ci-dessus, faut avouer qu'au Barça, ce soir, la faiblesse était surtout sur les postes 3-4, beaucoup plus que sur 1-2. Et Tomic me déçoit en bien (vanne suisse…).

    Côté Pana, Diamant, bon ben Diamant, rien à ajouter. Gist fort aussi. Le problème étant que derrière, y'a de bons soldats "de l'ombre", mais plus vraiment de mec capable de mettre le gros shoot juste au moment où il faut. Et quand Diamant met pas dedans, ben…

    Sinon, p'tain, j'sais pas si c'est l'image du streaming un peu pourri que j'avais qui déforme, mais Jawaï, il est énooooooooooooooorme ! Le genre à faire passer Nsonwu pour un bengali rachitique… Vindiou le buffet…

    Dernier truc : aux lfs, 9/18 vs 7/15, c'est un poil moche. Même après une guerre de tranchées…

    Bref, ça fait qu'inaugurer une série qui devrait choucarde, je pense…

  3. on rêve ?

    @ vincent ricard : que vient faire le csp ici ? tu saoules un peu, contente toi de commenter l'euroleague, c'est déjà bien….évite les commentaires, t'es nul sur ça (souviens toi du "RIP boungou colo, contre Poitiers…c'était vraiment la classe ça…)