Sambou Traoré « Le Maître-mot de l’équipe c’est Partage »

L’ailier fort du CSP revient sur la bonne entame de saison du CSP

BasketActu : Un mot sur le début de saison de l’équipe et votre dernier match ?

Sambou Traoré : On gagne dans l’ensemble. Là, on a perdu un match à Lille mais, ça devait arriver, c’est arrivé et on a rectifié le tir. On a gagné le weekend dernier contre Rouen de la bonne manière. C’était un gros match contre une grosse équipe qui joue le titre et la montée. Eux aussi ont bâti une équipe pour pouvoir monter. On a assuré une bonne victoire à domicile de près de 20 pts je crois.

BasketActu : Tu as sorti un très gros match samedi dernier. Qu’est ce qui t’a mis dans une aussi bonne configuration ?

ST : Oui, j’ai réalisé un petit double-double contre mon ancienne équipe. Après il n’y a pas de raison particulière. Je suis rentré dans le match. Habituellement, il est difficile de faire un bon match contre son ancienne équipe. J’ai laissé les choses venir à moi, ensuite les ai laissé dérouler, le match était dur mais je me suis contenté de faire mon job. J’ai mis en pratique ce que je savais faire le plus à savoir prendre des rebonds, mettre les paniers qui s’offrent à moi et j’ai saisi les situations favorables. Voilà ce qui s’est passé.

BasketActu : Qu’est ce que cela fait d’être poussé par Beaublanc là où depuis 9 saisons tu joues contre Beaublanc ?

ST : C’est complètement différent, maintenant tu sais que le public est avec toi et c’est énorme. Quand tu es un adversaire, c’est « chaud » de gagner à Beaublanc. C’est très dur quand tu n’es pas habitué à l’ambiance de garder ses moyens. Pour moi, au contraire c’est frais. J’adore jouer dans les salles où il y a de l’ambiance, ça me booste.

BasketActu : Après toutes ces années dans la ligue, qu’est ce qui t’a poussé à rejoindre le CSP ?

ST : Tout le monde connaît la renommée du CSP. En France, tout le monde sait que c’est une institution historique dans le basket. Le CSP Limoges c’est comme l’Olympique de Marseille au foot. Et puis surtout, il y avait la grosse ambition de remonter directement en Pro A, et moi j’aime bien les gros challenges. C’est ce qui m’a mené ici.

BasketActu : Est ce que le fait qu’il y ait des joueurs comme Raphael Desroses que tu connais très bien a pesé dans la balance ?

ST : Oui bien sur, Raphael je l’apprécie. On se connaît depuis très longtemps. Donc d’un coté, il y avait ce paramètre mais de l’autre il y avait surtout le fait que le CSP montait une grosse équipe pour assurer une remontée en Pro A.

BasketActu : Quels sont les atouts qui vous permettent de faire une bonne entame de saison ?

ST : Le point fort c’est l’expérience que l’on a. On dispose de joueurs qui pourraient être dominants dans n’importe quelle équipe de Pro B voire de Pro A et démarrer dans le 5 majeur. Ce qui fait vraiment la différence cette saison c’est que l’on a un bon collectif. On a des gros joueurs qui sont forts individuellement et beaucoup de talent mais le maître mot de l’équipe c’est le « partage ». On a un bon collectif et une super ambiance.

 

BasketActu : Est ce que l’ambition de l’équipe qui a été de monter en Pro A ces dernières années est toujours intacte ?

ST : Ben oui, c’est tout de même l’objectif. De toutes les façons on ne peut pas se cacher. Franchement avec le recrutement que l’on a fait, on ne peut pas dire qu’on souhaite juste jouer les playoffs ! Ce serait mentir, là on joue la montée c’est clair.

BasketActu : Comment vis tu les rencontres face aux clubs ou tu as joué par le passé ? Ont elles une saveur particulière ?

ST : Non, je le vis à chaque fois comme un match normal, je ne me prends pas la tête. Bon, c’était un peu plus important ce weekend puisque l’on jouait contre mon ancienne équipe. Tu as toujours envie de briller contre tes anciens partenaires ou l’équipe pour qui tu jouais. Tu sais très bien qu’après le match ça chambre, franchement il y a un petit plus. Ce que tu veux quoi qu’il en soit, c’est gagner !

BasketActu : Après toutes ces années penses tu qu’il y ait une évolution dans le jeu en Pro B ?

ST : Oui, la Pro B devient de plus en plus forte. Il y a beaucoup de joueurs qui sont très bons en Pro A qui ressentent le besoin de s’amuser, d’avoir plus de libertés et qui viennent en Pro B. Il y a beaucoup d’équipes qui jouent le haut du tableau. Avant il y en avait 3 ou 4, les autres étaient des « outsiders ». Aujourd’hui, tu en as au moins 6 qui peuvent gérer la montée. Ca devient de plus en plus dense et le championnat est ouvert.

Il ne faut pas se tromper dans le recrutement. Même lorsque tu as des gros joueurs, le collectif reste le plus important.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (6)

  1. François_ST

    LIMOGES ALLEZ

  2. on rêve ?

    ccccccccccccc csp

    li li li limougeaud

    ce soir on est venu chanter et on lachera jamais….

    etc. lol

  3. lexa

    au fait, pourquoi vous copiez autant le Pana?

    je sais que votre couleur originelle est le vert, mais je parle du horto magiko, du "gate 13" etc…

  4. experballistique

    on se refere à ce qui se fait de mieux,tu veux prendre exemple sur l asvel,roanne,nancy…ah ah ah !!!!!!!!!!!!!!!

  5. on rêve ?

    bah oui autant copié le meilleur, le horto c'est génial dans la tribune impaire !!!

    c'est vrai à Limoges il n'y a pas de bruits de trompette pendant tout un match comme dans la plupart des salles !! le public fait assez de bruit (il est vrai bien entraîné par les eagles…)

  6. tony

    a l'origine, les eagles ont étés placés par le club en porte 13, et ce ne sont pas les supporters qui ont conçu le logo il me semble.

    Le pana a t'il copié les celtics ? on s'en fout! Et le horto, ça se fait dans le monde entier et dans plusieurs sports, le pana à ce jour n'a toujours pas déposé de copyright.

    Maintenant si j'entends des insultes en grecs dans les tribunes, tu auras peut etre raison et les limougeauds pompent sur le pana!

    20 ans de campagne européennes, les cultures se croisent et vu le nombre de fois qu'on a croisé les grecs…

    Faut pas toujours chercher la petite bete…