Preview : Le Mans veut contenir la moutarde

A la recherche de son 2e titre de la saison, Le Mans va devoir batailler face à la JDA Dijon pour rêver plus grand. Un adversaire à ne pas sous-estimer.

Attention ! Série de playoffs déconseillée aux fans de jeu offensif ! Le Mans (72,3 points par match) et Dijon (71 points par match) ne sont pas des adeptes du run and gun et n’étaient pas parmi les 8 meilleures attaques de notre championnat. Et pourtant, cette série sera spectaculaire.

Sur le banc, deux excellents tacticiens vont s’affronter. D’un côté, Jean-Louis Borg a été nommé meilleur entraineur de Pro A cette saison. Son attachement aux barbelés et aux miradors ne sont plus à développer, mais il ne faut toutefois pas réduire sa philosophie de jeu à la défense. Son équipe a été capable de cartons cette saison (99 points contre Nancy, 91 contre Strasbourg). De l’autre côté, JD Jackson jouera ses derniers matchs avec le MSB durant ces playoffs. JD et Le Mans, c’est une longue love story qui a l’obligation de bien se terminer. Les Manceaux doivent aller chercher un deuxième titre cette saison, ne serait ce que pour leur entraineur à mèche. Pour atteindre ce but, Jackson pourra, comme toujours, compter sur ses leaders.

Si les habituels Charles Kahudi et JP Batista seront à surveiller, les Dijonnais devront surtout tenter de stopper DaShaun Wood. C’est lui le boss, sans sa blessure entre la 9e et la 16e journée, il aurait pu disputer le titre de MVP étranger de Pro A à Randal Falker. L’ancien meneur de Berlin sait hausser son niveau de jeu dans les grands matchs et dans le money time (Trent Meacham peut le confirmer).

Tj Campbell Valentin DelrueEt si l’arme pour arrêter Wood se nommait Anthony Dobbins ? Le barbu, meilleur défenseur de la saison, pourrait être une solution face au meneur américain. A ses côtés TJ Campbell pourrait également être un poison pour la défense mancelle. Quand Dijon gagne, son meneur sort généralement une belle performance. Toutefois, là où le MSB a une longueur d’avance, c’est sur les rotations. Quatre joueurs confirmés peuvent se partager les postes 1-2 (Antoine Eito, Vaughn Duggins, DaShaun Wood, Pape Sy), pendant que les Dijonnais ont des jeunes remplaçants encore un peu tendre comme Malela Mutuale et Lens Aboudou. Finalement, le facteur X de cette série pourrait bien être Mykal Riley. L’ailier américain devra éviter de se faire rouler (ou fumer) par Charles Kahudi si la JDA veut avoir une chance.

A l’intérieur, les Dijonnais ne sont pas forcément mieux armée avec les seuls Prénom et Traoré pour suppléer Zach Moss et Andre Harris. Alors que là encore, Le Mans pourra compter sur des rotations doublées. Un avantage d’importance quand on s’apprête à jouer toutes les 48h…

Confrontations :

A Dijon, Le Mans a explosé et s’est incliné 63 à 47. Pas un joueur pour rattraper les autres, pendant que Andre Harris s’amusait avec les intérieurs manceaux (22 points). Au Mans, Dijon a explosé et s’est incliné 74 à 56. Pas un joueur pour rattraper les autres, pendant que JP Batista s’amusait avec les intérieurs dijonnais (19 points). Vous l’avez saisi, deux matchs copiés/collés et où les locaux ont facilement disposé de leur adversaire. On a là encore une nouvelle preuve de l’importance de l’avantage du terrain en cas de troisième match…

Pronostic :

kahudiCette saison, Dijon est la seule équipe a avoir remporté tous ses matchs à domicile (15 victoires). Mais la JDA a également beaucoup perdu à l’extérieur, 12 défaites sur 15 matchs. Autant dire que l’absence d’avantage du terrain est un gros problème pour la JDA. Comme toute série a une fin, en cas de défaite à Antarès, la JDA pourrait bien jouer avec une énorme pression son match à domicile… Bref, les hommes de Jean Louis Borg voyagent mal et devront forcément corriger le tir s’ils veulent passer ce tour. L’obstacle sera de taille, puisque le MSB entame sa 18e campagne consécutive de playoffs et possède bien plus d’expérience dans ce domaine. De plus, l’effectif plus fourni du Mans devrait faire la différence.

Avantage Le Mans

 

Crédit photo : Valentin Delrue

Tags : ,
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.