Antoine Diot ramène la SIG à égalité !

Emmenée par son meneur international (20pts et 8pds), la SIG a dominé le CSP dans le match 2 des finales (66-52) et s’est relancée pour le titre.

Diot Dragicevic

 

Passée au travers du match 1, la SIG a montré un tout autre visage sur le parquet du Rhenus face à un adversaire limougeaud qu’elle a réussi à limiter à seulement 59 points. La rencontre débute presque comme celle de vendredi soir mais, cette fois, au lieu de rater ses lay up, Matt Howard conclut victorieusement ses attaques. Les Alsaciens défendent dur et les hommes du CSP n’ont pas de shoots faciles. « On a vraiment été bien en défense, tous ensemble, on a su les faire déjouer par rapport au premier match », constatait Jérémy Leloup à l’issue de la rencontre. « Par rapport au match 1, on a pris un mauvais départ, on s’est fait marcher dessus », lâchait Adrien Moerman, touché au poignet et qui devrait passer des radios lundi. Strasbourg bascule en tête dans le premier quart (21-12) et, au fil de la rencontre, va continuer de contrecarrer les schémas offensifs des Limousins (36-27, mi-temps). Léo Westermann et Pooh Jeter se relayent à la mène sans réussir à distribuer le jeu comme ils en ont l’habitude limiter dans leur rayonnement par l’intensité défensive des hommes de Vincent Collet « Seulement neufs passes décisives, on n’a jamais eu ça. D’habitude on en fait 19 ou 20 Pooh et moi. Nous sommes fautifs », regrettait Léo Westermann, le meneur alsacien du CSP.

Limoges prend à nouveau un éclat dans le troisième quart malgré un bon passage de JP Batista (17-12). A l’intérieur, Ali Traoré trouve des solutions palliant l’absence de réussite à longue distance de ses coéquipiers (seulement 2 sur 18 aux primés). « Encore une fois, on n’a pas eu d’adresse mais on met dedans à l’intérieur donc tant mieux, soufflait Leloup. L’adresse va revenir à un moment ou un autre. Il ne faut pas qu’on  soit inquiet ». Dans l’ultime période, Limoges tentait un baroud d’honneur, notamment par Jamar Smith – six points dans ce dernier quart – pour revenir, mais les Strasbourgeois ne lâchaient rien, Antoine Diot parachevant son œuvre pour finir à 20 points (dont cinq dans cette ultime période).

Déclas :

 

Philippe Hervé, coach de Limoges : «Dans la globalité, Strasbourg a été plus volontaire que nous, même si, dans la difficulté, le groupe n’a pas lâché et s’est battu avec ses moyens du jour, et cela s’est traduit par une intensité de jeu supérieure côté strasbourgeois que côté limougeaud. Il n’y a rien à redire. Strasbourg a été plus fort que nous ce soir (hier). On a subi, et quand vous subissez, vous ne gagnez pas en règle générale. C’est la vérité d’un match, mais il faut qu’on apprenne vite, en l’espace de trois, jours, à mieux maîtriser ce qu’on veut faire si on doit subir une telle agressivité. il y a des ajustements à faire, mais comme il y en a toujours à faire d’un match à l’autre. Et on va les faire, et dans un contexte différent qui sera celui de Beaublanc et pas du Rhenus. Pour l’instant, on est seulement assuré de jouer quatre matches. Offensivement, on souffre, on ne fait pas bien bouger le ballon comme il faudrait le faire bouger face à une défense hyper agressive, on l’a fait rarement comme il aurait fallu le faire. »

Vincent Collet, coach de Strasbourg : « Antoine a été présent d’entrée et tout au long de la partie. Ila  été le rouage essentiel pour maintenir le rythme. Il a fait un très gros match très clairement, a  provoqué beaucoup de situations et toutes ne sont pas visibles. En plus des passes, il a été relayeur souvent. » «Il faudra qu’on soit meilleurs pour gagner à Limoges. Pour nous, ça passera par ce même type de performance défensive, mais également par une amélioration en attaque et en premier lieu au niveau de l’adresse, même si ça en se commande pas. Cette victoire nous fait démarrer une autre finale, au-delà de nous redonner espoir. Mes joueurs ont pu mesurer qu’on avait des arguments à opposer ».

Score final : 66-52. Égalité à 1 victoire partout. Balle au centre.

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.