Tony Parker : « Pierre Vincent, c’est un peu Phil Jackson »

En conf’ ce matin, TP s’est exprimé sur l’ASVEL, le lockout, les assurances pour l’Euro et Pierre Vincent.

Il n’y a pas que Steve Nash qui s’est exprimé ce matin lors de la conférence de presse du TP Camp 2011. Tony Parker, assis à côté du canadien et de Pierre Vincent (entraîneur de l’équipe de France féminine et futur coach de l’ASVEL) s’est lui aussi frotté aux sujets brûlants de l’actualité du basket. Extraits.

Le lockout et l’ASVEL :

Si je décide de venir jouer en Europe, j’aimerai rester en France et jouer pour l’ASVEL. Si Pierre accepte que je vienne jouer pour lui bien-sûr ! (rires)

On a eu des discussions avec Pierre et pour l’instant on construit l’équipe en se disant que je ne vais pas venir jouer. […] Donc si je décide de venir jouer, ça sera à moi à m’adapter à l’équipe et à faire les efforts pour m’adapter.

On a eu des contacts avec des joueurs NBA mais pour l’instant ça reste au stade de la discussion. C’est toujours délicat de signer des joueurs quand on ne sait pas combien de temps ils vont rester.

La blessure de Mickael Pietrus :

C’est un gros coup dur, je suis vraiment déçu parce que j’avais vraiment hâte de rejouer avec lui. C’est clair qu’il va nous manquer.

Les assurances pour l’Euro :

Apparemment c’est positif, le dossier des assurances avance bien. J’espère que tout sera réglé le 20 juillet pour qu’on puisse s’entraîner. Si ce n’est pas le cas ? Ce sera à chacun de prendre une décision, mais moi je m’entraînerai.

Sa relation avec Pierre Vincent :

Pierre Vincent a été l’un des coachs les plus importants de ma carrière. Je dis toujours en rigolant que quand j’étais petit je voulais tout faire tout seul, mettre 30 points par match sans avoir besoin de personne. Pierre, c’est le premier coach qui m’a appris à vraiment jouer avec mes coéquipiers, à jouer à cinq contre cinq, à savoir quand shooter, quand passer. C’est lui qui m’a préparé pour le vrai basket et si aujourd’hui j’en suis là, c’est grâce à lui. Je me rappelle de sa philosophie, de toutes ces heures dans le train où il m’expliquait comment jouer. Pierre, c’est un peu Phil Jackson, un zen master. […] Il a su dès le début que je voulais devenir le meilleur. On a toujours eu une relation privilégiée.

 

 

Tags : , , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.