Ron Stewart présente le futur visage du PL et lance son Summer Camp

Le Directeur technique du PL aborde plusieurs sujets d’actualité dont la finale LNB.

Après une fin de saison des plus stressantes pour le Paris-Levallois, Ron Stewart peut enfin se concentrer sur l’avenir. En ligne de mire, le chantier lancé avec Christophe Denis et la direction du Paris-Levallois pour rebâtir une équipe avant tout défensive mais aussi très compétitive.

En marge de ce projet, le Directeur technique du PL revient à ses premiers amours à travers l’enseignement des fondamentaux du basket aux plus jeunes. Il lance cet été son premier ‘Summer Camp’ dont le parrain est Andrew Albicy. BasketActu a donc saisi l’opportunité pour en savoir plus sur cette initiative et interroger Ron Stewart sur divers sujets d’actualité, parmi eux la potentielle venue d’un joueur NBA en cas de lockout.

BasketActu : Après tant d’années à former des espoirs et à encadrer des joueurs professionnels, tu lances un camp destiné aux 9 – 20 ans. Qu’est ce qui t’as poussé dans cette voie ?
Ron Stewart : C’est simple, ma passion c’est d’entrainer les jeunes joueurs. Je pense avec l’expérience, même si j’ai l’habitude d’apporter quelque chose aux joueurs professionnels, que les jeunes ont une certaine passion, une certaine envie de vraiment apprendre le basket comme j’aime l’enseigner, c’est à dire dans les détails. Ils veulent précisément savoir ce qu’il faut pour pouvoir avancer dans le basket. Encore une fois, c’est ce que j’aime enseigner.

BasketActu : Tu avais jusqu’ici monté quelques opérations ponctuelles, qu’est ce qui change dans ce camp ?
RS : Ben c’est simple, sur la région parisienne il n’y a pas de camps de genre. Je parle de camps où les enfants sont en pension complète et peuvent dormir sur place. On sait qu’il y a beaucoup d’enfants qui ne peuvent pas partir en vacances. C’est pour ça que l’on a choisi la base de loisirs à Cergy Pontoise car lorsque tu es sur la base, c’est comme si tu n’étais pas à Paris. C’est ce qui nous a poussé à choisir ce lieu et nous savions que le besoin était là.

BasketActu : Qu’est-ce qu’un jeune joueur peut espérer apprendre en venant au Summer Camp ?
RS : Il va apprendre les détails des fondamentaux et l’importance de ces petits détails. Il va apprendre l’éthique de travail qu’il faut pour qu’il puisse avancer une fois qu’il va quitter mon stage et j’espère une envie de continuer de rechercher aussi profondément que possible le métier de basketteur. Je veux vraiment leur donner le goût de  ce qu’il faut pour arriver à devenir un bon joueur de basket tout en s’amusant.

BasketActu : Pourquoi avoir choisi d’opter pour un camp en pension complète ?
RS : Ben, je pense qu’au delà du basket, je voulais créer une atmosphère où je peux les entourer pendant 5 jours et pas seulement les nourrir au niveau du basket.  J’aurai pu aussi faire une formule où les enfants viennent jouer au basket et rentrent en fin de journée mais je voulais vraiment pouvoir parler de choses qui vont au delà de ça. Le basket ne dure pas longtemps, et je suis sur qu’il n’y en aura pas beaucoup qui joueront à un niveau élevé. Donc pour moi, c’était plus important d’être un soutien pour eux par rapport à ce qu’ils font déjà à la maison, au niveau de l’éthique de travail, l’importance de faire leurs devoirs, d’être un bon étudiant, d’être à l’écoute d’un bon enseignement. En gros, on veut surtout les entourer et qu’ils sachent qu’en plus de ce qu’ils apprennent de leurs parents, ils sont soutenus par quelqu’un d’expérience.

BasketActu : Andrew Albicy est le parrain de ce camp, est-ce un joueur avec qui tu as fait beaucoup de travail individuel ?
RS : Honnêtement, pas beaucoup de travail individuel mais on a choisi Andrew Albicy parce que pour nous, il est un peu un symbole pour les jeunes, c’est l’idéal des jeunes joueurs qui pensent qu’ils n’ont pas ce qu’il faut pour réussir. Andrew est un joueur de petite taille et je pense que personne ne le voyait arriver à ce niveau là. Pourtant, il l’a fait et c’est pour ça qu’on voulait vraiment qu’il fasse partie de la première édition de notre camp car on sait que beaucoup d’enfants s’identifient à lui.

