Rémi Lesca : « Si par ma dureté et mon physique je me fais détester c’est que j’ai fait mon travail »

Après le derby le meneur du Paris Levallois Rémi Lesca est revenu sur l’intensité que lui et ses coéquipiers ont mis dans la rencontre.

Il n’a pas terminé avec la plus grosse évaluation du Paris Levallois mais Rémi Lesca s’est fait remarquer lors du derby face à Nanterre92. Par son intensité, sa dureté il s’est attiré les foudres du Palais des Sports Maurice Thorez. Après la rencontre il est revenu sur ce côté intense de son jeu qu’il revendique et qui devrait être à nouveau son point fort pour le début des quarts de finale des playoffs dans la même salle mardi prochain.

« Un match sans enjeu je pense qu’aucune des deux équipes ne se l’était dit avant. Déjà c’est un derby et puis c’est un match de championnat. Çà reste une victoire en plus; forcément qu’il y’ allait avoir de l’intensité. Chacun voulait marquer son territoire pour le match de mardi. On connait leurs forces; ce qu’il s’est passé ce soir (hier) il ne faudra pas que ça se passe mardi. Si on défend un minimum le match on le gagne. Contre cette équipe-là on va toujours marquer des points. On a récupéré Louis (Labeyrie) qui a manqué de rythme mais mardi il sera à 120%. C’était important pour lui de se prouver dans la tête qu’il était prêt et que sa cheville tenait bien. L’intensité ? Çà sera toujours gérable; on ne verra jamais un coup de poing partir. Les arbitres sont là et font très bien leur travail par rapport à ça. Etre dans l’intensité ça ne veut pas dire être mauvais garçon. Ce soir (hier) on a joué dur et aucune des deux équipes n’a eu de mauvais geste. Les sifflets ? Ce n’est pas forcément ce que je cherche. Si par ma dureté et mon physique je me fais détester c’est que j’ai fait mon travail. Fred Fauthoux me l’a dit « je ne suis pas sorti d’une salle de basket sans me faire siffler. Si je ne me faisais pas siffler par l’équipe adverse c’est que j’avais fait un mauvais match ». Je fais 1m80, je ne suis pas épais; si je ne me fais pas respecter un minimum par ma dureté et ma vitesse je n’ai rien à faire à ce niveau-là. Je suis quelqu’un qui va donner beaucoup d’énergie; après ça plait ou ça ne plait pas mais le public aimerait peut-être m’avoir de son côté. Il faut aussi des joueurs qui se donnent à 110% et c’est mon job ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.