Vincent Collet faute de mieux ?

Vincent Collet restera aux commandes de l’équipe de France jusqu’en 2019. L’absence de candidats à sa succession interpelle…

Il y a quelques jours, Patrick Beesley, le Directeur Technique National, avait réagi à la mini-polémique autour des propos d’Evan Fournier en ces termes : « Avec Vincent Collet, on va aller rencontrer Evan tranquillement et laisser passer les choses ». Ce qu’il fallait retenir de cette intervention, ce n’est pas que la Fédération avait décidé de se montrer plus mesurée que son homologue du tennis malgré les critiques de l’arrière du Magic, mais bien le début de la phrase. « Avec Vincent Collet ».

Comme on pouvait s’en douter avec cet indice flagrant, l’instance dirigeante du basket français n’avait pas l’intention de confier les rênes de la sélection à un autre homme que le Seinomarin en poste depuis 2009 et en fin de contrat cet été. L’Equipe annonce ce samedi qu’un nouveau bail sera signé mardi entre les deux parties jusqu’en 2019, date du Mondial en Chine.

Aucun coach ne s'est manifesté publiquement avec un projet et la volonté de prendre sa succession.

La confirmation de cette reconduction peut s’appréhender de deux façons. On peut d’abord se réjouir pour Collet, statistiquement le meilleur coach que la France ait connu et dont le palmarès, en équipe nationale tout du moins, témoigne de l’efficacité : un titre de champion d’Europe en 2013, une médaille d’argent (Euro 2011) et deux médailles de bronze (Mondial 2014 et Euro 2015). Sa prolongation est, a priori, le gage d’une certaine réussite sportive, quoi que l’on pense de ses méthodes.

A côté de cela, le fait qu’il n’y ait apparemment même pas eu débat en interne sur sa reconduction pousse à s’interroger. Aucun coach ne s’est manifesté publiquement avec un projet et la volonté de prendre sa succession. Une preuve que le basket français manque de techniciens suffisamment solides ou convaincants au plus haut niveau. Les coaches de qualité et d’expérience existent en Pro A comme à l’étage inférieur, mais combien ont le palmarès et le charisme (même si Collet n’est pas le plus rayonnant du panel) suffisants pour inspirer confiance à la Fédération et incarner l’ère post-Tony Parker ? Choulet ? Monschau ? Donnadieu ? Hervé ? Weisz à nouveau ?

Et pourquoi pas un étranger ?

Les critiques concernant le choix des hommes, le processus de préparation et le coaching de Vincent Collet sont fondées et méritent d’être entendues. Dans d’autres pays, elles auraient pu conduire les décideurs du basket national à tourner la page en le félicitant pour ses états de service tout en confiant les destinées du groupe à un autre homme. En France, on ne considère ni la possibilité qu’il puisse y avoir un coach français plus adapté à la situation de transition que vont vivre les Bleus, ni celle de l’arrivée d’un étranger dont les méthodes et le regard neufs accompagneraient le renouveau de l’équipe.

Ettore Messina

Ettore Messina, l’un des coaches étrangers qui auraient pu apporter un regard neuf aux Bleus.

Avec Vincent Collet, la France sait ce dont elle dispose, ce qui est plutôt rassurant au moment d’aborder un tel virage, mais on peut également se dire qu’il aurait pu avoir des résultats encore meilleurs avec la formidable génération qu’il a eu sous ordres. N’était-il pas temps d’insuffler un souffle nouveau ? De sonder des pointures du basket européen, comme Ettore Messina, David Blatt ou tout autre homme (ou femme) de banc avec le pedigree et la poigne nécessaires pour exploiter le talent de joueurs comme Nicolas Batum, Rudy Gobert ou Evan Fournier ? Certains d’entre eux, le dernier notamment, considéreront sans doute que la présence de Collet est un signe que l’on ne compte pas sur eux comme cadres du groupe…

Vincent Collet a un peu moins de 3 ans pour montrer qu’il est toujours l’homme de la situation et qu’il est encore capable de mener les Bleus jusqu’au sommet du basket européen et dans les hautes sphères du basket mondial. Le tout sans le meilleur joueur que la France ait connu et quelques uns de ses fidèles soldats…

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.