Recap : Cholet tombe le PL et « fausse » le championnat

Pourtant en course pour le Top 4, le Paris-Levallois a subi la loi d’un Cholet Basket annoncé en roue libre.

Meilleraie-MaksimAccusé de fausser la fin du championnat suite au départ de Lami** « With no D, neither E, F, N and S » Ka*t* et du meilleur sparring partner de toute la LNB Torey Thomas, le Cholet Basket semblait avoir à coeur de prouver qu’ils ne finissaient pas la saison en tankant mais en démontrant qu’ils poursuivaient leur quête de renouveau défensif appelé de tous leurs vœux par un peuple de la Meilleraie qui n’aura jamais accroché au jeu proposé par l’équipe de Sousa.

Bousculé d’entrée par la maîtrise et la classe de Schilb (auteur des 8 premiers points du PL, 5-13 à la 5ème minute) CB a par la suite totalement maîtrisé l’attaque parisienne en imposant notamment une force au sol qu’il aurait bien été utile de se découvrir plus tôt dans la saison.
La dernière minute, riche en bloppers (contre de Marquis sur Schilb, pertes de balles stupides en série) aura souri à CB soit à l’équipe qui, bizarrement vu les enjeux réciproques, en voulait le plus.

Peu inspiré offensivement, drivé par des Albicy et des Ewing trop statiques le PL n’a pu s’en remettre qu’aux éclairs de Schilb et à un jeu prévisible et inefficace de fixation dos au panier (1/10 aux shoots pour les pivots US du PL complétement bouffés par un Burrell solide, vertical  et enfin discipliné).
Tactique surprenante lorsque l’on sait que CB a su maîtriser l’attaque soyeuse de Strasbourg mais a coulé face à la vitesse et à la spontanéité de Chalon. Tactique surprenante aussi lorsque l’on sait les vieilles cannes de Cox et  de Chattfield et la faible dissuasion aérienne que procurent Wilson et Marquis.
Pas une seule fois Albicy n’a essayé de perforer la défense de CB. Il n’a pas été utilisé sur pick and roll et n’a créé aucun  des décalages que ses jambes de feu peuvent offrir naturellement. Bizarre voir aberrant (score final 68 – 64).

Offensivement, CB poursuit sa mue. Le jeu Stoglino-sousien basé sur le shoot exté en 1ère intention tellement décrié dans les Mauges a quasiment disparu et hormis quelques spores Jombyennes (qui aura réusi à rater 3 passes lobées en 3 contre-attaques consécutives) le jeu, s’il est sans doute encore trop porté sur le shoot à 3 points pour ces indécrottables maugeois, est plus posé, plus collectif et il arrive même que des intérieurs soient servis coupant vers le cercle pour un panier facile…tout arrive.

L’ensemble a donné un match accroché, parfois un peu poussif mais assez intense qui appelle quelques réflexions rapides :

–  Si CB méritait la victoire ce soir, le PL lui ne méritait pas Schilb sans qui ils auraient pris 20 points.
– N’Doye, Lang, Touré, Sané, Labeyrie, Brown et Anagonye : il y a beaucoup de bons finisseurs dans des registres différents à Paris, mais pour quel créateur hormis  Schilb ? Inquiétant pour un club qui joue le titre…Albicy a t’il perdu ses jambes ou pire, son mojo?
– Ho You Fat a joué, plutôt bien et avec un sourire qu’on ne lui avait pas vu depuis longtemps. Malheureux sur 2 bons shoots il a apporté de la diversité offensive, de l’énergie et de la mobilité.
Ca n’engage que moi mais je ne suis pas sûr que sa proximité avec la nonchalance de Kante était compatible avec ses qualités qui ne peuvent faire de lui qu’un battant qui joue à l’énergie.
– On avait annoncé que Chattfield était arrivé hors de forme, bon bah il a n’a mis que 4 mois à les retrouver…dommage que cela arrive lorsque tout est joué.
– Mon petit coup de coeur du jour : Lionel Ebreuil, 18 ans, un physique IMPOSANT, un jump shoot et une mobilité très corrects pour ce qu’on en voit à l’échauffement. A suivre.
– Labeyrie a un an et demi de moins que Sané, il est plus grand, plus rapide, plus athlétique et meilleur shooteur que Sané. Statistiquement il est 2,5 fois plus productif que Sané à la minute. Mais c’est Sané qui a été signé pour 3 ans. Ok.
T’as apprécié l’ambiance de la Meilleraie Louis?

Par Maksim, à la Meilleraie.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.