Victoire dans la douleur pour le PL

Face à une équipe de Pau à double-face, le PL s’en sort avec une nouvelle victoire (96-82) préservant ainsi son invincibilité à domicile.

Dans un match parti sur un rythme peu élevé, c’est le PL qui s’est le plus rapidement mis en évidence. Lamont Hamilton et Eric Chatfield ciblés par la défense paloise, c’est David Noel qui se révèle être la principale menace offensive. Mais Pau se réveille subitement porté par un Antoine Mendy en grande forme scorant in da paint et au tir primé. La réussite du PL au tir étant moins évidente, Pau réussit à creuser un petit écart de cinq points au bout de 6min après un tir primé de Teddy Gipson. Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule : David Noel doit sortir sur blessure, remplacé par Michel Morandais. Malgré un sursaut à 3 points de Trenton Meacham, le PL continue de payer sur les phases offensives son manque de présence au rebond. La rentrée de Vincent Masingue côté PL entrainera un surplus de combativité qui manquait alors aux Locaux. Grâce à ce sursaut d’orgueil, le PL reviendra à deux points avant la fin du quart-temps (25-27).
A la reprise, Antoine Mendy marque de suite un tir primé. Eloigné des parquets un temps à cause d’une blessure, l’ailier palois a faim et ça se voit ! Sa réussite contamine Florian Lesca qui y va également de son trois points obligeant Christophe Denis à prendre un temps-mort, son équipe étant menée de 8 points à la 11e minute. A l’intérieur, le duel Elonu-Masingue tient ses promesses, les deux intérieurs ne faisant pas semblant quand ils se donnent des coups. Aussi, retombant dans ses travers, le PL laisse Pau prendre confiance à l’image du dunk en contre-attaque de Florian Lesca (+12 pour Pau à la 13emin). Le trois points d’Eric Chatfield stoppe la mauvaise série. S’il est le leader offensif, Philippe Da Silva lui l’est au niveau vocal en donnant de la voix pour diriger ses coéquipiers. Mais Trenton Meacham n’est pas en reste. Le meneur US n’hésite pas à prendre des risques offensifs. Et c’est Giovan Oniangue qui en profite sur un 3 points, servi par Philippe Da Silva, au départ d’une action impulsée par Meacham. Mais en face l’envie d’e Mendy, qui faisait son « vrai » retour, porte les Palois. Cependant, un 3 points de Da Silva quasiment au buzzer permet au PL, sur le fil, de repartir aux vestiaires avec un avantage de deux points.
Avec Michel Morandais à trois fautes et David Noel blessé, c’est Giovan Oniangue qui se retrouve à occuper l’aile. En mission sur Antoine Mendy, le jeune ailier fait le taf. Mais c’est toute l’équipe du PL qui fait l’effort en fermant l’accès au cercle ce qui contraint les Palois à prendre des shoot compliqués. Et tel un diesel, Eric Chatfield commence à artiller, à provoquer, en somme à affoler une défense béarnaise qui boit la calice jusqu’à la lie. Outre sa responsabilité dans l’avance du PL (+12 à la 26e), son apport rend ainsi inaperçu les difficultés de Jawad Williams qui passe à côté de son match. En face, Pau traverse une disette offensive plombée par une réussite défaillante et le peu de positions de shoots faciles créées. Tellement qu’il aura fallu attendre huit minutes dans le quart-temps pour marquer sur du jeu. Pour le PL, l’opération « resserage de boulons » aura pleinement réussie puisque les Franciliens n’auront encaissés qu’onze points dans cette troisième période (67-54).
Malgré ses quatre fautes, Michel Morandais tient toujous sa place à l’aile à l’heure d’entamer les dix dernières minutes et marque d’ailleurs deux lancers-francs rapides. Piégé par un faux rythme, le PL subit les assauts palois, notamment de Teddy Gipson (4 points en 30 secondes). Le meneur retrouve un semblant d’efficacité après une période délicate.Après la sortie pour cinq fautes de morandais, Chatfield doit se décaler au poste 3. Cette réorganisation entraine un petit flottement passager dont aura profité Junior Elonu pour ramener Pau à 7 points (74-67). Mais le show Chatfield n’avait pas terminé. Panier, faute provoquée…. la score-machine du PL est partout. Dans une ambiance tendue, les fautes se multplient de part et d’autre et conduisent à un accrochage entre Florian Lesca et Lamont Hamilton, le pivot ayant fait rebondir le ballon sur Lesca poussant ce dernier à venir le pousser. Résultat : anti-sportive, synonyme d’exclusion pour le Palois, technique pour Hamilton. Sans Maravic et Rimac (5 fautes tous les deux), Pau prend l’eau laissant le PL tranquillement enfoncer le clou. La tension, elle, ne retombe et complique la tâche des arbitres qui ont du mal à tenir cette fin de rencontre. Tellement qu’Elonu à son tour doit sortir pour cinq fautes (4e dans ce cas, il y’en aura cinq au final avec Jean-Frédéric Morency). Malgré la volonté de Teddy Gipson, Pau vivra donc cette fin de match comme un cauchemar sans fin. Exemple : jusque là absent, Williams y sera aller de son dunk. Un panier que l’ailier-fort aura savouré en levant le poing bien haut. Avant le coup de sifflet, l’ailier-fort aura même le temps de rentrer un alley-oop. Dernière geste de classe d’une victoire acquise dans la douleur (95-82) et qui plonge Pau dans le doute avant le résultat d’un crucial Poitiers-HTV.

Tags : , , , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.