ALL STAR GAME

Strasbourg s’offre le Paris Levallois

Grâce à une deuxième mi-temps de grande qualité, Strasbourg est allé s’imposer 75 à 58 sur le parquet du Paris Levallois.

Ricardo Greer playoffsCe PL-SIG était particulièrement attendu. Si la rencontre n’a pas toujours tenu ses promesses sur le plan du jeu, les Strasbourgeois l’ont emporté au prix d’une remarquable deuxième mi-temps.

De l’adresse, de l’engagement… les deux équipes n’ont pas perdu de temps pour montrer leur meilleur visage dans ce choc  de la dix-huitième journée de Pro A. Entre les tirs à trois points de Maleye N’Doye, l’adresse près du cercle d’Aloysius Anagonye et la solidité collective strasbourgeoise, le public a eu de quoi se régaler. Tout ça avant que le soufflet ne retombe lors du deuxième quart-temps avec un  5/29 cumulé au tir pour les deux équipe dans la période. A l’image d’un David Andersen agacé et moins à l’aise que face au Mans, la SIG a eu plus de mal à trouver de la fluidité en attaque tout en ne laissant pas le Paris Levallois s’échapper grâce à sa défense (32-27).

Mais au retour des vestiaires, l’équipe alsacienne a montré un tout autre visage. Galvanisée par les six points d’entrée de Bootsy Thornthon (en difficulté lors de la première période), la SIG a enfoncé le clou face à des Franciliens marquant le coup physiquement à l’image d’un Andrew Albicy usé par sa sur-utilisation due à l’absence forcée de Daniel Ewing pendant un mois. Malgré quelques fulgurances d’Ada Sané et de Giovan Oniangue en attaque, le PL a plié le pli en multipliant les mauvais choix sur le plan offensif. Tout le contraire pour la SIG qui a été cohérente des deux côtés du terrain avec parfois quelques coups d’éclats tel que celui offert par Louis Campbell à trois points (de son camp) au buzzer de la fin du troisième quart-temps. Un peu timide, Blake Schilb, lui, n’a pas réussi ses débuts mais Greg Beugnot a expliqué après match ne pas s’en faire pour son ailier, ce dernier devant encore trouver son rôle dans l’équipe.

Si cette défaite marque un coup d’arrêt pour le PL, elle ne remet pas en cause la qualité du jeu développé ces dernières semaines. Mais avec quelques pépins physiques (pointe à la cuisse pour Blake Schilb et fissure à la voûte plantaire pour Nicolas Lang qui manquera la Leaders Cup), les joueurs franciliens vont devoir se ménager lors des prochains jours tout en essayant de retrouver rapidement l’explosivité qui leur a fait défaut contre la SIG.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.