Preview Pro A : Strasbourg avance masqué

Difficile de se projeter sur la saison à venir avec la SIG.

Troisième bassin de population du championnat élite, de potentiels sponsors influents (surtout depuis la chute du club de football), une grande salle bientôt rénovée, Strasbourg Illkirch-Graffenstaden a tout pour devenir une place forte du basket français. Pourtant, ce club demeure encore et toujours une énigme.

Restant sur une saison très décevante malgré le recrutement de joueurs référencés, Aymeric Jeanneau et Ricardo Greer en tête, le club Alsacien n’a pas su retrouver les playoffs. La faute sans doute à cette bien triste série de 5 défaites consécutives à l’entame du sprint final qui même a obligé le club à jouer sa peau lors des deux dernières journées. Une année noire donc, qui plus est jalonnée par de nombreuses crises internes à tous les étages. Ne réussissant pas à se créer une vraie cohésion de groupe, malgré la stabilité de l’effectif au cours de la saison, Strasbourg a sombré. La fessée reçue à Orléans, défaite 96 à 39, au début du mois de janvier en est d’ailleurs la preuve. Décidés à faire le ménage, les dirigeants strasbourgeois ont décidé de repartir sur de nouvelles bases en ne gardant que trois joueurs : Abdou M’Baye, Aymeric Jeanneau et Ricardo Greer. Fred Sarre, qui s’était vu montrer la porte de sortie fin avril, a été remplacé par Vincent Collet. Preuve que le club Champion de France 2005 ne manque pas d’ambitions.

Au niveau recrutement, la SIG a réussi à attirer dans ses filets le jeune prodige Hugo Invernizzi, tout juste sorti du Centre Fédéral, pourtant très courtisé en France et en Europe. A l’intérieur, le sous-côté Nicolas De Jong arrive de Vichy pour apporter une rotation solide au poste de pivot. Strasbourg a d’ailleurs fait pleinement confiance aux jeunes puisque le club a recruté pas moins de trois rookies tout juste sortis de la fac. Débarquent donc en bordure de Rhin les ailiers Lavoy Allen et Justin Harper mais aussi le très intrigant meneur Kevin Anderson. De quoi satisfaire les supporters du Rhénus, même s’ils ont certainement eu un petit arrière goût lorsqu’ils ont appris que le club avait précédemment pris contact avec Antawn Jamison.

Toutefois, si ces recrues US semblent très talentueuses, le choix fait par Vincent Collet et l’équipe dirigeante interloquent. Harper et Allen ont été drafté en juin dernier et devraient donc retourner en NBA une fois le lockout fini. De plus, ces deux joueurs, même s’ils n’ont pas le même profil, jouent au même poste d’ailier fort. Justin Harper est un joueur très doué offensivement, qui s’écarte pour shooter à mi-distance, mais qui fuit le combat intérieur. Lavoy Allen possède quant à lui moins de touché offensivement mais est plus dur au mal. C’est d’ailleurs ce dernier qui a occupé le poste de pivot lors des matchs de pré-saison. Si ses qualités ne sont pas remises en question, il semble quand même difficile de le voir comme vrai point de fixation intérieur face à des monstres physiques tels qu’Akin Akingbala ou J.K. Edwards. Ce n’est donc pas un hasard si le club a longtemps couru (et court toujours ?) après Ian Mahinmi avant de jeter son dévolu sur un Max Zianveni évoluant pourtant dans un autre registre. Sans vouloir, une fois encore, jeter la pierre sur le recrutement strasbourgeois, Chris Oliver, malgré toutes ses qualités, semble avoir un profil trop similaire à Ricardo Greer. Les deux joueurs ne se marcheront-ils pas dessus lorsqu’ils seront appelés à évoluer en même temps sur le parquet ?

Assez décevante lors des matchs amicaux, l’équipe ne semble pas encore au point malgré quelques belles promesses. Il nous paraît donc très difficile de savoir quel est le vrai niveau de la SIG cette saison. Faisons tout de même confiance à Vincent Collet pour tirer le meilleur de ses troupes.

