Une EDF (presque) parfaite ?

Thomas Drouot a analysé l’impressionnante performance des Bleus face à la Serbie.

Très belle performance de l’équipe de France et victoire très importante d’un petit point après prolongation. Match de très haut niveau qui s’est joué sur des détails. La France continue de hausser son niveau de jeu. Quels sont les facteurs qui ont permis aux Bleus de remporter cette rencontre ?

Une belle agressivité offensive :

Les Français ont fait le choix d’agresser les Serbes dans la raquette. Ils ont tiré uniquement 7 fois à 3 points pour 64 tirs à 2 points. Parker a montré l’exemple en montant la balle très rapidement et en agressant le repli défensif serbe. Cela lui a permis de provoquer des fautes même s’il a aussi eu du déchet dans ces situations. Parker a, comme à son habitude, attaqué le cercle sur jeu placé. Moins en réussite que depuis le début de l’Euro (6/20 aux tirs), il a par contre été impeccable sur la ligne (12/12 aux lancers).

L’autre joueur français qui symbolise cette agressivité offensive est Batum. Grâce à ses « curl » sur sortie d’écrans, il a mis en difficulté la défense serbe. Il a marqué à plusieurs reprises sur ces situations et a aussi réussi deux belles passes pour Noahquand le défenseur intérieur venait en aide. Batum a également utilisé son drive à droite et le jeu de transition pour provoquer des fautes (4/7 aux lancers) et marquer près du cercle (7/11 à 2 points).

L’autre point déterminant au niveau offensif est l’apport de points du secteur intérieur tricolore avec 40 pts marqués pour le trioDiawNoah et Séraphin.

Diaw a réalisé une très belle performance avec 15 points à 6/10 et 5 rebonds. Il a inscrit la majorité de ses points dans la raquette sur des mouvements intérieurs. Il a pris le dessus sur son adversaire direct Savanovic et a su servir ses partenaires lorsque les autres Serbes venaient en aide (5 passes).

Noah a lui aussi été précieux avec 14 points et 9 rebonds. Il a inscrit 6 de ses points sur des rebonds offensifs, notamment sur jeu rapide. Il a aussi marqué un très beau tir crochet main gauche et des paniers sur des coupes vers le cercle après écran.

La surprise de la journée est Séraphin. Alors qu’il a été en difficulté contre l’Italie, il s’est montré très efficace avec 11 points en 17 minutes à 4/7 aux tirs et 3/3 aux lancers. Séraphin a fait preuve de variété offensive avec d’efficaces mouvements intérieurs, un tir au poste haut fiable et une bonne présence aux rebonds offensifs.

Une agressivité défensive retrouvée :

Avec 14 interceptions et de nombreux ballon déviés, les Bleus ont perturbé la circulation de balle serbe grâce à une bonne activité des mains. Avec 10 interceptions à eux deux, Parker et Batum ont montré l’exemple dans ce domaine.

La défense sur pick’n’roll a, elle aussi, été plus efficace. Les Français ont fait le choix « d’agresser » le porteur de balle avec des aides des intérieurs. Dans un premier temps, les intérieurs français sont sortis parallèle à la pose d’écran, ce qui a gêné les Serbes avant que Teodosic ne réussisse par deux fois à passer entre les deux défenseurs français. Ensuite les intérieurs français ont aidé à plat, ce qui a empêché les meneurs serbes de pénétrer. Même si ce n’est pas encore parfait, la défense française a montré de gros progrès dans la défense sur écran porteur.

La bonne défense de Batum sur Teodosic

Batum a limité le meneur serbe à 11 points à 1/7 aux tirs et 5 balles perdues. Avec son envergure impressionnante, Nicolas a perturbé les intentions de passes de Teodosic. Celui-ci devait d’abord dépasser son défenseur direct avant de pouvoir servir dans de bonnes dispositions ses partenaires. Il a parfois trouvé des solutions (7 passes) mais a eu moins d’impact que d’habitude sur le jeu offensif de son équipe.

Tags : , , ,
Comments

Commentaires (7)

  1. maksim

    Je suis assez d'accord sur l'analyse notamment la défense de Batum sur Teodosic…Il est toujours bon contre les petits techniques mais pas très vifs.

    Après je nous trouve pas assez concentrés sur les démarquages avec ou sans écran. Le shoot de Keselj dans le money time est un bon exemple de ce qu'on fait mal.

  2. Legendary Derrick Po

    Je ne sais pas si le titre est bien choisit… Parce si c'est vrai que l'EdF a fait des progrès spectaculaires sur la fluidité du jeu d'attaque (wow, en me souvenant de ces dernières années, les années Weisz, Bergeaud notamment, on était incapables de se passer la gonfle !!!), la défense est – je trouve – assez "limite" jusque là.

    L'EdF était habituée à jouer les cadors défensivement. Pas cette année, chiffres et stats à l'appui. Par contre le jeu offensif est l'un des meilleurs de l'Euro, toutes statistiques confondues (% à 2, à 3 et aux LF, PdB, Ass, etc…).

    Par contre, je trouve le team France assez faible sur les écrans retards au rebond (même s'ils ont dominés hier ds le total de rebonds), tout comme dans le marquage défensif en indiv (putain Keselj !!!!!!!!!!!!!) ou même les aides inside ou les rotations sur les extérieurs. Ces faiblesses sont (presque) masquées par une défense sur l'homme agressive sur l'homme et une attitude globalement positive. Mais la défense "collective" me semble en difficulté…

  3. maksim

    On switch parce qu'on est assez homogène physiquement (surtout sur les postes 2/3/4) mais bon ça tant à rendre les choses faciles et à rendre moins agressifs…

    Faudrait arrêter de le faire sur les matchs couperets.

    Et puis faudrait apprendre à poser des écrans plus propres que ça…Ils ont qu'à demander à palmer.

  4. Zack

    Perso, c'est De Colo qui m'inquiète un peu.

    J'ai l'impression qu'il n'arrive pas à se trouver dans cette équipe et à jouer liberé.

    Et c'est dommage parce qu'il pourrait apporter beaucoup dans un registre différent.

    J'espère que ça va s'améliorer !!!