Quai 54 : La Fusion récupère son trône, l’Amiral MVP

Pour son retour au Quai 54, la Fusion a fait les choses en grand et marqué sa domination.

L’année dernière, la Relève avait profité de l’absence de la Fusion pour se glisser jusqu’en finale et remporter le Quai 54. Cet été, la Fusion est définitivement entrée dans la légende. Au terme d’un week-end intense en matière de basket, Amara Sy et son crew ont de nouveau fait tomber le double finaliste Kings of Hoops en finale. Avant cela, la Fusion s’est chargée de mettre les points sur les i face à sa meilleure ennemie, la Relève.

Fortes de grosses pointures du street français, la Fusion a imposé sa loi tout au long du week-end. L’Amiral a prouvé à ceux qui en doutait qu’il était bel et bien le meilleur joueur de streetball français et permis à son équipe de remporter un 5ème titre (1 avec Proleps, 4 avec la Fusion).

Kings of Hoops, vainqueur sur le fil de Venice Ball en demi-finale et de Shest Hustler en quarts, a perdu ce soir sa troisième finale du Quai 54 pour autant de jouée. DeAndre « Lil D » Bray et sa team étaient pourtant déterminé à briser le sort des finales perdues. Mais la défense des joueurs d’Atlanta n’a pas fait le poids face aux offensives d’un Mamadou « Le Maire » Dia intraitable sous le cercle et d’un Amiral (MVP) en pleine démonstration et surtout indéfendable. La Fusion, amputée de Tony Ramphort et Sambou Traoré blessés au cours de la rencontre, a fait la différence en seconde mi-temps grâce à une défense plus intense

Avec un excellentissime Thomas N’Gijol’, recrue de l’année au mic, cette journée aura été chargée en guest (Serge Ibaka, Kévin Séraphin, Yann M’Vila, Ronny Turiaf, Yakhouba Diawara, Moustapha Sonko, Andrew Albicy, Jean-Pierre Siutat, Sandrine Gruda…) et animations (showcase de Youssoupha) en tout genre surlesquels nous reviendront dans le courant de la semaine. Le seul hic, la minime prestation de Wiz Khalifa aka l’escroc, qui se sera contenté de 5 petites minutes de show après être arrivé en retard. Justin Darlington a fait lever les foules lors du concours de dunk avec un dunk sur Moussa Badiane (2m07) et deux autres tomars originaux et bien puissants (vidéos à venir). Dans le concours à 3 pts, K-Ta (Rising Suns) a permis aux Japonais de remporter leur premier titre au Quai 54.

Une journée également riche en découverte avec la montée en puissance de Mamoudou Sy, qui suit les traces de son aîné l’Amiral, ou de l’équipe Hoodmix de Michael Toti qui fera certainement parler d’elle l’année prochaine. Venice Ball, issue des qualifications et malheureux demi-finaliste, a également marqué les esprits. Nous reviendrons dans la semaine sur tous ceux qui nous ont marqué d’une façon ou d’une autre et qui ont fait de cette édition l’un des plateaux les plus relevés du tournoi.

Ainsi s’achève la 10ème édition du Quai54. Un évènement, solidement installé dans le panthéon du basket de rue, qui a de nouveau été à la hauteur de sa réputation.

Retrouvez le live du week-end ici.

Tags : ,
Comments

Commentaires (1)

  1. J

    Quai 54, le seul endroit où des français peuvent battre des américains.

    Ah oui c'est vrai, on envoie des professionnels de notre ligue et eux des amateurs des playground. :D

    La pire du RAP US mac donald mixé pendant les matchs gâche malheureusement le plaisir de voir enfin nos frenchies triompher…