Preview Pro A : L’Élan Béarnais veut rattraper son histoire

De retour en Pro depuis 2010, le légendaire club de Pau est maintenant bien installé et vise les playoffs.

Si prêt, si loin. L’Elan Béarnais a touché du doigt les Playoffs la saison passée. Après un premier mois de compétition calamiteux marqué par trois déculottés, on ne misait pas un kopeck sur Pau-Lacq-Orthez. Puis, Didier Dobbels et ses hommes se sont ressaisis et ont enchainé un très beau 12-7 les plaçant dans la course aux Playoffs. Antoine Mendy resplendissait à l’aile, Marko Maravic faisait le métier et le club enregistrait le retour de son MVP, lui ayant permis de revenir dans l’élite après une saison au purgatoire, en la personne de Teddy Gipson. Tout semblait donc aller pour le mieux au sein d’un club ayant pourtant dû encaisser le désistement d’un Laurent Sciarra en cours de saison. Et puis, d’un coup, tout s’est effondré une fois le maintien assuré. Rideau.

Il est facilement possible d’identifier les maux palois. Blessures à répétition de membres importants (Antoine Mendy, Marko Maravic, Georgi Joseph…) et relâchements coupables, surtout pour Demetric Bennett et Travon Bryant pourtant brillants lors de la phase aller, ont mis fin aux ambitions de tout un club. Même la gronde des supporteurs qui se voyaient prendre leur revanche après l’affront de la saison précédente et les coups de gueules détonants des deux Didier (Dobbels et Gadou) n’y ont rien fait, les vacances d’été avaient commencé à la mi-mars du côté des Pyrénées-Atlantiques.

Le recrutement estival a vu les dirigeants Palois prolonger leurs deux principaux éléments: Mendy et Gipson. Un joli tour de force alors que ces deux joueurs étaient très courtisés à travers tout l’hexagone. Chinemelu Elonu, arrivé en tant que joker médical en milieu de saison dernière, a convaincu et reste lui aussi dans le Béarn. Grand, puissant et mobile, celui-ci devrait donc se voir remettre les clés du jeu intérieur. A la mène, Mustafa Shakur apportera quant à lui son expérience et sa vision du jeu. Le reste de l’effectif n’ayant pas changé, Didier Dobbels pourra compter sur ses deux papys, Maravic et Rimac, pour encadrer des jeunes loups s’étant déjà fait les dents en Pro A la saison passée.

Bien que l’effectif n’ait pas foncièrement changé, le profil des joueurs nouvellement arrivés devrait faire évoluer le jeu Palois. Si la traction arrière composée du tandem Shakur-Gipson devant se charger d’orchestrer le tempo, les jeunes devront encore une fois apporter beaucoup en sortie de banc, en plus de faire étalage de progrès attendus. La rotation intérieure semble plutôt faible dans la mesure où Georgi Joseph, le Monsieur Plus la saison passée, est parti. Pour combler ce départ, l’équipe dirigeante a choisi de recruter le rookie Moustapha Diarra. D’abord mis à l’essai, il a convaincu et s’est vu proposer de rester. Seulement voilà, Diarra a plutôt déçu lors des matchs amicaux. Difficile donc d’y voir clair.

Dès lors, Didier Dobbels partira une nouvelle fois en guerre avec un effectif réduit mais plutôt équilibré. Si les joueurs retrouvent les valeurs qui étaient les leurs en début de saison dernière, nul doute que le club Orthèsien pourra prétendre à la qualification pour les Playoffs. De plus, si l’Elan joue l’Europe cette saison, bien que ce ne soit « que » l’EuroChallenge, il ne faudra pas y laisser trop de plumes. Avec un effectif rempli de blessés chroniques, la profondeur de banc risque de faire défaut en cas de calendrier trop chargé.

L’effectif 2011-12 : Mustafa Shakur, Rémi Lesca, Teddy Gipson, Slaven Rimac, Florian Lesca, Antoine Mendy, Romain Hillotte, Jean-Fred Morency, Marko Maravic, Mickaël Var, Moustapha Diarra, Chinemelu Elonu.

