Preview Pro A : Le Mans veut sa revanche

La saison passée, le MSB s’est raté dans les grandes largeurs. Cette année, JD Jackson n’aura pas le droit à l’erreur.

Après un mois de novembre catastrophique où ils ont enchainé une série de cinq défaites en championnat, dont trois à domicile, les Manceaux n’ont pas su redresser la barre. Et pour cause. Entre un recrutement en grande partie raté et les blessures à répétition, c’était presque un miracle de voir le Mans disputer les playoffs. Un miracle rendu surtout possible grâce à l’écroulement de l’Élan Béarnais à l’entame du sprint final. Mais ça, c’est une autre histoire.

Cet été, les dirigeants sarthois ont décidé d’apprendre de leurs erreurs et, à cause d’un budget en forte baisse, ont du recruter malin. Le fameux meneur américain, ardemment désiré par J.D. Jackson, est arrivé en provenance de Galatasaray. Taylor Rochestie aura donc pour objectif de faire mieux qu’un Marco Pellin ayant plus que déçu la saison passée. Si des doutes apparaissent quant à sa complémentarité avec Antoine Diot, notamment parce que les deux joueurs ont un profil similaire, son association avec Alex Acker devrait faire des étincelles. Le maître à jouer gaucher aura pour but d’éclairer le jeu d’une équipe trop moribonde l’année dernière. Henri Kahudi devrait quant à lui être appelé à avoir un rôle plus important dans la mesure où les rotations semblent extrêmement courtes aux postes d’arrières, d’autant plus que la date de retour d’Antoine Diot demeure un mystère sans réponse immédiate. La viabilité du MSB dépendra donc essentiellement du rendement d’un tandem Rochestie-Acker très prometteur. Suffisant pour la Pro A certes, mais peut-être pas assez pour un club devant aussi jouer l’EuroCup…

A l’aile, Charles Lombahe-Kahudi, tout juste revenu d’un Eurobasket lituanien où il en a surpris plus d’un, verra son rôle devenir plus important. Ben Dewar parti, l’ailier bondissant devra faire régner sa loi face aux scoreurs adverses et punir les défenses par ses shoots extérieurs dans le corner. Le show sera d’ailleurs assuré du côté d’Antarès puisque les dirigeants sarthois ont fait appel à Max Kouguère pour le seconder. Voilà qui promet de jolis concours de dunks aux entrainements.

Véritable point faible de l’équipe la saison passée, le poste d’ailier-fort est aujourd’hui confié au très complet Marcellus Sommerville ainsi qu’au rookie musculeux Will Coleman. En décembre dernier, la venue de Michailis Kakouzis avait permis au MSB de rééquilibrer son secteur intérieur, cette saison Le Mans a pris les devant et a choisi de ne pas répéter les mêmes erreurs. Si Coleman semble être un joueur plutôt rustre offensivement, son physique et sa défense devraient lui permettre de devenir le complément parfais de J.P Batista sur courtes séquences. Aussi efficace qu’exaspérant en défense, le pivot brésilien aura une nouvelle fois pour rôle de faire sauter le verrou adverse. La seule vraie incertitude du Mans demeure donc sur l’état de santé d’un Alain Koffi tout juste remis d’une grave blessure qui l’a éloigné des parquets depuis janvier dernier. Si le MVP français 2009 revient au niveau qui était le sien, Le Mans pourra certainement redevenir une équipe de tout premier plan.

C’est donc en recrutant intelligemment que Le Mans a décidé de se rebâtir. Si les fondations n’ont pas changé, l’assemblage semble plus solide. Du moins en apparence car, encore une fois, les rotations semblent courtes et beaucoup de joueurs sont des habitués aux blessures: Diot, Koffi, Acker… Le coach J.D. Jackson joue en tout cas très gros car le public d’Antarès, habitué au faste des soirées d’Euroleague ainsi qu’aux prouesses de joueurs tels que Kenny Gregory, Nicolas Batum ou autres Dee Spencer, ne semble que peu enclin à vivre une nouvelle saison galère.

Effectif 2011-12 : Taylor Rochestie, Henri Kahudi, Alex Acker, Antoine Diot, Charles Lombahe-Kahudi, Max Kouguère, Marcellus Sommerville, Will Coleman, J.P. Batista, Alain Koffi.

