Quai 54 : Le superbe concours de dunks !!!!

Le concours de dunks du quai 54 a tenu ses promesses : Les candidats prestigieux ont fait le spectacle et Rafal Lipinski a tout simplement été impressionnant.

Qui dit Quai 54 dit concours de dunk en très, très, très haute altitude. Un bon championnat du monde de streetball se doit de réunir les as de la voltige et, cette année encore, on a pu profiter d’un superbe casting. Si Kadour Ziani se contente maintenant de guider les candidats, Guy Dupuy, Justin Darlington, Porter Mayberry et Rafal « Lipek » Lipinski nous ont offert un concours d’anthologie. Le premier nommé a frappé très fort avec un premier rider assez violent, de quoi mettre le public dans le bain. Le Parisien a récidivé avec plusieurs autres dunks spectaculaires tout au long du concours. Mais la star de la soirée restera Rafal « Lipek » Lipinski. Le jeune polonais de 22 ans a enflammé le parvis du Trocadéro avec des dunks complètements dingues. Au choix, un rider inversé, un dunk au-dessus de deux gars debout… ou encore ce dunk hallucinant par-dessus un Kadour Ziani… debout sur une chaise !!!!!! Carmelo Anthony a rendu le verdict : une note de 100 !!! Pas 10, 100 ! Le public ne s’y trompe pas : The champ is here !

Les images du concours

Interview avec Rafal « Lipek » Lipinski, vainqueur du concours

Raconte-nous un peu ton parcours de dunkeur, tu as déjà gagné plusieurs concours ?

Oui, j’ai déjà fait le tour du monde. J’ai participé à plusieurs concours et j’ai gagné des compétitions organisées par la FIBA à Istanbul ou à Miami. J’ai aussi gagné un grand concours de dunk organisé par Nike. Mais c’est la première fois que je participe à celui du Quai 54. C’est la première fois que je viens ici et je suis super content d’avoir gagné.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune basketteur qui veut dunker comme toi ?

Je lui dirais de s’entraîner dur et de dunker tous les jours jusqu’à épuisement, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus marcher. Il n’y a que comme ça que l’on augmente ses capacités. A force de dunker, on gagne en détente et on apprend à dunker de plus en plus fort. On renforce aussi sa ceinture abdominale, élément très important pour dunker. Il faut aussi être fort mentalement car on ne peut pas y arriver à tous les coups et on ne gagne pas tous les concours. Il ne faut pas voir les dunks ratés comme un échec, il faut toujours aller de l’avant.

A quel âge as-tu dunké pour la première fois ?

Assez tard par rapport à d’autres dunkeurs. J’ai dunké pour la première fois à 16 ans alors que la plupart commence à douze ou treize ans. Même des mecs plus petits que moi ont dunké avant moi. Je n’y arrivais pas puis je me suis entraîné à fond jusqu’au jour où j’ai réussi.

Le plus beau dunk de ta carrière ?

J’ai réussi un 720 degrés une fois, je pense que c’est vraiment mon plus beau dunk.

On t’a vu parler avec Carmelo Anthony pendant le concours, tu voulais lui dunker dessus ?

(Rires) Non, non. Je voulais que Scottie Pippen tienne la balle à une main et que je dunke en passant à côté de lui et en récupérant le ballon en l’air. Mais il n’a pas voulu.

La peur de finir sur TMZ ?

Voilà, c’est exactement ça (rires).

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.