Vincent Collet : « Il faudrait que je sois fou pour ne pas être inquiet »

L’entraîneur strasbourgeois Vincent Collet n’y est pas allé par quatre chemins pour qualifier le triste match de ses joueurs.

Prendre 41 points (98-57), ce n’était encore jamais au Strasboug version Vincent Collet. Dans le Béarn, les Alsaciens ont sombré, jouant tout sauf en équipe. L’altercation survenue à l’entraînement entre trois joueurs (Green, Traoré et Collins) dixit RMC Sport n’y est peut être pas étrangère. Aussi, après cette nouvelle défaite, la septième en huit matches, le technicien a eu des mots très forts. « l y a eu la domination d’une équipe par une autre qui était inexistante. Voilà pourquoi il y a 40 points d’écart. Pau a fait un très grand match. Que ce soit dans l’intensité défensive, où ils ont été intenses et généreux pendant 40 minutes, mais aussi dans la réussite […] On a baissé la tête. Il y avait une énorme différence de vitesse entre leur grande agressivité et notre lenteur à nous pour tout faire. On a été mauvais. On sentait que certain étaient inhibés par l’enchainement des difficultés et d’autres ne sont pas au niveau escompté très clairement. Il faudrait que je sois fou pour ne pas être inquiet. Je n’ai pas attendu ce soir pour l’être, mais là c’est un degré supplémentaire » (Site SIG).

La question est de savoir si les joueurs de Vincent Collet auront les moyens de se relever mardi en BCL face à Bologne ?

Crédit photo : F.Blaise

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.