Le joueur à suivre : Alex Acker

Il reste sur une saison mi-figue, mi-raisin. Appelé à remplacer Dee Spencer, il a longtemps souffert de la comparaison. Passé par l’EA Milano, Barcelone et l’Olympiakos – excusez du peu – Acker devait porter Le Mans jusqu’au titre. Sans doute mal remis de blessures à répétition qui l’ont grandement touché ces dernières années, l’arrière américain avait failli être coupé par ses dirigeants avant de se réveiller lors de la deuxième partie de saison. Plus tranchant offensivement, le californien a montré qu’il avait toujours du talent plein les mains. Souffrant aussi des lacunes techniques de plusieurs de ses coéquipiers lors du précédant exercice, il s’était montré bien trop souvent esseulé au milieu des défenses adverses. Le venue de Rochestie et Sommerville devraient donc un peu plus de libérer. Excellent shooteur à trois points, il est capable de pénétrer pour sanctionner la défense adverse. Passeur sous-estimé, il est aussi un bon défenseur. Bref, même si les exigeants fans sarthois l’ont longtemps attendu, et souvent injustement raillé, ils auront assurément un très grand Alex Acker cette saison. Candidat au titre de meilleur marqueur de points de la saison, en plus du titre de meilleur shooteur à trois points qu’il se devra de défendre, Acker a tout pour devenir le nouvel MVP étranger du championnat. De quoi faire oublier un Dewarick Spencer trop souvent regretter…

Le Facteur X : Marcellus Sommerville

Le chainon manquant. Lors de l’exercice 2010-11, Le Mans avait souffert du manque de mobilité de ses intérieurs. Kakiouzis était certes un 4 fuyant mais, l’age se faisant, il n’avait pas su se montrer suffisamment tranchant pour créer un lien entre les extérieurs et les intérieurs sarthois. En misant sur Sommerville, les dirigeants du MSB ont très certainement trouvé l’élément capable de diversifier leur jeu et d’écarter un peu plus les défenses. Bon défenseur et bon shooteur à mi-distance, car il faut avouer que le recul de la ligne à trois points lui a fait mal, l’ancien parisien semble donc être une bonne pioche. Rompu aux joutes du championnat de France, il n’aura pas besoin d’un quelconque temps d’acclimatation. Plutôt décevant à Roanne et Chalon, il a montré lors de son passage francilien qu’il pouvait être un vrai joueur d’impact à défaut d’être génial. Utilisé comme puncheur offensif en sortie de banc par Erman Kunter, Sommerville est capable de porter une équipe dans les moments chauds. De plus, pour ne rien gâcher, le champion de France 2010 est réputé pour son sens du devoir et sa mentalité irréprochable. De quoi laisser présager de jolie choses du côté de la Sarthe lorsqu’il sera associé à Alain Koffi.

La prévision BasketActu : entre la 5ème et 8ème place. Sur le papier, l’équipe-type semble aussi forte que complémentaire. Le léger manque de profondeur du banc peut toutefois faire défaut. Le Mans fera mieux que la saison passée où l’équipe avait fini avec un bilan négatif. Enfin ça, c’est s’il n’y a pas de blessures…

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (3)

  1. Magic Johnson

    L'article semble assez juste, un oeil plutot objectif…

    Par contre l'effectif est composé de 10 joueurs pro, donc le manque de profondeur de banc n'est pas une évidence. Le manque d'expérience d'une partie du banc (H.Kadudi, Kouguere, Coleman) peu être souligné certes mais s'ils s'intègrent bien dans l'effectif, la profondeur de banc sera suffisante pour jouer sur plusieurs tableau !! De plus on peut presque parlé d'un "7 majeur" (Rochestie, Acker, Kahudi, Koffi, Batista, Diot, Sommerville) tant les responsabilités pourront être partagées !!

    Néanmoins et l'article le pointe justement, l'inconnu principale se situe au niveau de l'évolution des blessures. Si les deux internationaux (koffi et diot) retrouvent leur niveau de jeu, le MSB jouera de 1 à 4 au classement, par contre ces incertitudes laissent plutot présager 5 à 8 !

    Wait and see

  2. kalideus

    jd jackson est un sentimental, c est une bonne chose mais dès qu'y a le feu il est beaucoup moins bon.

    en tant que capitaine etre proche de ses joueurs c est important en tant que coach c est moins sur