Stephen Brun : « Nancy reste mon club de cœur »

L’ailier fort revient pour nous sur sa saison et ses objectifs à venir. Un regard lucide et sans langue de bois.

Champion de France en titre avec le SLUC Nancy, Stephen Brun a signé il y a quelques jours un contrat d’un mois avec les Espagnols d’Alicante.

BasketActu : Sur le plan collectif, tu sors d’une très bonne saison. Dirais-tu qu’elle est la plus accomplie ?
Stephen Brun : Collectivement oui. L’objectif d’être champion de France, on l’a à chaque début de saison. Et cette fois-ci, ça a fonctionné. Après, au niveau de mes performances individuelles, ça ne s’est pas forcément très bien passé.

BasketActu : D’habitude Nancy avait toujours du mal à concrétiser sur la dernière marche. Qu’est-ce qui a changé cette année ?
SB : On n’était pas forcément attendu. Avant sur le papier, on était davantage dans la peau du favori. Là on était davantage outsider ce qui nous a facilité la tâche. Et sur le dernier match, on n’avait vraiment rien lâché.

BasketActu : Justement si tu ne devais garder qu’une seule image de cette finale, laquelle ça serait ?
SB : Le dernier lay-up de John Linehan. Après, ça a été la joie, tout le monde courait partout. C’était indescriptible.

BasketActu : Et sur le plan individuel, comment juges-tu cette dernière saison ? Penses-tu avoir progressé ?
SB : Je ne sais pas si je peux dire que j’ai progressé. Après ce que je retiens de ces trois années, c’est que j’ai pu avoir un rôle majeur dans une équipe jouant régulièrement le haut de tableau. Dans le jeu, j’ai été cantonné à un rôle de spécialiste dans le système Jean-Luc Monschau.

BasketActu : On imagine que tu aurais souhaité disputer l’Euroleague avec le SLUC. Que s’est-il passé pour que ça ne soit pas le cas ?
SB : J’aurais pu rester à Nancy jusque décembre. On aurait pu trouver un accord. Mais mes performances individuelles n’ont pas été sensationnelles. Les dirigeants ont voulu prendre des joueurs qu’ils considéraient meilleurs à ma place pour disputer l’Euroleague. Ne pas la jouer reste un grand regret. J’aurai souhaité aussi que mes dirigeants me disent dans les yeux qu’ils ne comptaient plus sur moi. Deux mois avant la fin de la saison, on entendait déjà le nom de mon remplaçant dans les médias. D’habitude, c’est quelque chose que l’on ne voit pas. Les critiques aussi auraient pu me déstabiliser. Après trois ans passés à Nancy, ça reste dommage.

BasketActu : Tu comptes quand même suivre les résultats du club la saison prochaine ?
SB : Ah oui ! Et puis l’Euroleague va être un peu la mienne aussi. Je serai à fond derrière l’équipe. Nancy ça reste quand même mon club de cœur.

BasketActu : Est-ce que tu penses que l’arrivée de Nicolas Batum va donner une image peut-être plus « sexy » à Nancy ?
SB : D’abord, il ne faut pas oublier que Nancy est une place forte en Pro A depuis 6/7 ans. Ils sont allés six fois en finale à Bercy, eu deux titres de Champion de France…L’arrivée de Nico ça va aider à faire davantage parler du club. On a vu le battage médiatique au moment de sa signature. C’est tant mieux pour le club. Il y a des journaux de Portland qui viendront le voir, les salles vont être remplies. Tout ça est très, très bien.

BasketActu : Ton actualité, c’est ton contrat d’un mois à Alicante. Comment se sont passées les négociations ?
SB : Très vite. Le club avait plusieurs joueurs en équipe nationale donc ils étaient à la recherche d’un poste 4. J’ai eu cette opportunité grâce à mon agent qui connait bien le marché espagnol. J’avais eu d’autres propositions de clubs en Liga pour faire la présaison. Mais j’ai privilégié Alicante car avec eux j’avais la possibilité de décrocher un contrat ferme pour la saison. La Liga est l’un des meilleurs championnats donc être ici c’est une très bonne opportunité. Après, si ça ne marche pas, j’aurais au moins fait une bonne préparation, je serai en forme si une autre équipe fait appel à moi.

BasketActu : Avais-tu eu quelques touches en France ? On a notamment entendu parler de Nanterre…
SB : Il y a eu une touche en effet. Après j’ai vu que le coach de Nanterre avait dit que les JFL étaient hors de prix.  Mais entre ce que je gagnais à Nancy et ce que me proposait Nanterre, il y avait un écart très important. J’étais prêt à faire des sacrifices mais parfois les gens ne connaissent pas bien les tarifs pratiqués. J’ai écouté l’offre mais j’ai dû la refuser.

BasketActu : Après quelques jours à t’entraîner, quel bilan dresses-tu ?
SB : Plutôt bon. Les autres avaient repris une semaine avant moi. En général, on a deux entraînements par jour avec du basket le matin et de la piste le soir. Les joueurs sont bons, je me suis plutôt bien intégré. Là, on a joueur qui vient d’arriver : Kyle Sigler qui avait été drafté par Détroit en 33e position. Il est vraiment impressionnant. Quant au club, il est super bien structuré. Par contre, ici il fait super chaud. C’est clair que ça me change de Nancy (rires). Le seul problème c’est que j’ai dû laisser en France ma femme et mon petit bébé. Je ne l’ai vu que deux jours et après je suis parti. Ça n’était pas un choix facile à faire. Les gens croient que les basketteurs ont la belle vie mais tout n’est pas toujours évident.

BasketActu : Et concernant un futur contrat, tu as pu faire un premier bilan avec le staff ?
SB : Pas encore. On va voir comment ça se passe pendant les matches amicaux. Aujourd’hui, on va jouer contre des Américains de Stanford et lundi on retrouvera le Malaga de Tremmell Darden, mon ancien coéquipier. Après, on pourra y voir plus clair.

Tags : ,
Comments

Commentaires (3)

  1. AND11

    ça va c'est pas le pole Nord à Nancy déconne pas Stephen… L'EST est même une région chaude de la France ^^

    En tout cas belle interview… Évidemment, ses performances n'étaient pas du tout en adéquation avec son salaire (très élevé), mais Stephen a vraiment été un élément clé du titre. Quand il était sur le banc, le voir se lever à chaque panier de l'équipe pour applaudir et soutenir ses coéquipiers, ça montrait le caractère du bonhomme… Un formidable joueur d'équipe, vraiment.

    Et puis bon, il a quand même tourné à 11 d'éval en PO je crois..

    Je suis sûr qu'il recevra une belle standing ovation si il repasse un jour par Gentilly…