Vincent Collet : « Je refuse de croire que ça puisse être terminé »

Si la SIG est menée deux manches à une, Vincent Collet veut encore croire aux chances de son équipe.

Vincent-Collet-625Touché mais pas coulé, c’est ainsi que l’on pourrait décrire l’état d’esprit d’après-match de Vincent Collet. Car l’entraineur de la SIG veut croire encore aux possibilités de ses joueurs d’inverser la tendance.

Sur l’analyse du match

« Le match se joue toujours sur la durée. De leur côté, ils sont montés en puissance lors de la deuxième mi-temps. Nous on a eu deux moments faibles qui ont fait la différence. Le premier c’est avec l’entame de la deuxième mi-temps où il n’y a pas de conséquence au niveau du score parce que l’on a continué à marquer mais on leur laisse des paniers faciles. On les remet en confiance. En première mi-temps, on était vraiment très en place défensivement. Après le deuxième passage, c’est à la fin du troisième quart-temps. Le 5-0 leur donne l’avantage pour virer en tête. Par la suite, on a perdu notre lucidité et eux sont devenus complètement euphoriques avec beaucoup de réussite et de justesse dans leur jeu. Même quand on a fait du travail défensif fort plusieurs fois ils ont marqué tout à la fin. Ca ce sont des paniers qui font mal et qui expliquent que l’on n’a pas pu revenir dans cette partie.

On peut regretter la façon dont on a négocié la première mi-temps. Par rapport à l’investissement défensif dont on a fait preuve, et qui était très bon, je trouve que le fait de n’avoir eu que quatre points d’avance à la mi-temps était un très mauvais signe connaissant leur capacité à changer le cours d’un match très rapidement. On n’a pas su enfoncer le clou lorsque l’on avait un avantage. On les avait remis en confiance et quand ils le sont, ils sont insaisissables. Ils l’ont encore montré ce soir (hier) ».

Sur les ajustements à effectuer avant le match de samedi

« Il faut que l’on soit meilleur offensivement. Je trouve que l’on manque de mouvements. C’est demandé en permanence mais ça n’est pas fait. Est ce que l’on est fatigué ? Je ne sais pas. Je trouve que mes extérieurs ne bougent pas assez. Ils sont défendus de façon très stricte, c’est le choix stratégique que Nanterre fait. J’ai l’impression qu’au lieu de beaucoup bouger, on a tendance à attendre d’avoir la balle pour évoluer et ça c’est quelque chose qu’il faut que l’on corrige sinon on ne trouvera guère plus de solutions.

Après sur les aspects défensifs, il faut que l’on soit capable de faire ce que l’on a fait en première mi-temps, je trouve que l’on a un peu paniqué en début de deuxième mi-temps en leur laissant des paniers faciles pour éviter à tout prix de les laisser tirer à trois points. Il faut que l’on continue à défendre notre raquette en espérant de faire le mieux possible au niveau des extérieurs. Il faut absolument que l’on arrive à trouver d’autres solutions que Louis Campbell qui est le seul à alimenter un peu la marque ».

Sur les chances de la SIG pour la suite de la série

« On est dans une situation très critique. Forcément Nanterre a un avantage conséquent mais c’est une série et je refuse de croire que ça puisse être terminé. On a encore la chance de pouvoir revenir chez nous à condition de faire un grand match samedi, ce qu’on n’a pas fait ce soir (hier). On a fait un match courageux, engagé mais pas un grand match. On a fait quelques erreurs et ça a éét payé cash. On peut gagner samedi, j’en suis convaincu ».

 

Tags : ,
Comments

Commentaires (4)

  1. Zack

    J'ai été surpris par quelques choix de coaching de Vincent Collet. Il a laissé Toupane très longtemps sur le terrain alors que, même s'il a été plutôt bon en défense (du moins au début), il a été inefficace en attaque.
    De même, le choix de passer en small ball à la fin du match est étonnant quand on connait l'avantage de taille d'Ajinça et Duport (même s'ils n'ont pas été transcendant hier). Du coup, on s'est retrouvé aux belles heures du Sluc avec la balle à Ricardo pour mettre dedans.