Rétro : Nanterre s’offre l’Eurochallenge !

En battant Trabzon en finale de l’Eurochallenge (64-63), la JSF Nanterre s’est offert son premier trophée européen écrivant une nouvelle page de sa fantastique histoire.

Dans une carrière disputer une finale est un évènement rare, encore plus quand il s’agit d’une finale européenne pour un club français. C’est dire l’importance de l’évènement pour Nanterre qui jouait la gagne en Eurochallenge face aux Turcs de Trabzon à Trabzon. Mais depuis plusieurs années le club nanterrien est habitué des finales et des performances. Championnat, Coupe de France… les hommes de Pascal Donnadieu ont un appétit plutôt vorace.

Aussi malgré l’absence de Mykal Riley et une ambiance hostile, la JSF a démarré idéalement son match. Titularisé dans le cinq de départ, Jérémy Nzeulie a montré qu’il était plus qu’un joueur de banc. C’est lui qui a gardé son équipe au contact grâce à ses sept premiers points durant les huit premières minutes. Face à une somme d’individualités, Nanterre a progressivement creusé un petit écart par son collectif. Joseph Gomis, Marc Judith, Kyle Weems et les autres ont ainsi tous apporté leur écot, Jamal Shuler, lui, prenant la suite de Nzeulie au scoring durant le deuxième quart-temps.  Visiblement tendus, les Turcs ont multiplié les petites fautes laissant à leurs adversaires l’opportunité de prendre des points faciles sur la ligne des lancers-francs comme TJ Campbell juste avant la pause(28-37 à la mi-temps).

On pouvait alors craindre une entame agressive de Trabzon. Et c’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé avec un 5-0 rapidement passé par Trabzon avec notamment un gros trois points de Dwight Hardy. C’est d’ailleurs cette adresse de loin qui avait empêché Trabzon de prendre totalement l’eau dans la première période. Sauf qu’avec l’appui de leur public les coéquipiers de Novica Velickovic ont fait une grosse fin de troisième quart-temps pour aborder idéalement les dix dernières minutes (47-53).  C’est par sa ligne arrière avec la paire Campbell/Gomis que la JSF a retrouvé le bon bout face à une équipe dont on sentait qu’elle pouvait prendre feu pour peu qu’elle prenne confiance. En ne contenant pas l’intenable intérieur Velickovic, la JSF a d’ailleurs commencé à se faire peur (56-56 à la 35e). La tension, elle, a commencé à devenir de plus en plus forte, chaque erreur, chaque panier ayant une importance encore plus forte. Mais c’est le moment que Kyle Wweems a choisi pour sortir de sa boîte faisant ainsi une « Brindisi ». Ses deux gros trois points ont climatisé Trabzon avant qu’un flotteur d’Hardy n’embrasse la salle. Mais un dernier rebond de Passave-Ducteil et un panier de TJ Campbell ont fait la différence.

Beau magnifique, énorme, terrible… c’est donc comme ça que l’on peut qualifier ce succès de la JSF Nanterre sur le plan européen. Maintenant n’utilisons plus le mot impossible pour évoquer Nanterre, ça ne collerait pas.

Les stats

 

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.