Quai 54 2017 – Day 2 : Le final gâché, de beaux souvenirs quand même

Si malheureusement le Quai 54 a fini les pieds dans l’eau, l’événement aura quand même réussi sa mission. Résumé des réjouissances du deuxième jour.

Une journée de grand spectacle, de kif et de bonne humeur et… une immense déception pour tous les amateurs de basket. La faute à une météo capricieuse venue gâcher la fête au pire des moments.

Tout avait pourtant parfaitement débuté. Après une première journée qui avait laissé entrevoir de belles promesses en vue du deuxième jour et de la course vers la finale, le soleil et la chaleur étouffante avaient laissé place à une température plus clémente. De quoi permettre aux différents acteurs du jeu de pouvoir enfin s’exprimer dans des conditions acceptables et au public de profiter comme il se doit des matches restants à jouer et du programme alléchant concocté par les organisateurs. C’était sans compter sur l’irruption de la pluie tant redoutée depuis quelques jours, mais qui semblait avoir finalement décidé de retarder son arrivée pour laisser place au bouquet final du weekend.

Car ce n’est pas une averse mais un véritable déluge qui s’est abattu dimanche soir sur la pelouse du Reuilly. Un orage interminable qui a renvoyé tout le monde à la maison, quelques instants après le coup d’envoi de la deuxième mi-temps de la finale tant attendue entre La Fusion et Yard La Relève.

Deux équipes qui étaient parvenues à se frayer un chemin vers un ultime duel qui laissait présager un bataille épique entre la bande de Bandja Sy et la formation tenante du titre, renforcée cette année par la présence de deux internationaux tricolores, Andrew Albicy et Evan Fournier.

Pour accéder à la finale, la Fusion avait d’abord facilement écarté le Hood Mix de Lamine Kanté à l’issue d’une rencontre à sens unique.

Cette même formation du Hood Mix qui avait ouvert les hostilités en fin de matinée en décrochant sa qualification pour les demi-finales aux dépens de Der Stamm, solide formation allemande emmenée par l’insaisissable « Chacha ».

Dans l’autre quart de finale opposant le Django Squad, issu des qualifications, aux redoutables Midnight Madness All-Stars, les Anglais allaient avoir le dernier mot à l’issue d’un match à suspense marqué par deux nombreuses tensions entres les différents acteurs. Alors que l’écart n’était encore que d’un petit point à 40 secondes de la sirène, les joueurs d’outre-Manche allaient profiter de la mauvaise gestion de l’ultime possession de leurs adversaires pour s’imposer 26 à 22 et valider leur billet pour le dernier carré du tournoi.

Le ciel n’est pas encore menaçant mais les matches s’enchaînent quitte à repousser les concerts initialement prévus après chaque demi-finale. Mokobe n’a pas encore fait son apparition, mais l’ambiance est déjà surchauffée sur le parquet du Quai où l’on assiste au premier concours de danse de la journée, sublimé par l’inoubliable Angéline et un « mini Kobe » bien décidé à impressionner le public.

La Fusion atomise Hood Mix

De quoi mettre en appétit les spectateurs qui se massent peu à peu dans les tribunes dans l’attente du choc franco-français entre la Fusion et Hood Mix, de retour sur le parquet deux heures à peine leur succès en quart de finale. Une rencontre qui va rapidement tourner à l’avantage des quadruples vainqueurs de l’épreuve, intraitables dans le jeu en transition et déjà en tête de 14 longueurs à mi-parcours grâce notamment à un énorme Jerry Boutsiele.

La deuxième période vire à la démonstration (pour ne pas dire à la boucherie) et la Fusion s’impose finalement sur le score historique de 69 à 33. Du jamais vu au Quai 54. Autant dire que Yard La Relève et les Midnight Madness All-Stars savent désormais à quoi s’attendre en cas de qualification pour la finale. L’ambianceur en chef du Quai 54, Mokobe, est enfin sur les lieux et son arrivée donne un second souffle à la fête qui continue de battre son plein grâce au show assuré par le roi du beatbox, Eklips, interpellé par l’ancien membre du groupe 113 à sa sortie du terrain.

« Tu as avalé un ordinateur ou une chaîne hifi à la naissance », lui balance le rappeur vitriot alors que Yard La Relève et Midgnight Madness All-Stars s’apprêtent à en découdre pour la deuxième demi-finale.

Un match qui fait office de véritable test pour les champions 2015, opposés à leur tour aux coriaces Anglais, désormais réputés pour leur défense rugueuse et leur sens aiguisé du trashtalking.

«  Je les connais, s’ils sont chauds, on va l’être aussi », prévient Andrew Albicy comme pour confirmer que lui et ses coéquipiers ont bel et bien l’intention de se faire respecter et de s’éviter une mauvaise surprise aux portes de la finale.

Les « Frenchies » ne vont d’ailleurs pas tarder à tenir leur promesse et à assumer leur statut de favori malgré un léger retard à l’allumage sanctionné d’un 6 à 0 en faveur des Anglais. En sortie de temps mort, ‘Swaggy Drew’ et les siens relancent la machine et passent un 6-0 avant de prendre enfin les commandes du match à 5 minutes de la mi-temps (16-14). Bien épaulé par un Evan Fournier plus tranchant que la veille, le meneur du BC Andorra enchaîne les caviars et se permet même une offrande pour Johan Passave-Ducteil entre les jambes d’un adversaire.

Le vent a tourné et le break est fait pour les joueurs de Yard La Relève qui vont accentuer peu à peu leur avance avant de s’imposer 50 à 41 sous les yeux de Kemba Walker, Victor Oladipo et Jabari Parker, venus honorer le Quai 54 de leur présence pour la deuxième fois du weekend.

Dunk Contest : Miller détrône Lipek

Les trois stars NBA ne sont pas simplement venues en touristes puisqu’elles seront également membres du jury lors du Dunk Contest, événement incontournable, qui réunissait cette année encore un plateau des plus alléchants avec les participations du champion en titre, le Polonais Rafal Lipinski ‘Lipek’, l’Italien Marco Favretto, le Russe Vadim Poddubchenko a.k.a. Miller et la ‘French Touch’, incarnée par Loïc Moitry.

Une guerre de voltigeurs finalement remportée par l’acrobate ukrainien, récompensé de sa régularité sur l’ensemble du concours, malgré la prouesse réalisée par Lipek, auteur d’un dunk de fou furieux par dessus sept personnes (!!!) sélectionnées dans le public ou encore l’envolée de Loïc Moitry au-dessus d’Andrew Albicy.

Comme une mise en bouche avant une finale de rêve entre Yard La Relève et ses éternels rivaux de La Fusion qui espéraient prendre leur revanche après sa défaite à ce même stade la compétition il y a deux ans. La météo en a finalement décidé autrement et ni les prestations remarquées (et remarquables) de Sadek, Dosseh ou de MHD n’enlèveront le goût amer laissé par un weekend qui aurait frôlé la perfection si la pluie ne s’était pas invitée à la fête au beau milieu du plus gros match du tournoi et à quelques minutes du concert tant attendu du rappeur Young Thug, censé clôturer le weekend en beauté.

A la mi-temps, la Fusion menait 33 à 26 et semblait bien partie pour conquérir une cinquième couronne sur le parquet parisien. Pour connaître le champion, il faudra donc encore patienter. Reste à savoir jusqu’à quand, puisque l’on est malheureusement tous restés le bec, et le reste, dans l’eau.

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.