Vidéos : l’équipe de France reçue à l’Elysée par François Hollande

Les Bleus ont été reçus comme il se doit par le président Hollande hier en fin d’après midi après un long rodéo médiatique qui avait débuté dès 13h.

EDF-elysee

Ouvertures des journaux télévisés de TF1 et France 2, reportages en boucles sur les chaînes d’infos, photographes et journalistes massés sur leur passage tout au long de leur « voyage » entre Roissy et le palais de l’Elysée, les Bleus n’avaient certainement pas l’habitude d’avoir autant de sollicitations (mis à part Tony Parker certainement). Mike Gelabale reconnaissait même qu’il avait été « un peu trop » bousculé à son goût à Roissy.

Pourtant, malgré la fatigue, c’est bien avec de grands sourires que l’équipe de France est entrée à l’Elysée et a écouté attentivement le discours de François Hollande (diffusé en direct sur BFM et I>Télé). C’est ça aussi d’être champions d’Europe.

Dans sa déclaration, où l’on pouvait décrypter le double sens politique (comme les basketteurs, le président souffre actuellement – notamment dans les sondages – et espère qu’un jour la « victoire » viendra), François Hollande a vanté leur esprit d’équipe : 

« Votre victoire est celle d’une équipe au-delà des individualités, au-delà des expériences (…). Nous ne pouvons pas gagner, vous ne pouvez pas gagner sans qu’il y ait cet esprit qui unit un moment une équipe et vous resterez, je pense, votre vie entière, soudés par rapport à cette victoire. »

 

« Vous êtes originaires de beaucoup de régions françaises et vous êtes la France. Aujourd’hui, c’est vous la France, c’est toute la France qui est fière de son équipe de basket. »

 

L’arrivée de l’équipe de France à l’Elysée

 

Le discours de François Hollande

La photo de groupe de l’équipe de France de Basket avec le président 

Bain de foule pour les Bleus à l’arrivée à Roissy

Magnifique accueil et communion avec les supporters

Tony Parker au 20h de France 2

Tags :
Comments

Commentaires (2)

  1. benjaminmikki

    juste horrible d’être champion sous le mandat d'un président aussi minable