Le joueur à suivre : Teddy Gipson

Énorme avec l’Élan en Pro B, Gipson est le joueur qui a permis au club de faire directement l’ascenseur et donc de retrouver l’élite. Une fois sa suspension purgée, le combo américain a rejoint ses anciens partenaires et fait étalage de tout son talent sur les différents parquets de Pro A. Joueur de grand talent, celui-ci fut très courtisé, entre-autres, par Orléans durant l’inter-saison. Finalement, sa resignature eut l’effet d’une grande bouffée d’air frais pour le club palois et ses supporteurs. Véritable leader, Gipson est capable de tout bien faire sur un terrain. Si sa gestion des possessions peut être parfois critiquable, l’américain de bientôt 32 ans est un joueur qui n’a pas froid aux yeux. Celui-ci devra donc, encore une fois, porter son équipe sur ses épaules dans les moments chauds et tachera l’amener jusqu’auxpPlayoffs. Une post-saison que l’Elan Béarnais n’a d’ailleurs plus fréquenté depuis 2006…

Le facteur X : Mustafa Shakur

Le parfait complément de Teddy Gipson. Pendant plusieurs jours, voire même plusieurs semaines, les supporteurs béarnais attendaient la signature d’un certain Joseph Forte. Si l’arrivée de l’ex Wizard en a surpris plus d’un, celui-ci a rapidement fait consensus: Mustapha Shakur est une bonne pioche. Habitué à jouer au journeyman en NBA, l’américain s’est fait un nom en D-league après quelques expériences manquées en Europe (Prokom, Vitoria et Panellinios). Réputé pour sa bonne vision du jeu, le meneur formé dans la prestigieuse fac d’Arizona devrait exceller en France. En tant que nouveau dépositaire du jeu Palois, il vient pour permettre à Teddy Gipson de se décaler au poste d’arrière et devra s’assurer de la bonne répartition des tickets shoots. Capable de rayonner sur un match sans marquer plus de 10 points, Shakur est un joueur tout en contrôle. Si la vision de jeu du néo-palois semble équivalente à celle de Gipson, qui tournait quand même à près de 6 passes décisives par matchs, il est tout de même moins « amoureux » de la balle que ce dernier. Son arrivée devrait donc permettre à son compatriote de se libérer et d’être moins directement ciblé par les défenses adverses.

La prévision BasketActu : entre la 8ème et la 12ème place. Le cinq de départ devrait permettre à Pau-Lacq-Orthez d’assurer le maintien mais l’effectif semble court sur pattes. L’Élan Béarnais aura donc à batailler au milieu d’un ventre mou qui paraît lui aussi encore plus fort que l’an dernier.

Tags : , , , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (3)

  1. Seb

    qui attendait Joseph Forte hormis un fan sur BI, sérieusement ?

    selon moi le joueur à suivre cette saison c'est Shakur, le facteur X est Elonu (voire Rimac)

  2. Burt Cassander

    comme joueur à suivre ya aussi Antoine Mendy, après son faux départ mal orchestré par le staff, est-ce qu'il va encore se défoncer pour le club et finir comme l'un des meilleurs français du championnat ?

    Dans les jeunes je met une petite pièce sur Jean-Fredéric Morency, il m'avait bien plu l'année dernière, il a profité des blessures pour se montrer!!

  3. Hender

    Pas d'accord avec la prévision 8eme-12eme place.

    Ce qui n'apparaît pas dans l'article, c'est l'esprit du club. C'est un club historique avec un beau palmarès, qui a chuté mais qui revient de plus belle. L'année dernière était destinée à s'implanter de nouveau dans la pro A, mais la saison à venir sera d'autant plus belle parce que les joueurs, le staff et les supporters sont remontés à bloc.

    Alors bien sûr, il y a du niveau en face, mais Pau a le MENTAL. Et ça fera, je l'espère, la différence.