Tony Ramphort : « On va se retrouver sous l’Arc de Triomphe si ça continue »

Auteur d’une saison en demi-teinte avec Angers la saison dernière, R-Ty fait le point sur son futur et nous parle du Quai 54.

BasketActu : Tu viens de terminer une nouvelle saison avec Angers en N1. Peux-tu nous faire un bilan ?

Tony Ramphort : Personnellement, ça n’était pas top, surtout quand on compare ma saison dernière. Après collectivement ça a été également moyen. On n’a même pas atteint les playoffs alors que l’année dernière, on avait été demi-finalistes. On a fait un mauvais début de saison et on n’a pas su rattraper le coup en seconde partie.

BasketActu : A quoi est dû ce changement selon toi ?

T.R. : En ce qui me concerne, le fait de jouer poste 2 m’a perturbé. Ça m’est déjà arrivé de dépanner à ce poste mais pas au point de faire une saison complète. Ce n’est pas mon rôle de sortir des écrans pour prendre un shoot. Là c’est ce qu’on me demandait. En fait, j’avais Ahmed Fellah dans les pattes, on était deux meneurs et on s’est marché dessus. Lui non plus n’a pas pu faire une bonne saison. Je ne me suis jamais vraiment senti bien. Et puis dès que tu perds des matchs, tu perds confiance, tu commences à douter.

BasketActu : La suite c’est quoi pour toi ?

T.R. : Je suis ouvert à toute proposition. J’aimerais bien rester en N1 voire Pro B. Après si une N2 me propose un projet ambitieux, pourquoi pas. Mais je ne veux pas m’arrêter sur une saison inachevée.

BasketActu : Toi qui a joué dans les deux championnats, quelles différences y’a-t-il entre la N1 et la Pro B ?

T.R. : La différence se fait surtout dans le secteur intérieur parce que les mecs sont plus grands et il y a beaucoup plus de rotations. Y’a aussi le fait qu’à la mène, ils aient des joueurs américains en Pro B. Mais la N1 a un bon niveau. Les 6 premières équipes de cette catégorie ont le niveau pour évoluer en bas de tableau Pro B.

BasketActu : Bon sinon, on te verra au 10 ans du Quai cette année ?

T.R. : Normalement oui. Je suis en train de voir avec la Fusion d’Amara. J’espère en être, c’est les 10 ans quand même.

BasketActu : Vous êtes des joueurs de la première heure. Vous étiez présents aux premières éditions. Comment as-tu vu évoluer cet évènement ?

T.R. : Bah rien qu’au niveau des emplacements, ça n’a rien à voir. J’ai connu les éditions de Levallois, Porte de Charenton, Carpentier. Je n’ai pas fait le Palais de Tokyo mais j’en ai entendu parler, c’était magnifique à ce qu’il paraît. Et le Trocadéro l’année dernière, ce n’est plus un cap qu’on a franchi là. C’est un évènement reconnu dans le monde. Des mecs comme Fabulous viennent chanter, Ray Allen reste toute la journée quitte à choper une insolation. Je n’aurais jamais imaginé qu’on jouerait un jour au Trocadéro. On va se retrouver sous l’Arc de Triomphe si ça continue.

BasketActu : Et sur le terrain ?

T.R. : Le niveau, c’est devenu ouf. Là, les joueurs éliminés dès le premier tour, à l’époque ils atteignaient les finales. Aujourd’hui, il faut une grosse armada pour jouer le titre. Par contre, chez les Américains, je ne trouve pas que le niveau se soit élevé. Ils ne m’impressionnent plus personnellement. Je les trouve de moins en moins bons. L’équipe qui était vraiment forte, c’était Terror Squad avec Mookie. Chez les étrangers, les Espagnols étaient vraiment pas mal.

BasketActu : Le côté show a pris une place très importante, voire plus importante que le jeu parfois. En tant que joueur, tu en penses quoi ?

T.R. : Bah c’est l’autre évolution. C’est devenu très people. T’as des gens dans le public qui ne connaissent même pas le basket. Ils viennent voir le show, les animations, Mokobe animer le truc. Tout le monde n’assiste même pas à la finale. En général c’est ce que tu attends mais il y en a qui partent dès que le show est fini. Nous on s’en fout. D’ailleurs on en profite aussi. On voit des mecs qu’on ira jamais voir sur scène. C’est l’ambiance, c’est le délire du Quai 54. C’est un moment de plaisir qu’on partage avec nos potes. On revoit des mecs qu’on ne voit pas de la saison. On discute, on délire. On se connaît tous. Quand tu es éliminé, tu restes quand même avec tes potes.

BasketActu : Quel est ton meilleur souvenir du Quai 54 ?

T.R. : Notre finale gagnée en 2006. C’était la plus belle finale pour moi. Elle était serrée, le match était beau.

Tags :
Comments

Commentaires (2)

  1. Flo

    Super joueur je qui content qu'il revienne avec son équipe. Je l'ai suivie l'année dernière il a le record de points en n1 avec 45points !!!!!

  2. San iker

    vu contre le CFBB, et bien…

    non en faite je l'ai pas vu… :/