BasketActu : Selon toi, quelles sont ses chances d’aller en NBA ?
RS : Tu sais avec l’histoire avec du lock out, je pense qu’il a beaucoup plus de chances que si ce n’était pas le cas. Mais si Andrew veut arriver à faire sa place en NBA, ca passera par le fait qu’il joue sur ses acquis, sa vitesse et il va falloir qu’il se montre être un gros, gros défenseur. Il faut qu’il prouve qu’il est vraiment capable de changer la physionomie d’un match ou qu’il peut perturber les porteurs de ballons. Etant un joueur de petite taille, il faut qu’il s’appuie sur cet avantage. S’il fait ça et s’il tombe dans la bonne équipe avec un entraineur qui lui donne sa chance, oui il peut réussir. Je pense qu’il est peut être encore un peu juste au niveau maturité, mais c’est un joueur qui peut facilement arriver en NBA, ça c’est sur.

BasketActu : Penses tu qu’il y aura un lockout ?
RS : Bah, selon les échos que j’entends, coté joueur oui. Je sais que David Stern fait tout de son coté pour ne pas que ça arrive car c’est bénéfique pour personne. J’espère que non, mais on dirait que c’est bien parti pour.

BasketActu : Est ce qu’à Paris vous vous êtes préparés à éventuellement accueillir certains des joueurs NBA en cas de lock out ?
RS : (rires) Bien sur, toutes nos instances sont très sensibles à ce qui se passe pour voir s’il y a des joueurs qui souhaitent revenir en France comme Joakim Noah qui avait fait un petit passage avec le club de Levallois. On ne sait jamais ! La seule chose qu’il faut vraiment gérer si c’est le cas, c’est que le Lock out ne dure qu’une demi-saison. A la moitié de la saison, le joueur signé ne sera plus là et laissera un gros trou. Il faut donc vraiment réfléchir à cette possibilité qui peut devenir réalité et à ses conséquences. Donc on verra…

BasketActu : Comment est ce que  tu as vécu le dernier match de la saison qui vous a permis de vous maintenir en Pro A ?
RS : Oh la, la… C’était un gros match avec beaucoup d’enjeux. Même pendant le match, on avait une personne qui nous tenait au courant (les coachs) du déroulement du match de Vichy  qui avait l’air de s’en sortir. D’ailleurs, ils avaient gagné donc c’était encore plus de pression, pas forcément pour les joueurs, mais pour nous qui savions. Mais vraiment, l’équipe a fait ce qu’il fallait faire pour gagner ce match et heureusement qu’on l’a fait même si au final on aurait pu passer. Je crois que Strasbourg a gagné son match donc on aurait pu tout de même passer, mais c’est bien de l’avoir fait de nous même aussi.

BasketActu : A quoi devrait ressembler l’équipe de Paris l’an prochain ?
RS : On est toujours en construction, on prend les informations sur certains joueurs. Mais, honnêtement je peux déjà te donner l’identité car je connais bien l’entraîneur Christophe Denis. C’est quelqu’un qui est très porté sur la défense. Je suis sur que tu verras une équipe qui va vraiment défendre dur pendant 40 minutes. Le type d’équipe qu’il est en train de construire c’est une équipe qui va être très pointue en attaque, qui va joueur ensemble et qui va être efficace. On espère que la mayonnaise va prendre plus vite que cette saison passée car pour moi elle n’a jamais pris. C’est pour ça que l’on cherche des joueurs avec des qualités pour que ça puisse passer beaucoup plus vite et beaucoup plus efficacement. Mais, ça va être une belle équipe à regarder la saison prochaine.

BasketActu : Qui a le plus de chances de remporter le titre ou du moins de se retrouver à Bercy ?
RS : Moi, honnêtement je vois Cholet répéter. Tu sais c’est une équipe qu’il faut arriver à battre. Ils peuvent passer à coté pendant 5 minutes mais après, c’est une équipe bien soudée, bien rodée, c’est une vraie machine. Sincèrement, quand je vois comme ils ont disposés de Gravelines, il faut être vraiment costaud pour les battre en finale. Maintenant la finale se joue sur un match, ça laisse la chance aux adversaires. S’ils sont dans une bonne journée, je crois que ce sera Nancy menée par un très bon meneur de jeu, intelligent, très bon défenseur, ben tu ne sais jamais. Mais franchement Cholet c’est une grosse machine, je les vois faire le doublé.

Pour plus d’infos sur le Summer Camp, visitez : ronstewartbasketball.com

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires (2)

  1. GRRULZ

    LOL !

    C'est parisIDFactu.com en fait, j'ai compris ça y est

  2. OscarAbine

    C'est bien, ce qu'il veut faire avec son camp, Ron. Bonne chose, la pension complète, tous les trucs sur le basket mais aussi sur le reste, c'est bien.

    Sinon, en filigrane, il donne quand même une grosse info : ça sera donc Christophe Denis le coach du PL l'an prochain. Et il ne semble pas être question de Sciarra.

    Ca demanderait quand même confirmation, mais c'est une nouvelle !