Stephen Brun : « On a été monstrueux »

Stephen Brun est revenu avec le sourire sur la belle prestation de son équipe face au BCM.

Quelles sont tes impressions après cette victoire ?

C’est une grande joie; je ne réalise pas encore forcément la portée de l’exploit, surtout la qualité de la partie que l’on a proposé ce soir. Un match parfait ça n’existe pas parce que tu loupes des shoots, tu perds des ballons… Mais sur tout ce qu’on avait prévu de faire, on l’a respecté à la lettre. Après l’adresse c’est un facteur en plus. Ce soir elle était là mais défensivement on a été monstrueux alors que toute l’année ça n’était pas tout à fait ça (il se marre en regardant Pascal Donnadieu). Mais ce soir on a été monstrueux d’envie, de solidarité, de courage… On avait pris l’option très claire de fermer la raquette. On sait que l’adresse extérieure ça n’est pas forcément le point fort de Gravelines. Mais ce soir c’est montrueux ce qu’on a produit au niveau de l’intensité, du jeu rapide, du rebond…

C’était le match qu’il fallait faire. Le plus facile on l’avait fait à Gravelines. C’est facile d’aller à Gravelines, premier match des play offs de l’histoire du club, huitième tu vas chez le premier qu’est ce que tu as à perdre ? Tu vas chez le premier tu joues sans pression. Le plus dur c’était ce soir, il fallait confirmer et on l’a fait. On va reposer les corps des anciens comme moi (sourire). On va peut être boire quelques canons on ne sait jamais, ça fait du bien. Et puis on va savourer mais pas trop longtemps. On a une demi-finale à jouer et on ne va pas la galvauder.

Quand tu parles de la qualité du match c’est que vous vous êtes surpris vous mêmes de votre niveau ?

Oui, je pense que le coach pourra le dire, il a été surpris de notre intensité défensive. Cette saison, on a fait des matchs plus offensifs que ça mais défensivement…Il y’a peut être un contrôle anti-dopage qui arrive, je ne sais pas ce qu’il y’a dedans (il se marre). Mais défensivement c’est monstrueux ce qu’on a produit. On est reparti sur les rotations, au rebond on a tout contrôlé, il y’a eu beaucoup de dûreté. Ils ont pris des tampons les mecs de Gravelines alors que physiquement c’est au-dessus de nous. Ludo Vaty on savait qu’il était un peu soupe aux choux, quand tu commences à lui masser les côtes, à le titiller il sort vite de son match. Ca a été le cas à l’aller. Ludo c’est mon gars mais à l’aller il nous a donné le match. Sa technique ça a été le tournant un petit peu, il n’a pas aimé se faire bousculer par Palacios, par Passave. Il a loupé quelques tirs, quelques ballons et il est sorti du match.

Nanterre sera européen l’année prochaine, qu’est ce que ça t’inspire ?

C’est un truc de ouf hein ? (sourires) En plus ça va être des poules régionales, on va se taper l’Allemagne, la Belgique, la Hollande comme ça on ira dans les coffee-shops (il se marre). C’est merveilleux pour le public de Nanterre. C’est allé tellement vite, je crois qu’eux ne s’en rendent même pas compte. On est en demi-finale du championnat de France de Pro A et l’année prochaine quand on vera débarquer des équipes allemandes… (Pascal Donnadieu le coupe en disant que Nanterre pourra peut-être faire l’Euroleague). Eh mais Spanoulis il peut venir faire des pick and roll dans notre gymnase (il se marre). Ca va vite mais à froid on s’en rendra peut-être un peuc ompte parce que là on est un peu euphorique.

Une préférence pour Chalon pour la demi-finale ?

Je n’ai pas de préférence. Roanne aussi c’est compliqué avec coach Luka et son petit marcel sous le chemise c’est compliqué (il se marre). Chalon tu as quand même Blake Schilb qui est l’un des meilleurs joueurs du championnat. Greg Beugnot a bien préparé son groupe pour les play offs. Les deux équipes ça sera compliqué mais on jouera notre basket.

 

 

 

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.