Un top 5 de la Draft 2015 déjà prêt à quitter la NBA ?

Cinquième choix de la Draft 2015, Mario Hezonja pourrait déjà retourner dans son ancien club en Europe, le Barça de Sarunas Jasikevicius.

On lui avait prédit un avenir des plus radieux lors de son arrivée par la grande porte en 2015. Grand espoir du basket croate et phénomène du FC Barcelone dans ses plus jeunes années, Mario Hezonja avait tapé dans l’oeil de l’immense majorité des franchises NBA. Des qualités athlétiques certaines, un jeu à épurer mais beaucoup, beaucoup de potentiel. Malheureusement, cinq ans après avoir été sélectionné en cinquième position par le Magic, l’arrogant Mario Hezonja a grandement déçu. Il y a certes eu quelques fulgurances, mais globalement on s’attendait à bien mieux. En cinq saisons, il n’a jamais franchi la barre des dix points de moyenne, avec un pourcentage très suspect.

Le moment de gloire de Mario Hezonja avec un contre sur LeBron 

Orlando n’a d’ailleurs pas cherché à le retenir il y a deux ans lors de son départ vers les Knicks. Idem pour ces mêmes Knicks lorsque l’ami Hezonja a filé vers Portland. Dans l’Oregon, l’ancien catalan ne s’est jamais non plus rendu indispensable. Bien au contraire. Il est tout simplement sur ses plus mauvais chiffres en carrière. Dans une période où les franchises vont compter chaque denier, l’avenir de Mario Hezonja, qui possède néanmoins une player option au minimum (ce qui ne l’empêche pas d’être rapidement coupé), parait plus qu’incertain outre Atlantique à moyen terme.

À 25 ans, il peut tout de même être apprécié par certains coaches. Et selon un média espagnol, le Barça serait très intéressé quant à faire revenir son ancien poulain. Le nouveau coach, qui n’est autre que la légende lituanienne Sarunas Jasikevicius, serait enchanté de pouvoir compter Hezonja dans son effectif. Il n’est pas non plus impossible qu’à l’image de Nikola Mirotic l’an passé, le vice-champion ibérique lui offre un beau contrat. Plus juteux en tout cas qu’en NBA, même dans la conjoncture actuelle.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.