Ruddy Nelhomme : « L’objectif : gagner un match ! »

Douze défaites pour deux victoires seulement. Le PB86 n’a jamais été aussi mal en point depuis son arrivée en Pro A. Entretien avec Ruddy Nelhomme.

En s’inclinant au Paris-Levallois samedi dernier, le PB 86 a cumulé sa onzième défaite consécutive. A quelques jours de la fin de la phase aller et bon dernier du classement, les Poitevins sont plus que jamais en danger. Ruddy Nelhomme nous a accordé quelques minutes après la défaite au PL.

BasketActu : Encore une défaite pour Poitiers. C’est la même que toutes les autres ou est-elle différente ?

Ruddy Nelhomme : Aujourd’hui, on a eu un trou de 6-7 minutes où on est un peu moins agressif et on laisse l’équipe d’en face être maître du match. C’est vrai qu’on vient de jouer deux matchs à l’extérieur, Cholet en Coupe et là Paris, contre deux bonnes équipes dans l’agressivité. Mais on aurait pu être plus agressif au début du match. Mardi ça a été mais sur la fin de match on manque de lucidité. Sur ce match-là, on court après le score et c’est dommageable parce qu’on a fait une prestation cohérente sur les trois derniers quart temps. Dans le premier quart temps, on n’était pas dans le rythme.

BasketActu : Que manque-t-il concrètement ?

R.N. : Il manque sept joueurs qui élèvent leur niveau de jeu. Individuellement, certains joueurs sont en-dessous de ce qu’ils apportent habituellement. Donc c’est à eux de pouvoir donner un peu plus que ça, dans le secteur intérieur, dans le secteur extérieur et à la mène. C’est l’équipe dans son ensemble en fait, il faut qu’on puisse trouver des solutions.

BasketActu : Quel est l’objectif aujourd’hui ?

R.N. : Gagner un match ! Le plus rapidement possible. Ca fait onze journées qu’on court après un match. J’aimerai que l’on gagne un match et après on verra.

BasketActu : Dans l’état d’esprit, on sent tout de même une envie même s’il y a eu de gros relâchements.

R.N. : Y’a un esprit d’équipe, y’a quelque chose. Mais aujourd’hui, ça ne suffit pas. Il faut que l’on soit plus agressif, plus « méchant » pour que l’on puisse regoûter à la victoire. Quand on est derrière à -15, -12 à l’extérieur comme ça, ce n’est jamais facile non plus. On s’est laissé prendre au début du match et après c’était plus facile pour l’équipe du Paris-Levallois.

BasketActu : On a eu l’impression que certains joueurs étaient complètement paralysés offensivement.

R.N. : C’est dû à la série de défaites. Mardi, on fait un bon match en terme de fluidité en attaque. On a trouvé pas mal de choses. Mais on reste une équipe qui perd et donc qui doute. Tout le monde veut mieux faire et quand on fait des erreurs, on veut que ça se passe mieux. Pour l’instant, on manque de réussite.

BasketActu : Comment ça se passe dans le vestiaire ? Le groupe semble quand même sacrément soudé.

R.N. : Il faut leur demander. Ça a l’air d’aller oui. Mais comme j’ai dit, quand tu perds, rien n’est facile. Rester ensemble est important, il faut voir s’il y a un déclic un moment donné. On touche à la fin des matchs allers et deux victoires seulement, c’est trop peu.

Tags :
Comments

Commentaires (12)

  1. AND11

    A force de ne jamais recruter à l'inter saison…

    Et puis, généralement les clubs du bas s'appuient sur un gros centre de formation (Le Havre depuis pas mal d'années, le HTV, Vichy à une époque). Le centre de formation de Poitiers on se demande presque si il existe…

  2. AND11

    Le SLUC est une équipe "du bas" ? Merci.

    Et puis, va jeter un coup d'oeil au palmares du centre de Nancy.

  3. AND11

    Oui, mais ils font confiance à pas mal de jeunes. Ce qui n'est pas du tout le cas de Poitiers qui a le même effectif depuis 3 ans (hormis Fournier).

  4. AND11

    Petrovic qui a même 22pts et 7 rebonds à je sais plus quel club de pro A la semaine dernière en coupe de France a été formé à Nancy. Il y en a pleins des bons joueurs formés à Nancy qui font leur trou de la N1 à la pro A.

    Après c'est sûr le coach professionnel de Nancy ne fait jouer aucun jeune.

    Mais ça c'est un autre débat, ici on parle de Poitiers, NCHS s'est un peu éloigné du sujet.

  5. Larry Johnson

    Les jeunes sont un peu juste pour évoluer en Pro A. Kevin Harley a un super potentiel et a rendu de bons services quand nos meneurs étaient blessés, mais il est encore très jeune. Ceci dit, on en entendra parler dans les années à venir.

    Quant à Michael Var, il voulait rester à Poitiers car Ruddy lui faisait confiance et il avait pas mal de temps de jeu. Malheureusement, il est retourné à Pau quand le club est remonté en Pro A car le joueur n'était qu'en prêt. Il voulait rester et il est reparti à contre coeur car le projet Pictavien lui plaisait beaucoup.

  6. lexa

    aussi à Poitiers meme avec un centre de formation de seulement 3 ans d'existence, le PB a formé A.Thinon qui joue en N1, aussi Eito de Vichy, et a fait confiance à Lamine Kanté et Gary Florimont en proB a à peine 18/19 ans.

    AND11 je te trouve vraiment mal placé sur le role des centres de formation! Nancy aurait pu/ aurai du! former beaucoup plus!

  7. GW

    N'empeche c'est quand même honteux de n'avoir qu'un jeune (Sylla) dans la rotation cette année.

    Pourchot ou Thalien, ils sont juste la pour observer, ils ont moins de 20 ans.

    J'espère qu'il n'arrivera pas à Monschau la même chose qu'à JDC qui lui non plus n'a pas jugé bon d'intégrer les jeunes…

    Njoya sur ces 2 dernières saisons au SLUC il a eu sa chance combien de fois ? 3 ? 4 fois ?

    Alors qu'il avait du talent et croquait vraiment pas…

    Cette année il est titulaire chez le leader de pro B… Quel gachis pour le SLUC !

  8. GW

    Ca serait pas et de loin l'équipe la plus vieillissante du championnat ?

    Que des trentenaires dont certains au club depuis une éternité, c'est naturel qu'un certain confort s'installe et empeche les joueurs de se remettre en question !

    J'ai l'impression qu'ils sont en fin de cycle et que Nelhomme n'a rien fait pour amorcer une transition. C'est pas un joueur (Evan Fournier) qui va insuffler un nouvel esprit à l'équipe !