Effectif 2011-2012 : Aymeric Jeanneau, Kevin Anderson, Abdou M’Baye, Axel Toupane, Hugo Invernizzi, Chris Oliver, Ricardo Greer, Lavoy Allen, Justin Harper, Nicolas De Jong (blessé)

Pigiste : Max Zianveni

Le joueur à suivre : Kevin Anderson

Doué, très doué. Le nouveau meneur de la SIG tournait la saison passée à 16,6 points de moyenne par match et shootait à 41% derrière la ligne à trois points. Deuxième meilleur scoreur de l’histoire de sa fac de Richmond, il y verra son maillot retiré en décembre prochain. Élu meilleur joueur du tournoi de l’Atlantic 10 la saison derniere, il a mené ses compagnons jusqu’au Sweet Sixteen lors de la March Madness. Petit (1,82m) mais bien bâti, il n’a pas été drafté malgré plusieurs essais au sein d’équipes NBA, chez les Boston Celtics notamment. Meneur-scoreur redoutable, il possède un excellent dribble et une bonne pointe de vitesse en plus d’un shoot extérieur efficace. Kevin Anderson devra toutefois apprendre à être un vrai meneur gestionnaire au risque de quoi il deviendrait un nouvel Anthony Roberson. Excusez tout de même du peu. S’il est capable de créer de bons décalages, de part son jeu hautement spectaculaire, il se révèle plus en difficulté lors que le rythme du match se ralentit. La nouvelle petite perle alsacienne est toutefois reconnue pour sa bonne mentalité et son sens du travail, il a d’ailleurs lui-même reconnu qu’il allait se servir d’Aymeric Jeanneau et de Vincent Collet pour faire progresser son jeu. De quoi en étonner plus d’un…

Le facteur X : Vincent Collet

Tout juste revenu d’une campagne européenne avec l’Équipe de France qui l’a vu gagner une très belle médaille d’argent, Collet va devoir immédiatement remettre le bleu de chauffe. Très bon tacticien, l’ex-coach villeurbannais s’est vu remettre les clés de la maison strasbourgeoise par ses dirigeants. Un luxe que n’avait pas eu, selon ses dires, Fred Sarre lors des dernières saisons. L’exigeant et ambitieux coach national va donc tenter de relever un défi très périlleux: mettre la SIG au niveau qui devrait être le sien. Ayant gagné le titre de Champion de France avec les deux seuls clubs qu’il a entrainé, il arrive donc en Alsace avec un CV parlant pour lui. Toutefois, Vincent Collet devra se méfier. S’il a su permettre à deux belles cylindrées de gagner des titres, jamais l’ex-coach manceau n’a entrainé d’équipes reconstruction. Ou plutôt si, une seule: l’ASVEL, la saison passée, mais il avait été limogé avant la fin de son contrat. Parfois trop tatillon, Collet devra donc se muer en gentil professeur pour guider un effectif où quatre joueurs (Allen, Anderson, Harper et Invernizzi) n’ont encore jamais connu le basket professionnel. Le profil de Kevin Anderson, dans un style très caractéristique de meneur « fou-fou », peut même rappeler un certain Bobby Dixon. Pas forcément un bon souvenir pour le nouvel homme fort alsacien.

Le prévision BasketActu : entre la 9ème et la 13ème place. Un effectif et un coach talentueux mais trop d’incertitudes. Si le potentiel semble là, difficile de dire quel est le niveau réel d’une équipe qui a déçu lors des matchs de préparation. De plus, ne manque-t-il pas un vrai pivot de métier pour solidifier tout ça?

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (2)

  1. .come

    go go go hugo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ;)

  2. françois67

    alors autant je suis d'accord sur la difficulté de pronostiquer la place de cette équipe je suis absolument pas d'accord sur Allen: pour l'avoir vu en préparation, c'est un vrai pivot qui est redoutable pour le rbd. Certes il est pas monstrueux physiquement, mais c'est un vrai 5, qui est bien monté en puissance sur la fin de la prépa. Harper est un 4 shooteur qui a du mal sous le cercle alors qu'il est super tanké, donc c'est plus mental comme problème.