Preview SIG : Passer de Poulidor à Contador

Après avoir perdu 2 finales de Pro A consécutives, la SIG de Vincent Collet s’est armée pour gravir cette dernière marche qui lui échappe…

Avec le 3e budget de Pro A et la 3e masse salariale, la SIG de Vincent Collet est un habituel prétendant au titre. Peut être même le plus sérieux si on analyse les atouts que comporte l’effectif strasbourgeois.

LeloupTout d’abord, la SIG n’a pas renouvelé son effectif en profondeur comme l’a fait Limoges par exemple. Ce sont 6 joueurs qui étaient déjà présents l’an passé (Antoine Diot, Louis Campbell, Paul Lacombe, Axel Toupane, Jeremy Leloup et l’actuel blessé Romain Duport), soit plus de la moitié de l’effectif habitué aux systèmes de Collet, avec un vécu commun et une envie de faire mieux que l’an passé. Autant dire que l’absence du coach pendant une bonne partie de la préparation, ainsi que celle d’Antoine Diot, n’était pas une gêne si considérable. Après tout, Strasbourg a l’habitude d’être amputé de ces 2 éléments chaque été.

Ensuite, la SIG a très bien ciblé ses besoins. Le secteur intérieur, en difficulté depuis le départ d’Alexis Ajinça et avec la blessure de Romain Duport, avait besoin de sang frais. Les recrutements rapides de Bangaly Fofana et de Ali Traoré ont permis à la SIG de sécuriser son poste 5 et d’en faire une vraie force. Les deux joueurs ont déjà côtoyé Collet et savent très bien ce que leur coach attend d’eux. Signer à Strasbourg était d’ailleurs un objectif pour Traoré, qui dès le mois d’avril avait fait des appels du pied au sélectionneur national : « J’aimerais bien rejouer pour Vincent Collet […] Disons que Vincent me connaît très bien, je le connais très bien, après il faut voir s’il a envie de supporter ma gueule encore ».

Visiblement, Vincent avait très envie de se coltiner encore Traoré, ses flans, ses dog eyes et sa patte gauche surtout. Pour l’accompagner à l’intérieur, la SIG est allée chercher un poste 4 habitué des joutes européennes en la personne de Tadija Dragicevic. L’ancien de Crvena Zvezda, dernier arrivé au club, est un intérieur complet et expérimenté (7,8 points et 4,3 rebonds pour lui l’an passé en Eurocup et une élimination en demi-finale face à Kazan). Il partagera son temps de jeu avec Matt Howard, ex-roannais, qui s’est déjà illustré face à l’ASVEL au QR de l’Euroleague avec 10 points et 10 rebonds.

Enfin, un seul joueur est venu gonfler la ligne arrière déjà solidement installée. Il s’agit de Anthony Dobbins. En France depuis 8 ans et triple meilleur défenseur de Pro A (2009, 2013, 2014), l’arrière américain était sûrement le joueur le plus important du système dijonnais la saison dernière. Francophile et francophone, avec une connaissance parfaite de notre championnat, excellent défenseur mais aussi efficace en attaque (10,3 points à 45,8% la saison dernière), Dobbins est la recrue idéale pour la SIG.

Ainsi, avec 9 joueurs francophones (dont 2 étrangers), la SIG a une certaine French Touch la rendant sympathique aux yeux des fidèles de la Pro A. Au delà de cet aspect, elle possède un grand entraineur qui a su recruter des joueurs de qualité et surtout compatibles à son système. Cela manque peut être de folie comparé à ses adversaires mais cette équipe à une culture basket et sait parfaitement où elle veut être en juin prochain…

Tags : ,
Comments
Plongeur avec Rudy Fernandez et coiffeur de Simone Pianigiani. Aussi solide que Lior Eliyahu dans un Final Four. Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.