Quand Christophe Le Bouille reparle des JFL

Quelques jours après l’élimination en Eurocup, le président du MSB a évoqué la question des JFL.

Après quelques jours, l’élimination du MSB en Eurocup, ainsi que celles d’Orléans et Cholet, reste toujours aussi difficile à avaler. Si les mots se sont plus nuancés dans les discours, le constat, lui, reste toujours implacable. Car avec ce zéro pointé des clubs français, cela ne va pas aider les instances éuropéennes à faire confiance à l’avenir à nos clubs. Problème d’approche de la compétition ? Niveau moins bon qu’espéré des clubs engagés ? Les questions sont nombreuses. Christophe Le Bouille, président du MSB, a lui remis sur le tapis la question des JFL, bien plus nombreux dans le championnat français que dans les autres européens.

« Je constate que nous sommes le pays évoluant avec le plus de JFL. On ne peut pas ignorer ça. Voilà quelques années que le « programme JFL » est en place et je n’en vois pas les dividendes aujourd’hui […] Je ne veux pas tirer sur les JFL mais leur marché est beaucoup trop restreint et coûte beaucoup trop cher aux clubs français. Ce qui ne nous permet pas toujours de prendre des joueurs étrangers de première qualité. Une explication parmi d’autres » (Ouest-France).

La règlementation sur le quopta de JFL  n’a donc pas encore finie de faire parler d’elle…

Tags : ,
Comments

Commentaires (3)

  1. OscarAbine

    Ca frôle (façon de parler…) la mauvaise foi, là !

    Ca fait que deux ans que ça existe, la règle des JFL. Les "dividendes", comme il dit, ils viendront sur un terme un peu plus long. Mieux former pour disposer d'un vivier de JFL performants, ça se fait pas en deux ans, plutôt en cinq ou même plus.

    Et personne n'empêche Le Mans (ou un autre club) de ne pas prendre de ricain du niveau de certains de ceux qui jouent pour lui aujourd'hui. Il y a certainement de bons JFL de ProB ou des jeunes du centre de formation qui pourraient faire aussi bien, à terme.

    Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage…

  2. Maître C

    on ferait mieux d'avoir un système des JFL à l'Espagnole. 2 Ricains, 4 JFL (même s 4, ce n'est pas assez).

    La vérité, c'est que dès que nos clubs ne recrutent pas de JFL, ils se jettent sur les Ricains ! Or les Ricains, le style de jeu Euroleague/EuroCup, ils n'y comprennent rien vu l'endroit où on les recrute (NCAA, deuxièmes div, championnats exotiques…).

    La vérité, elle est surtout ici.

    Que les décideurs arrêtent de se palucher sur les Ricains et qu'ils recrutent de l'Européen. Pau-Orthez, ils avaient Esteller et Lukovski. Ça, c'était du joueur.

  3. mimouane

    Le Bouille se trompe de problème… Quand il y a trop de JNFL par équipe, le niveau moyen de ces JNFL se dilue. Et du coup, ces joueurs étrangers ne tirent plus l'équipe vers le haut.

    Avec ce système, on n'aurait jamais eu de David Rivers à Antibes ou de Delaney Rudd à l'Asvel dans les années 90.