Tremmell Darden avait la foi

Lors de la finale des play-offs face au CB de Sammy Mejia, l’ailier américain a pris sa revanche sur celui qui l’a privé du titre de MVP étranger.

10 pts, 5 rbds et 3 pds  : voilà la production de Tremmell Darden lors de la finale des play-offs Pro A. Rien de bien extraordinaire à première vue mais l’influence qu’il a pu avoir dans la victoire ne s’arrête pas à la lecture des chiffres. Son duel face au dominicain Sammy Mejia était attendu ? Et bien il a complètement tourné à son avantage puisque le joueur du CB a terminé sa finale et son probable dernier match avec Cholet à un inhabituel 26,7% de réussite au tir. En contenant défensivement la tête de proue choletaise, Darden a accompli le plus gros du travail et permis au SLUC de concrétiser ses ambitions de titre. Un rôle de leader technique logique pour l’un des ailiers les plus dominants à son poste. Doté d’une détente phénoménale, Darden a été un ailier compliqué à stopper, mais surtout des plus réguliers.

4e meilleur évaluation (avec 19,73), 5e marqueur (19,23), 2e dunkeur (54 réalisés sur la saison), il fait parti de ces joueurs ultra-complet particulièrement recherché par les coachs. D’autant plus que le bonhomme est reconnu pour sa grande éthique de travail. Pas le style à faire son sac sitôt l’entraînement terminé mais davantage à faire du rab pour progresser encore et encore… grâce à l’aide de Dieu.

Très croyant, cet aspect de sa personnalité a pu détonner dans un milieu basket où l’on ne disserte pas forcément sur les vertus du seigneur dans l’amélioration de son jeu. Tremmel si. Selon lui :

« Quand tu ne te contrôles pas, tu n’es plus dans ce « circle of love » qui te maintient en paix. Si on est frustré ou en colère, on ne peut pas être à son meilleur niveau. Et la foi me permet de rester calme et posé, mais aussi d’aider les gens sur et en dehors du terrain », avait-il confié dans une interview sur Sports.fr

Cet ovni du championnat de France pourrait toutefois aller exercer ses talents au sein de championnats européens plus relevés. Après cette « saison-révélation », sa côte a irrémédiablement monté. Si l’accès au tour principal de l’Euroligue est un argument-fort pour le pousser à prolonger son bail en Lorraine, un joli contrat avec sommes sonnantes et trébuchantes pourrait bien lui donner des envies d’ailleurs.

Il ne reste plus aux Nancéiens qu’à implorer le dieu du basket pour que Darden revienne à la raison.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. Phil

    Reste tremmel reste en Lorraine …

  2. Startrak

    Il a dû kiffer The Tree of Life ce con!

  3. AND11

    A son âge, la recherche d'argent est légitime… Mais si c'est pour finir comme Bauer après le titre (à Ostende) ou comme Ricardo Greer récemment… Je lui souhaite de rester au Sluc.