Stephen Brun : « C’est compliqué de refermer la page Espagne »

De retour en Pro A avec le promu Nanterre, le champion de France en titre revient avec nous sur son bref passage à Alicante et ses objectifs pour la nouvelle saison

BasketActu : Après quelques semaines en Espagne, te voilà de retour dans le championnat français. Pas trop compliqué de tourner la page ?

Stephen Brun : Si ! C’est compliqué de refermer la page Espagne parce que tout était fait pour que je reste tout l’année. Au dernier moment, la licence d’un ricain avec un passeport espagnol n’a pas été validée par la Fédé donc il n’avait plus de spot pour un joueur étranger. Le ricain avait déjà signé son contrat. Le coach était peiné de m’expliquer ça. Du coup, je suis rentré. Et il y a Nanterre qui me téléphone depuis un moment et qui me suivait. Ils ont fait des efforts de leur côté, j’en ai fait et on a réussi à trouver un accord après quelques compromis.

BasketActu : Qu’est-ce que tu retiens de ton bref passage en Liga Endesa ?

SB : J’en retiens que c’est une ligue extraordinaire. On a joué Valence et Murcia. C’est autre chose que le championnat de France. Même au niveau de l’organisation. Alicante reste un petit club en ACB mais les structures et l’organisation, c’est énorme. Ils ont un kiné à temps plein, un prépa physique à temps plein, trois assistants… Et les joueurs, on avait Kyle Singler qui ira à Detroit à la fin du lockout et plein d’autres joueurs qui ont joué dans de grosses équipes. Le coach était un fou de systèmes, on en avait au moins 50. Le basket que l’on pratiquait était vraiment plaisant. Dommage que ça ne se soit pas fait mais ça m’aura fait une belle expérience. En plus, avec la plage juste à côté alors qu’il faisait 30 degré (rires)

BasketActu : Tu changes complètement de décor avec un passage de champion de France à promu. Comment tu gères ce changement de statut ?

SB : C’est un nouveau challenge pour moi parce que Nanterre est une équipe qui n’est pas supposée jouer le haut de tableau alors que mes clubs précédents le faisaient. Il faut que j’apprenne à prendre mes responsabilités. A Nancy, j’avais de très grands talents autour de moi donc je n’étais pas la première option offensive. Je léguais aux autres, je savais que si je ne shootais pas, d’autres allaient le faire à ma place. Ici, on attend des choses de moi, il faut que je sois un joueur majeur et un leader avec les jeunes. J’ai l’expérience de ce championnat. Mais je suis prêt à relever le challenge. Ça ne va pas être facile mais l’équipe reste sur une bonne dynamique. Ils ont conservé l’ossature du groupe qui est monté. Je suis arrivé mercredi dernier et on n’avait pas vu tous les systèmes. On a travaillé la plupart pour que je puisse jouer contre Poitiers. Cette semaine, on voit le reste pour être prêt samedi contre Le Mans.

BasketActu : Nanterre est une équipe qui a plus le profil Pro B, étant promu. Les différences avec une équipe comme le SLUC se ressentent dans le jeu et la manière de fonctionner ?

SB : Ce n’est pas pareil. C’est différent parce qu’avec Nancy, on avait beaucoup beaucoup de systèmes en pcik’n’roll. On s’appuyait beaucoup sur le poste 3. Ici, les systèmes impliquent tous les joueurs. Mais bon ça reste des systèmes. Tu peux en faire 5 millions, s’ils sont mal exécutés, ça ne sert à rien. Tu peux jouer au basket avec peu de mouvements en attaque, si c’est bien développé, tu t’en sors.

BasketActu : Vous finissez la présaison sur une grosse victoire face à Poitiers. C’est encourageant non ?

SB : Contre Poitiers, c’était un match amical donc les conditions étaient particulières. Il ne faut pas s’enflammer parce qu’on gagne ce match là. Surtout que le début du calendrier s’avère compliqué avec de grosses équipes et beaucoup de matchs à l’extérieur. On va pouvoir voir le niveau du championnat et le niveau où l’on doit être. On va savoir quelles exigences on doit mettre en défense comme en attaque.

BasketActu : Vous allez débuter le championnat avec un déplacement au Mans. Comment vous vous préparez à ça ?

SB : Le Mans a déjà joué deux matches en coupe d’Europe donc on peut miser sur une certaine fatigue mais bon, on doit tout donner. Les grosses équipes vont jouer un beau basket dès le début de saison. Ce sera à nous d’être prêt et d’élever notre niveau sinon on va manger. Il va falloir être solidaire et se donner à plus que 100% !

Tags :
Comments

Commentaires (3)

  1. AND11

    Bonne chance Stephen !

  2. Nairod

    Un grand plaisir de l'avoir avec nous du côté de Nanterre!

    J'aimais déjà beaucoup le joueur, j'ai hâte de découvrir l'homme!

  3. Bucky

    En résumé, il est grave dégoûté d'avoir fait des compromis pour jouer en France dans une équipe qui ne sera pas dans le haut du tableau et qu'il trouve relativement faible alors qu'en Espagne, ça avait l'air génial pour préparer une fin de carrière…

    Et à sa place, je serais dans le même état d'esprit…