Thomas Heurtel, merci patron !

Performant depuis le début du tournoi, Thomas Heurtel a marqué les esprits hier soir en prenant les commandes de la rencontre en fin de match.

Thomas Heurtel« Sans Tony Parker, la France sera perdue dans le money time », cette phrase, on pouvait la lire un peu partout depuis plusieurs semaines, mais hier, Thomas Heurtel a montré qu’il avait les tripes pour gérer la pression des fins de matches. Pourtant, il y a quelques jours contre le Brésil, dans une fin de match à couteaux tirés, on avait décrié le manque de mouvement autour d’un Heurtel bien trop esseulé. Mais contre l’Espagne, le meneur de l’équipe de France a simplement démontré qu’il pouvait être le patron de cette sélection lors des fins de match. Sur l’ensemble du match, le joueur de 25 ans a réalisé un bon match sans pour autant survoler la rencontre (13 points, 4 passes décisives), mais c’est sa gestion du money time qui va rester dans les mémoires collectives. Avant de parler de son tir exceptionnel, une action démontre parfaitement le sang froid du jeune homme, la France fait la course en tête dans le dernier quart temps et on va entrer dans les deux derniers minutes du match, Rudy Gobert prend un énième rebond offensif et ressort la gonfle pour Heurtel. Malgré son jeune âge et les appels de ses coéquipiers, le meneur du Saski Baskonia calme le jeu (et ses partenaires) pour annoncer un système, la marque des grands. Une fin de match remarquée et saluée par le capitaine de l’équipe de France, Boris Diaw :

« Il a été génial. Thomas est encore un jeune joueur, il apprend énormément mais il s’améliore de match en match et d’année en année, et même depuis le début de la compétition jusqu’à maintenant », a confié Boris Diaw à TalkBasket.

Mais bien sûr, le moment fort de ce match restera son énorme 3 points à 1:05 de la fin de la rencontre. Un panier qui a permis aux Bleus de faire définitivement le break et de faire taire les 13 000 supporteurs espagnols présents au Pacalcio de Deportes de Madrid. Son tir et le fameux commentaire de David Cozette « Thomas Heurtel, donne-moi ton short ! » va rester dans l’histoire du basket français. Comme un symbole, le meneur n’a pas souhaité tirer la couverture à lui dans la zone mixte :

« Notre attitude a changé, nous avons élevé notre niveau en défense et nous n’avons pas commis les mêmes erreurs. Tous les joueurs espagnols ont eu du mal à mettre leurs paniers, c’est une grande partie pour nous. »

En l’absence de plusieurs joueurs important de la sélection comme Tony Parker, Joakim Noah et Alexis Ajinca, des petits jeunes ont profité de cette rencontre pour se révéler et prouver qu’ils méritaient l’EDF. On pense bien sûr à Rudy Gobert et Thomas Heurtel, visiblement, le meneur n’a pas vraiment apprécié que les gens doutent de cette équipe à cause des absents et il espère que ce match aura fait passer un message :

« Malgré les forfaits que l’équipe de France a connu, je pense que nous avons prouvé que certains joueurs avaient leurs places avec ce qu’on vient de réaliser. Je pense notamment à Rudy Gobert, c’est son premier Mondial et il a vraiment très bien joué », a expliqué Heurtel à Marca.

Cette nouvelle génération incarnée par Thomas Heurtel a démontré sur ce match que l’équipe de France avait encore de belles heures à vivre, peut être dès les prochains jours…

Pour le plaisir, le shoot de Thomas Heurtel

Tags : , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.